Barbed Ula


de Sigalit Landau.

Cette video ne pouvait pas mieux s'inscrire dans sa catégorie, "Résistance". Sigalit Landau, Israélienne, propose une vidéo d'une signature assumée et provoquante: une femme, nue, dos à la mer, fais tourner autour de son ventre un cerceau de barbelés.

Nous avons affaire ici à une vidéo on ne peut plus claire sur ce qu'elle dénonce, à savoir, le conflit Israëlo-Palestinien.

Il y a beaucoup d'ironie dans l'usage du cerceau : normalement, il est un jeu de petite fille, mais ici, il vient violenter une femme. La guerre est en quelque sorte un jeu d'adultes, mais un jeu dangereux, et surtout, un jeu qui as des conséquences. Et les blessures ensanglantées qui s'accumulent sur le ventre de cette femme sont à la fois une douleur, mais aussi une marque, pas seulement sur un corps, mais surtout dans une mémoire.

Pourquoi une femme ? Parce qu'elles portent la vie. Blesser de barbelés le ventre d'une femme, c'est blesser le nid de la descendance, blesser la mémoire, l'héritage des générations futures qui porteront le poids du passé.

Et en arrière plan, la mer : elle est grave et sombre. Elle témoigne d'une prise de recul sur deux peuples qui se disputent des terres depuis des décennies : ces terres, sources du conflit, et donc, thème de la vidéo, n'y apparaissent pas car, au final, la mer, dans son immensité, ne prend pas parti, elle est neutre, elle n'appartient à personne, et par conséquent, elle souhaite interroger le spectateur sur son humanité, et celle de cette femme qui se détruit.

Alexis ZAGO

photo