Alvin Lucier

image luciercrop.jpg (31.6kB)


Biographie Alvin Lucier :


Alvin Lucier compositeur américain, né à Nashua en 1931, est une figure importante de l'art sonore. Sa technique est peu commune, son équipement est composé d'outils utilisés de prime abord pour la recherche scientifique.
Au fil du temps, il s'intéresse aux sons qui « jamais dans des circonstances ordinaires n'atteindraient nos oreilles ».

Il entame ses études à Nashua dans une école public et paroissiale, ensuite, il part pour Rome durant deux années, là où il découvre les scènes et laboratoire européens de la musique électro-acoustique, et commence à travailler avec des bandes magnétiques.

De 1962 à 1970 il enseigne à Brandeis, il dirige la Brandeis University Chamber Chrous et enseigne également à Wesleyan University.
Lucier fournit un travail important dans la recherche et l'expérimentation de nouvelles techniques musicales. Ses œuvres se basent sur le développement sur langage musical traditionnel et intègre une nouvelle logique d'écoute, l'auditeur est invité à se focaliser sur les phénomènes acoustiques très fins.
Son travail se veut scientifique car il s'appuie sur les expérimentations de physiciens, il utilise comme matériau un rythme cérébral pour l'une de ses ouvres (Music for solo performer 1965).
Les sons sont captés par des électrodes installés sur son crâne et diffusés avec un équipement hi-fi, pour le public.

En 1966, il fonde la Sonic Arts Union, qui a pour objectif de promouvoir ses œuvres ainsi que les œuvres de Roberts Ashley, Gordon Mumma et David Behrman avec qui il réunit ses moyens techniques et ses équipements.

Il participe à de nombreuses conférences pour présenter ses installations sonores aux Etats-Unis, en Europe et en Asie.
En 1992 il part en tournée avec le pianiste Aki Takahasi à Kawasaki, Yamaguchi et Yokoama.
Il est invité au DAAD Kunstler Program à Berlin, et au Time of Music Festival à Vitaasari en Finlande.

En 1995, University Wesleyan lui dédie un festival de cinq jours : Alvin Lucier Collaborations pour lequel il compose 12 nouvelles œuvres dont Theme : qui est basé sur un poème de John Ashbery.
En 1997, il présente ses œuvres au Making Music Series au Carnegie Hall, ses installations sonores les plus récentes sont exposées à Donaueschingen Music Festival en Allemagne.
C'est également un homme de recherche il participe à la rédaction d'articles, de périodiques ainsi que de livres, dont un intitulé Chambers.

Novateur dans de multiples domaines de la composition et de la performance musicale Lucier, se penche sur la manifestation physique des sons. Il use des ondes et du rythme cérébral pour en faire des instruments, et utilise les configurations acoustiques des pièces pour y faire des expériences sonores dans le but de voir le déplacement du son dans l'espace.
Il observe les effets visuels des sons sur des substances différentes avec divers types d'outils telles que des tôles, et des feuilles de verre.


Ses oeuvres :


I'm sitting in a room 1969 :

Lucier s'enregistre lorsqu'il lit un texte, ensuite il rejoue l'enregistrement dans une nouvelle pièce et ré-enregistre et renouvelle ce procédé dans de nouvelles pièces toujours avec le même texte.
Avec des caractéristiques de résonance différentes l'expérience ne donne pas le même son dans chaque pièce. Le but étant de découvrir sa propre singularité vocale, car Lucier bégaie.

[[http://www.youtube.com/watch?v=2jU9mJbJsQ8 ]]

Empty Vessels 1997 :
image 300_200_01599.jpg (8.7kB)


L'installation sonore, Empty Vessels, met en évidence le son capté à l'intérieur des bocaux. Des récipients de taille et de volume divers sont utilisés, à l'intérieur de ces derniers des micros sont placés afin d'amplifier les sons à l'autre bout de la pièce. Lucier recherche à étudier les manifestations sonores et leur déplacement dans l'espace, le tout dans une harmonie parfaite et dans un silence absolu.






Toutes ses œuvres:


[[http://alucier.web.wesleyan.edu/works.html ]]





Autres activités :


Lucier publie des écrits notamment une réflexion et critique sur l'histoire de la musique expérimentale, il publie également des articles dans la revue Leonardo Music.
Il a obtenu le Lifetime Achievement Award par la Society for Electro-Acoustic Music (Etats-Unis) et a été nommé Docteur Honoraire des Arts à l’University de Plymouth (Angleterre).

Ses ouvrages :

Reflections/Reflexionen, un volume bilingue : compositions, écrits et entretiens (Cologne, Musik Texte, 1995)

Music 109: Notes on Experimetal Music (Middletown, Wesleyan Press, 2012)




Explication psychanalytique de Nilufer Erdem psychanalyste à propos de : I'm sitting in a room

  • La psychanalyste crée un lien entre le procédé psychanalytique du langage qui part des sensations et des incertitudes vers la reconstitution du sens par les paroles et l'oeuvre de Lucier, à l'opposé de ce processus, le langage se perd et les paroles se détériorent pour revenir à l'état initial de pensée, au moment où la sensation n'est pas encore née. La psychanalyste, relève la capacité du sujet à représenter et à conceptualiser le négatif ou l'absence. L'oeuvre de Lucier peut alors paraître comme la représentation de l'absence car les paroles se perdent et ne signifient plus grand chose si ce n'est l'absence elle même. On peut également retrouver cette absence ou le négatif dans les œuvres théâtrales de Beckett, qui travaille sur la fonction dérisoire du langage et le néant qu'est ce procédé d'expression. (« Chaque mot est comme une souillure inutile du silence et du néant ». Beckett)



Citation :


« Penser les sons comme des longueurs d’ondes mesurables au lieu de notes musicales hautes ou basses, affirme Alvin Lucier, a entièrement changé mon idée de la musique, d’une métaphore à un fait et, de manière réelle, m’a connecté à l’architecture »




Webographie :


[[http://alucier.web.wesleyan.edu/ ]]