Le happening est sans doute un prolongement de l'installation ou de l'environnement. Il est né d'un désir de spatialiser la peinture, d'intégrer les êtres humains dans l'œuvre d'art. 

Kurt Schwitters établit l'idée du Merzbau en 1928 dont le principe est l'accumulation d'objets jusqu'à l'envahissement d'une pièce.

Le happening est un prolongement des actions dadaïstes et surréalistes, des poèmes phonétiques d'Hugo Ball ou de l'Ursonate de Kurt Schwitters, de la musique bruitiste du Cabaret Voltaire au début du siècle...

Au Japon, en 1955, le groupe Gutai réalise des actions relevant du happening, comme celle de Murakami Saburo, qui traverse une enfilade de cadres tendus de papiers.

Allan Kaprow donne une nouvelle dimension au happening qui fait fusionner l'art et la vie, l'éthique et l'esthétique.  Allan Kaprow fait en effet intervenir dans ses happenings l'environnement, la vie, l'individu. Comme dans le situationnisme, le happening est une tentative de libérer l'individu de ses inhibitions pour lui révéler ses potentialités créatrices. Les thèmes de prédilection des happenings, outre des questions existentielles et philosophiques, sont des thèmes politiques comme le saccage de la nature et de la ville, la pollution des sites et des esprits, l'aliénation de l'homme. Le happening est cathartique et libérateur.

 

Les happenings des artistes Fluxus ont tenté d'abolir la distinction entre acteur et spectateur, entre réalité et fiction, au profit d'un évènement à la création duquel tous les participants collaborent .

Pour Fluxus, l'Art et la vie sont équivalents, sans doute peut-on y voir l'influence grandissante de la philosophie zen.

 

Joël Hubaut - Clom Trok Lu Pink Pink - Dépôt-vente mutant augmenté et monocolore pour une sculpture interactive de société

2001 - Le Lieu Unique - Nantes

Le public est invité à venir déposer et acheter des objets au prix des bonnes affaires habituelles.

 

Clom Trok existe aussi en blanc et orange