Annie ABRAHAMS

Biographie



Annie Abrahams est née en 1954 à Hilvarenbeek aux Pays Bas et habite en France depuis 1987. Elle a à la fois un doctorat de Biologie obtenu à l'université d'Utrecht en 1978 et un diplôme des Beaux-Arts acquis en 1985 à l'école des Beaux-Arts d'Arnhem.

Après son diplôme aux Beaux Arts elle continue à faire de la peinture. Elle montrait ses tableaux, dits chaotiques, dans des installations: des mises en ordre temporaires. Ces installations tournaient autour des notions de communication, de fermeture, d’ouverture. En quelque sorte ils représentaient tous des facettes de son thème central : l’individu face au monde, aux autres, à l’art.

Pour gérer les multiples possibilités d’installation de ses tableaux dans l’espace, Annie Abrahams utilise un logiciel 3D. Depuis 1992 elle a montré des dessins d’ordinateur et de la vidéo dans ses expositions.

Pour pouvoir être présente virtuellement dans son exposition ‘espace de rencontre’ aux Pays Bas, elle a abordé un travail sur le net en 1996. informations sur son travail jusqu’à 1997

Le déclic a eu lieu. Elle avait trouvé l’outil, qui allait la passionner et qui pouvait nourrir son travail artistique. Les possibilités de narration non linéaire, la relation direct avec le public et les possibilités de travail participatif l’ont amené à développer son site ‘being human / étant humain’

Son travail



Son travail, qui utilise aussi bien la vidéo, la performance que l’Internet, questionne les possibilités et les limites de la communication, dont elle explore plus spécifiquement les modalités propres au réseau. Elle est internationalement reconnue en tant que pionnière de la performance en réseau. Elle a fait beaucoup de performances et a largement exposé son travail en France, y compris au Centre Pompidou, à Paris et dans de nombreuses galeries internationales, dont le Black Mountain College Museum + Arts Center à Asheville, North Carolina, US ; Espai d'Art Contemporani de Castelló, Espagne; le Museum of Contemporary Art, Tokyo, et le Center for Contemporary Armenian Experimental Art, Yerevan; et dans des festivals internationaux comme le Moscow Film Festival et le Festival international du film de Rotterdam, et sur des plateformes en ligne comme Rhizome.org et Turbulence.


Citations

"Pendant mes études en biologie je devais observer une colonie de singes dans un zoo. En étudiant le comportement de ces singes j'ai appris quelque chose sur la vie en communauté des être humains. Dans un certain sens je regarde internet avec le même intérêt et appétit. Je considère que c'est un univers qui me permet d'observer certains aspects du comportement et des attitudes humaines sans y interférer. (Par exemple dans Violences)

Je m'intéresse aussi à mettre en place des situations dans lesquelles le visiteur, en laissant une trace personnelle, collabore à la révélation d'une voix collective, participe à l'émergence d'un langage balbutiant de la multitude. Je suis convaincue que mes collections dévoilent des tendances actuelles de la société, de notre contemporanéité, et nous procurent une sorte de cartographie de l'autre. Je développe aussi des moyens d'introduire ces objets texte crées sur le web dans l'espace réel. Je veux les inséminer avec de l'énergie physique. Je veux donner "chair et os" à ce qui n'existe que comme potentiel dans un ordinateur et à ce qui n'apparaît que comme lumière sur un écran. J'expérimente aussi la possibilité de faire du comportement du visiteur (en cliquant, choisissant, participant, en survolant, le visiteur web dévoile le travail de l'artiste) le contenu de la contemplation esthétique." (Exemples: Séparation , Painsong, Karaoké).

Source: "Interview with Annie Abrahams" de Béatrice Bonfanti.