Bernard Parmegiani


image Unknown.jpeg (11.5kB)



I - CARRIERE AU SEIN DU GRM.

.

Bernard Parmegiani est né en 1927 à Paris. Après avoir étudié le piano, il devient perchman et intègre par la suite le domaine radiographique. Il rentre dans le Groupe de Recherches Musicales en 1959 (GRM), crée par Pierre Schaeffer. Il s'intéresse à la musique de film, au free-jazz et à l'improvisation, et il compose surtout de la musique électroacoustique. Il a été mainte fois récompensé pour ses musiques, et il a contribué à l'élaboration d'un style GRMiste, avec des sons ciselés dans la matière sonore, souvent enregistrés en très gros plan puis transformés, polis et mixés pendant des heures dans le studio de composition.

Sa carrière de compositeur d'électro-acousticien s'ouvre avec Violastries en 1964. Il utilise rarement des instruments mais, ici, il signe cette oeuvre avec le violoniste David Erlith : https://youtu.be/S_9_nNjYkg4.

Ainsi, son nom reste attaché à certaines de ses premières compositions comme :

- L'instant mobile (1966) : https://youtu.be/x7Y16s0zDvM. Il s'agit de la première oeuvre du GRM qui est entièrement électronique.
- L'oeil écoute (1970) : https://youtu.be/pQL8GHzkcwM. Ici, il s'agit de la première utilisation de synthétiseur analogique du GRM. ( Il est intéressant de préciser que les oeuvres de Parmegiani ne sont pas dénuées de réflexion sur la société, comme le manifeste cette citation "Peut-être qu'à trop regarder l'homme finit par ne plus écouter. Et l'oeil, devenu "le promeneur solitaire" n'a d'oreille que pour ce qui l'agresse").
- Le première utilisation musicale du magnétophone 8 pistes est dans l'oeuvre Kaleidophone en 1978.


image url.jpg (44.0kB)
"Avec De Natura Sonorum une nouvelle période dans ma création est abordée, où, succédant à la recherche d'une problématique reliant le matériau sonore à la forme de son évolution, c'est à l'écriture des sons que je m'attache, ces sons dont l'encre, pourrait on dire, est extraite de toutes matières que je tente de conjuguer, de confronter afin d'en observer la nature."


En 1975, Parmegiani a composé De Natura Sonorum. Comme il le déclare dans cette citation, cette oeuvre marque un tournant dans sa carrière. Il s'agit de trois secondes de sons électroniques qui s'envolent comme un avion. Diffusé de 1971 à 2005, ce sonal a sans doute battu tous les records d'audience en musique contemporaine.

Cette composition dure près de une heure. Elle est divisée en deux séries, le premier de six mouvements et le deuxième de cinq.
Le premier met en relation des sons électroniques et des sons instrumentaux avec à l'occasion des sons concrets.

1E série: 1- incidence/résonance: met en jeu de manière contrôlée des résonances d'évènements sonores d'origine concrète avec des processus qui permettent l'entretien variable de sources électroniques. Les incidents s'opposent aux accidents ponctuels du deuxième mouvement.
2- accidents/harmoniques: des fragments très brefs de différents instruments viennent entrecouper et se superposer au timbre harmonique du continuum.
3- géologie sonore: "s'apparente au survol d'un terrain" dont les couches sonores émergent les une après les autres à la surface. L'électronique et l'instrumental finissent par fusionner.
4- étude élastique: confronte des sons dus à différents "touchers" de peaux élastiques ou instrumentales, ou cordes vibrantes et différents gestes instrumentaux. Tout cela est réalisé par l'intermédiaire de processus électroniques générateurs de bruits blancs.
5- conjugaison du timbre: dernier mouvement de cette série, applique les mêmes formes rythmiques sur un continuum dont le timbre est en continuelle variation.

Le deuxième mouvement fait davantage appel au concret et à l'électronique, l'instrumental n'apparaît que de façon très éphémère.

- 2E série: 1- natures éphémères: un jeu de sons éphémères instrumentaux et électroniques individualisés par la forme de leur trajectoire interne.
2- matières induites: les différents stades de la matière sonore sont issus des uns et des autres comme par induction.
3- ondes croisées: On perçoit des sons audibles de pizz qui interfèrent avec les ondes de gouttes d'eau.
4- pleins et déliés: semble être une étude des énergies amorties de corps mis en mouvement puis rebondissant, telles des bulles creuses et des points mettant en relation la pesanteur et le mouvement délié.
5- points contre champs: termine l'oeuvre, les différents fils sonores qui forment un réseau qui rend captifs les éléments ponctuels itératifs du premier plan, et les absorbe progressivement afin de donner libre cours au champ sonore.


