Douglas Davis


Davis

Douglas DAVIS est un artiste, professeur et écrivain américain nait le 11 avril 1933 à Washington, D. C.
Il est l'un des premiers à se prononcer sur les possibilités données par la vidéo dans le domaine de l'art.

Parcours
Après des études à la Rutgers University du New Jersey où il obtient un master en Arts en 1958, il débute une carrière de critique d'art et d'éditeur pour des revues comme ''Art in America'' ou ''Newsweek''.

A partir de l'année 1967 il organise des évènements artistiques et réalise ses premières performances et c'est dans les années 70 qu'il inclue la vidéo dans son travail. Il est l'un des pionniers de l'utilisation artistique de la télévision et de la radio, en proposant par le biais de performances des vidéos interactives où il se met en scène.

En 1977 il rejoint Nam June PAIK et Joseph BEUYS pour la première émission de télévision retransmise par satellite et faite par des artistes, dont le nom est "Documenta 6 in Kassel" en Allemagne de l'Ouest. La télévision et le satellite servent ici uniquement de véhicule pour un mouvement réel. Il écrit à ce propos : " La télévision est généralement considérée comme un moyen public, mais par le chemin utilisé - dans un espace personnel - elle est en faite tout à fait privée. Quand j'ai commencé à travailler avec ce moyen, j'ai joué avec le sens de l'intimité, mais cette fois de l'autre coté de l’écran".

Il devient le directeur artistique du "International Network for the Arts" à New-York de 1976 à 1980. Il vit et travaille toujours dans cette ville.

Il est l'auteur de nombreux livres, dont ''Artculture : Essays on the Post-Modern'' en 1977 ou ''The Museum Impossible : Architecture and Culture in th Post-Pompidou Era'' en 1990.

Son message
Inspiré par les idées des artistes Fluxus de New-York, Douglas DAVIS intègre le public ou le spectateur dans son travail. Il s'intéresse à la manipulation, au renoncement et au refus de la télévision.

Son idée est de faire disparaitre la barrière invisible qui se trouve entre l'artiste et le spectateur en utilisant la simultanéité rendue possible par la retransmission par satellite.

Principales oeuvres

Video Against Video, 1975, 28:50 min, par Douglas DAVIS, narration de Russel CONNOR, produit par ''TV Lab at WNET/Thirteen''.

Œuvre sur la déconstruction de la vision que l'on a de la télévision. C'est une anthologie qui comprend les premières œuvres de Douglas DAVIS, qui subvertit la perception du temps et de l'espace dans le cadre de la télévision. Il interagit directement avec le téléspectateur, passant à travers le "quatrième mur" qu'est l'écran. Cette anthologie est entrecoupée par une interview de l'artiste par Russell CONNOR, et comprends les œuvres suivantes : ''The Santa Clara Tapes'' (1971), ''Numbers, A Videotape Event for the Boston Symphony Orchestra'' (1972), ''Studies in Black and White Videotape I'' (1971), ''Street Sentences'' (1972), ''Studies in Color Videotape II'' (1972), ''Talk-Out!'' (1972), ''Studies in Myself'' (1973), ''The Australian Tapes'' (1974), ''The Florence Tapes'' (1974) and ''The Caracas Tapes'' (1975).

Studies of Myself, oeuvre utilisée dans le documentaire, est au musée Georges Pompidou de Paris. Douglas DAVIS se sert de la video pour inverser et modifier la perception du spectateur par rapport au média. Il s'agit d'un dialogue direct entre l'émetteur, lui, et le récepteur, le spectateur où l'écran est le lieu d'inscription de ce double échange. Il tente d'inscrire sa pensée fuyante, saisir l'instant, le temps, le mot, la phrase et l'idée entrain de s'articuler.

Il est filmé à son ordinateur entrain d'écrire des pensées, des bribes de mémoire. "Tout se joue dans ce présent déjà passé, union irréalisable de plusieurs espaces-temps" selon ses mots. Le défilement de cette introspection s'accélère de telle manière que l'on ne perçoit plus que des fragments, des flashs de vie, un mouvement de balance entre l'intériorité et la surface.

Documenta 6 Satellite Telecast, 1977, 28:56 min, par Joseph BEUYS, Douglas DAVIS et Nam June PAIK.

Considéré comme l'un des projets les plus important de l'art contemporain, ''Documenta 6'' amène pour l'une des premières fois à considérer la vidéo comme un art, avec la première transmission par satellite en direct par des artistes dans plus de 35 pays. Cette performance est basée sur la théorie utopique de Joseph BEUYS de "sculpture sociale". DAVIS quand à lui réalise la performance ''The Last Nine Minutes'' depuis l'Orangerie, une pièce participative où il veut faire disparaitre en neuf minutes la distance qui sépare deux interlocuteurs potentiels par l'utilisation du satellite. Il prend contact avec une personne à Caracas au Vénézuela en lui tendant la main afin d'entamer un véritable discours, un véritable échange.

Extrait de l'œuvre :



Post-Video, 1981, 29:06 min, par Douglas DAVIS, produit par ''Electronic Arts Intermix''.

