Cecile Colle}{Ralf Nuhn

Exit_Wall

Biographie


Cécile Colle}{Ralf Nuhn
Depuis 2003 Cécile Colle et Ralf Nuhn ont développé une pratique artistique commune. Sculptures, installations, performances, l’œuvre de Cécile Colle}{Ralf Nuhn est exposée internationalement dans des musées, galeries et festivals, notamment au National Museum of Fine Arts (Taiwan), V&A - National Museum of Childhood (Londres), WRO Biennale (Wroclaw), Haus am Lützowplatz (Berlin), Fondation Verbeke (Anvers) et au ZKM - Centre for Art and Media (Karlsruhe) ou ils sont dans la collection du musée. De plus, le duo d’artistes présente l’actualité de leur recherche sous forme de conférences, publications d’article et de participations à des colloques.

Cécile Colle, née en 1974 à Lyon, vit à Roubaix. Elle a obtenu le DNSEP (félicitations du jury) à l’ENSA de Bourges en 1999 et un Master 2 Recherche Art de l’Image et du Vivant (mention: très bien) à l‘Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en 2012. Elle poursuit actuellement sa recherche en première année de doctorat sous la direction de Stéphan Barron à l’université Paul Valéry à Montpellier.

Ralf Nuhn
, né en 1971 à Kassel (Allemagne), vit entre Roubaix et Londres. Depuis 2007 il occupe un poste d'artiste-enseignant à l’Ecole d’Art & Design de Middlesex University (Londres) où il a aussi obtenu un PHD en 2006.

Démarche artistique


À travers leurs œuvres, Cécile Colle}{Ralf Nuhn questionnent le positionnement de l’humain dans un monde saturé par la technologie en retravaillant les (im)possibilités d’échange que nous interdit ou nous « offre » notre quotidien. Généralement, le couple recherche une sorte d’interaction avec le spectateur ou, du moins, inclus ou exclu, ce tiers occupe une place déterminante dans leurs installations. Pour Cécile Colle}{Ralf Nuhn, il semble nécessaire de douter de la promesse de l’interface habituellement considérée comme point de rencontre entre le sujet et l’objet. Ils remettent en cause l’idée qu’interactivité est synonyme de communication, de dialogue ou d’échange. « Nous prenons pour postulat qu’une interface n’est jamais ce qu’elle prétend être ». À partir de là, l’interface devient, dans leur travail, un moyen de contrôle, une distraction, une barrière ou un mur.

En mettent en jeu différents types d’interfaces, ils tendent à les déstabiliser de leur fonction ordinaire et à en révéler l’ambiguïté sous-jacente. Par exemple Still a Life est une installation qui présente en son centre un haut-parleur à l’intérieur duquel se trouve un petit poisson de papier. Le haut-parleur est connecté à un fil de pêche tendu tout autour de l’installation et amplifié. Cette limite presque invisible se veut être une ligne de communication, un facteur d’interaction entre le spectateur et l’installation puisque le moindre contact avec le fil génère une vibration sonore qui anime le poisson. Apparemment le spectateur tire les ficelles et la vie du poisson ne tient qu’à un fil mais le fait que le fil soit une interface n'est qu'une manipulation et la preuve de la pérennité de sa fonction première de barrière gardant le spectateur à la périphérie de l’œuvre.

Avec leur projet ParaSites, Cécile Colle}{Ralf Nuhn explorent le potentiel des comportements et des stratégies parasitaires en tant que modèle pour de nouvelles propositions sculpturales dans le milieu urbain. Pour eux, il est crucial d’expérimenter en quelle mesure les échanges sont possibles entre la sculpture et son environnement, entre le parasite et son “hôte”. Les relations sont-elles de nature commensale, mutualiste, compétitive ou purement parasitaire ? Ces artistes abordent là encore le caractère technologique sans précédent de nos vies urbaines. En utilisant le potentiel transformatif, les atouts d’adaptation, la puissance créatrice du parasite, Cécile Colle}{Ralf Nuhn mettent au jour une force alternative, un contre-pouvoir productif, non pas par opposition ou provocation, mais de façon discrète, invasive, perturbante, par « attach(e)ment » à ce qui est déjà en place.

Une sélection de leurs travaux est visible sur le site web: www.imiteme.com