1E série : accidents harmoniess --> https://youtu.be/c_JHjUFfOs8

2E série : matière induite --> https://youtu.be/Fqy5Ljo3YUM

Le titre, De Natura Sonorum fait référence à l'oeuvre de Lucrèce De Natura Rerum.


II - CARACTERISTIQUES DES OEUVRES.


  • Dans toutes le pièces de Parmegiani, on retrouve une caractéristique majeure :
    la sobriété.
    On la retrouve dans cette oeuvre-même. En effet, il n'y a pas d'exubérance, les sons sont très épurés, travaillés dans leur épaisseur. C'est une musique très économe, presque austère. Parmegiani a théorisé ce souci de la sobriété, qu'il conçoit comme étant une "lutte contre le pouvoir d'Orphée", c'est à dire contre la fascination que les sons enregistrés, leurs répétitions et leurs collages peuvent créer.

Son but est de composer des oeuvres qui racontent une histoire. Il mène une réflexion sur les titres, qui servent de guide dans l'élaboration de sa musique. Si ce ne sont pas les titres, alors se sont les textes qui guident son travail, comme La Divine Comédie de Dante, ou encore des textes de Bachelard, grand philosophe, l'inspirent. Ainsi, si les titres guide Parmegiani, ceux-ci nous aident aussi à les écouter, ils nous accompagnent dans l'écoute.

image The_Transparent_Screen.jpg (50.5kB)
En plus des sons, Parmegiani s'intéresse aussi à l'image, et il réalise des vidéos, notamment L'écran transparent ( http://www.inagrm.com/sites/default/files/mini-sites/parmegiani/co/ecran_transparent.html) en 1973.







Mais ces oeuvres s'étendent vers d'autres activités.



III - LES AUTRES ACTIVITES.


Parmegiani a parallèlement mené une intense activité de "mise en son" de projets touchant au cinéma (courts, moyens et longs métrages: Drôles de jeux de Pierre Castre, Le Socrate de La Poujade). A la télévision, à la vidéo expérimentale, au film d'animation( Patamorphose d'André Martin (1960), Rhinomorphoses de Monique Lepeuve (1961). Il conçoit aussi la musique du film d'animation l'Araignéléphant, conte philosophique narré par Jacques Rouxel.)
image araignlphant.jpg (0.1MB)
. Il s'intéresse à la danse et collabore également avec des chorégraphes. Cette expérience l'incite à créer lui-même des actions musicales où l'apparition du son dans l'espace scénique est l'occasion d'un jeu tour à tour humoristique et dramatique. Ses projets touchent aussi le théâtre, l'opéra et la publicité. Il a composé également des génériques de télévisions comme celui de Stade 2

https://youtu.be/VVjt0s4Mo6o. Il s'agit d'une anamorphose visuelle que l'on retrouve dans d'autres films d'animation.
image stade_2_2.jpg (11.0kB)




Autre exemple d'indicatif : l'aéroport CDG : https://youtu.be/FA14TbBO-Mo


Il quitte le groupe en 1992 et créer son propre studio "fabriquasons" en 1993.




Il a reçu des récompenses :

en 1979 : le grand-prix de l'Académie du disque français.
en 1981 : le prix de la SACEM.
en 1990 : victoire de la musique dans la catégorie "Création de musique contemporaine de l'année" pour La création du monde.




CONCLUSION


Son catalogue comprend 147 opus. La musique de Parmegiani est faite de mouvements continuums, de lignes droites, spirales, répétitions, distorsions. Il est un véritable designer sonore qui a créé des oeuvres de concert, de musique pour le cinéma, la vidéo, la télévision et certaines même qui ont beaucoup marqué l'inconscient collectif.




SITES :

http://www.cdmc.asso.fr/fr/ressources/compositeurs/biographies/parmegiani-bernard-1927-2013

http://www.radiobartas.net/listings/bernard-parmegiani-les-insomnies/

http://dissonances.pagesperso-orange.fr/Parmegiani.html

http://www.cezame-fle.com/compositeurs/fr/42/Bernard-Parmegiani.html

http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2013/11/25/la-vie-multipiste-de-bernard-parmegiani-figure-de-la-musique-concrete_3520131_3382.html#ZJCsh3lLvBMHt5QR.99http://neospheres.free.fr/electro/parmegiani.htm

GUEROLA Nancy, SINTES Sara et SANTIAS Lucie