Il s'agit d'une anthologie des œuvres de l'artiste faites entre 1976 et 1980, commentées par John HANHARDT, conservateur pour les films et les videos au musée Whitney de New-York. Dans son analyse, il dit que ce travail sert "à créer une esthétique par l'utilisation des communications par satellite" et "montre le potentiel de l'utilisation des moyens globaux de communication". Cette anthologie inclue ''Seven Thougts'' (1976), ''The Last Nine Minute'' (1977), où Douglas DAVIS tente de casser la barrière entre l'artiste et le téléspectateur, ''How to make Love To Your Télévision Set'' (1979), ''Four Places Two Figures One Ghost'' (1977) où deux performances sont créées simultanément pour une émission de télévision et pour le Whitney Museum, et enfin deux films, ''Silver Screen'' (1979) et ''Post Modern Times'' (1980).


Double Entendre, 1981, 31:32 min, par Douglas DAVIS et Nadia TALEB, produit par le ''Whitney Museum of American Art'' et ''Le Centre Georges Pompidou'', en français et en anglais.

Cette oeuvre est l'enregistrement d'une performance par satellite en direct. Douglas DAVIS explore la dichotomie de la mise en ligne électronique, ajouté à la dualité homme/femme, gauche/droite et français/anglais. Il utilise le public comme le véhicule d'une expression intime. Il s'est inspiré du ''Fragments d'un discours amoureux'' de Roland BARTHES, où le satellite fait oublier la distance entre les deux protagonistes, l'un à Paris et l'autre à New-York. La caméra le filme sortant du musée dans Madison Avenue et il réapparait subitement sur la place du centre Pompidou où il rencontre Nadia TALEB.


Ménage à Trois, 1986, 59:45 min, par Douglas DAVIS, avec Giuseppe ASSERO, Marco CAVALLI, Moniek TOEBOSCH et Douglas DAVIS, produit par ''PBS, Rai-TV et VPRO-TV''.

C'est une performance en direct par satellite et à la radio, et reliée entre les musées Guggenheim de New-York, Stedelijk d'Amesterdam et à la biennale de Venise. La technologie satellite permet la simultanéité narrative ainsi que la juxtaposition. Une femme est tuée à Venise, et la recherche du meurtrier se déroule dans les trois villes, ce qui provoque une enquête ainsi qu'une complicité des spectateurs. Douglas DAVIS fait participer le public à un débat sur l'innocence et la culpabilité, sur l'effet de la technologie sur les spectateurs et sur la morale privée.

Expositions

Expositions personnelles

1971 : Reese Palley Gallery, New York (Etats-Unis).
1972 : Everson Museum of Art, Syracuse, NY (Etats-Unis).
1975 : San Francisco Museum of Modern Art (Etats-Unis).
1976 : The Kitchen Center for Video and Music, New York (Etats-Unis).
1977 : Whitney Museum of American Art, New York (Etats-Unis).
  • Neuer Berliner Kunstverein, Berlin (Allemagne).
1978 : Künstlerhaus Bethanien, Berlin (Allemagne).
1979 : PS 1, New York (Etats-Unis).
1980 : Whitney Museum of American Art, New York (Etats-Unis).
1982 : Muzeum Sztuki, Lódz (Pologne).
1983 : Wadsworth Atheneum, Hartford (Etats-Unis).
1985 : Blaffer Gallery, Houston, Texas, (Etats-Unis).
1988 : Guggenheim Museum, New York (Etats-Unis).
1993 : Ronald Feldman Gallery, New York (Etats-Unis).
  • Charter Oak cultural Center, Hartford (Etats-Unis).
1994 : Lehmann College Art Gallery, New York (Etats-Unis).

Expositions collectives

1976 : Biennale de Venise (Italie).
1977 : documenta 6, Kassel (Allemagne).
1981 : Whitney Museum of American Art, New York (Etats-Unis).
  • Centre Georges Pompidou, Paris (France).
1984 : Hirshhorn Museum and Sculpture Garden, Washington DC (Etats-Unis).

Installations et sculpture

Images from the Present Tense I, 1971.

Images from the Present Tense II, 1971.

TV is Great Because When You Close Your Eyes, it Sounds Like Radio, 1985.

Livres

The Work of Art in the Age of Digital Reproduction: Essays, Statements, Fiction 1977-1996

The Five Myths of TV Power [or, Why the Medium Isn't the Message] , Simon & Schuster, 1993

The Museum Transformed: Architecture & Culture in the Post-Pompidou Era, Abbeville Press, 1990

Photography as Fine Art, Shueisha, Tokyo, 1983; E.P. Dutton, 1984; Hill Company, 1987

Art Culture: Essays on the Post-Modern, Harper, 1977

The New Television: A Public/Private Art, co-edited with Allison Simmons, MIT Press, 1977 (proceedings of MOMA's Open Circuits, 1974)

Art and the Future: A History-Prophecy of the Collaboration between Art, Science, and Technology. Praeger, 1973 (reprinted by Thames & Hudson, London, and Dumont-Schauberg, Cologne)

Sources

* Centre Georges Pompidou

Liens externes

* http://www.artvideo.free.fr/musee/biographie/davis.html
* http://www.afsnitp.dk/udefra/1/dd/whoisdd.html
* http://www.artcyclopedia.com/artists/davis_douglas.html

Catégorie:Art vidéo (livre)