image _lcoute_des_arbres.png (0.1MB)
Couverture

À l'Écoute des Arbres


À l'écoute des arbres, texte d'Anne Hauben
Photographies d'Aline Dautresnme
Préface de Louisa Jones
Actes Sud, 2009.


  • Marc Nucera, sculpteur français encore en activité, est un artiste qui s'intéresse de très près au monde végétal. L'écrivaine Anne Hauben, livre ici un ouvrage en recueillant les propos de ce dernier, qui s'exprime au sujet d'un ensemble de ses œuvres qu'il a soigneusement choisis et répertorié.
  • La préface du livre rédigée par Louisa Jones, nous en apprend plus sur le parcours de l'artiste, alors que l'introduction qui l'a suit, elle réalisée par Marc Nucera lui-même, nous en dévoile plus sur ses origines ; fils d'un ébéniste passionné, il dira de ce dernier qu'il lui a inculqué toute la créativité dont il est pourvu aujourd'hui.
    • Ce qui ressort dans l'ensemble de l'ouvrage est sa passion mais aussi son admiration pour la végétation qui l'entoure, il s'exprimera même sur ce qui lui plaît sur les végétaux, le fait « qu'ils soient vivants (…), qu'ils risquent de mourir est dans l'ordre des choses. Sa possible disparition la rend terriblement précise » (p.11). Son amour pour la nature est d'autant plus accentué de par le fait qu'il personnifie totalement le plupart des arbres sur lesquels il travaille. En effet, il en parle comme si il s'agissait de véritables personnes, dont il s'occupe minutieusement en « apportant un soin particulier » (p.22), leur transmet de la compassion (p.24), les décrit tel des danseurs (p.28), …
  • Son lien si particulier avec les végétaux lui confère non pas un statut de maître d’œuvre avec sa création, mais plutôt d'égal à égal avec l’œuvre. Il cherche à se retrouver au cœur de l'arbre, au sens premier du terme ; en 2003, il réalise par exemple un salon de jardin avec la masse du tronc d'un arbre mort qu'il exposera ensuite dans le sud de la France, à Noves.
  • Dans la première moitié du livre, on découvre plus des transformations apportées aux végétaux, que des sculptures elles-mêmes. « Trois arbres, trois types de travail », c'est ce que l'artiste déclarera par exemple à propos d'un de ses projets exposé au Crestet. Il intervient de façon différente sur chacun des arbres, qui ont besoin de soins qui leurs sont propres. Cependant plus on avance dans la lecture du livre, plus l'artiste s'intéresse à réaliser de nouvelles formes à partir des arbres, on peut par exemple citer le bois de pin d'Alep exposé au domaine de Dalmeran à Saint-Étienne-du-Grès, qu'il tailla de telle sorte que ce dernier inspire au spectateur les cornes d'une véritable taureau.
    image Taureau.png (0.3MB)
    Taureau
  • Avec son inspiration qu'il attribue à plusieurs artistes qu'il admire tel que Constantin Brâncuși, Marc Nucera cherche à préserver la mysticité de chaque lieu. Ainsi, il exploite le plus possible les végétaux morts (pour créer une véritable coalition entre le vivant et le mort), qu'il trouvera sur place et dont les propriétaires cherchent parfois à se débarrasser.
  • Le panel d’œuvres sélectionné dans À l'écoute des arbres est des plus hétéroclites, pourtant ce qui se dégage de l'ensemble pour l'artiste est le fait de ne pas savoir au préalable ce que sera la finalité de chacun de ses projets. Le jardin est pour lui une chose mobile, modelable, modifiable, mais par dessus tout, mais aussi quelque chose d'unifié. Marc Nucera s'exprimera même à ce sujet en déclarant : « Le jardin est un organisme composé de modules qui forment un ensemble. ».
    image Marc_Nucera.png (0.8MB)
    Marc Nucera