Eija-Liisa Ahtila


Figure emblématique de l'art vidéo


image Eija_Liisa_Ahtila.jpg (0.3MB)

















I. Biographie:

a) Vie et formation:
Eija - Liisa Ahtila est une artiste multimédia et cinéaste finlandaise. Elle pratique également la photographie et la sculpture. Elle vit et travaille actuellement à Helsinki.

Elle est née en 1959 à Hameenlinna en Finlande. Très jeune elle s' intéresse aux expositions et au cinéma ce qui la dirige vers une école d'art de 1981 à 1984 à Helsinki. De 1990 à 1991 elle intègre le London College of Printing en Angleterre, école des médias et de la gestion du film et de la vidéo. De 1994 à 1995 elle étudie à l'UCLA (Université de Californie à Los Angeles) et suit en parallèle une formation au sein de l'American Film Institute où elle apprend à maîtriser les techniques de montage du son et de l'image.

Ses travaux ont été présentés dans de grands musées comme le Jeu de Paume à Paris, le Moma à New York, et le Tate Modern à Londres. Elle a obtenu une série de récompenses allant du Prix du plus jeune artiste de l'année en Finlande en 1990 jusqu'au Titre d 'Académicien de l'art en 2009.

b) Son travail:
Athila est une artiste vidéo et cinéaste adepte des technologies numériques. Elle a su allier son travail à deux domaines différents : celui de l’art et celui du cinéma puisqu’elle est également présente dans de grands festivals. Par conséquent, son travail vise à rapprocher la vidéo du cinéma faisant de cet objectif une place centrale dans son travail.

Eija-Liisa Athila utilise diverses techniques dans ses vidéos, notamment celle de parcourir l’ensemble des registres et langages cinématographiques qu’il existe, passant du film de fiction, à la publicité, jusqu’au documentaire.

Elle réalise des films, sur les thèmes de (l’amour, le deuil, l’identité ou encore la colère), qui mettent en scène des personnages face à leurs émotions, se débattant contre leur milieu social et environnemental.

Athila cherche avant tout à faire ressortir au public, qui occupe lui-même une place importante dans son art , des états psychologiques et des émotions de ses personnages joués par des acteurs professionnels. L’œuvre de l’artiste a vocation d’être narrative. Nous pouvons lire l’histoire à travers le texte comme l’image de ses vidéos.

II. Principales Oeuvres exposées au Jeu de Paume:



*Me /wee Okay ;Gray (1993)

Installation:
  • Cette œuvre se présente sous deux formes :

• Soit une installation composée de trois moniteurs exposés dans des galeries ou musées.
• Soit un court-métrage en trois épisodes indépendants diffusés au cinéma pendant les bandes-d’ annonces ou à la télévision pendant les pages de publicités.
• Chaque épisode dure environ 90 secondes, rythmé par un monologue dans lequel les idées sont énoncées de manière lapidaires comme le ferait un journal d’information.
Me/we :

A pour thème central l’identité de chaque personne. Ce film retrace une courte histoire familiale racontée à travers la voix du père qui s'adresse directement au public. Tout au long du petit court-métrage la voix du père est constante, elle circule de personnage en personnage, ce qui peut faire réfléchir sur l'individualité des personnages. Le père projette sur sa famille, sa vie et sa voix, caractéristique de sa personnalité.

Athila dans cette vidéo veut faire prendre conscience aux spectateurs les limites de la personnalité et les frontières du "moi".
Dans la vidéo Okay, il n'y a qu'une seule personne à l'écran mais plusieurs voix féminines et masculines interprètent ses sentiments tels que ses humeurs, ses désirs et ses inhibitions pendant un acte sexuel.

Chaque nouvelle voix reprend le fil de l'histoire et transpose sa personnalité sur le personnage principal afin qu'il perde sa propre personnalité. "Son individualité s'efface". Le décalage entre le corps et la voix intrigue le spectateur et fait réfléchir sur ce que représente le "moi intérieur" qui contitue le genre même de la personne.

Et enfin, dans la dernière vidéo de l'ouvre nommée Gray, on retrouve le sujet principal; l'identité personnelle. Plusieurs femmes décrivent une catastrophe nucléaire dont les effets se sont propagés dans plusieurs pays. Pour elles, le changement est inévitable, qu'il soit la cause de l'accident ou non, car le monde est en perpétuel changements suite aux contatcs avec différentes cultures. Eija-Liisa Athila plonge le spectateur dans un monde angoissant où la limite entre le Moi et L'autre n'est pas toujours bien définie. Dans la vidéo les trois femmes se retrouvent sur un monte-charge s'enfonçant dans l'obscurité sous-marine.

image mewe_okay_gray.jpg (63.0kB)
image me.png (0.2MB)










*Consolation Service (1999)

Installation

Consolation service existe sous deux formats:

- la forme d'un court métrage
- DVD

L’œuvre est conçue pour deux écrans : l’image de droite narre davantage l’histoire, décrit le cours des événements, alors que celle de gauche s’attarde plus sur le paysage, des émotions et de petits détails qui dévoilent les sous-entendus du récit. Dans le cas où l'oeuvre est diffusée sur un Dvd, le spectateur n'a pas la même place. En effet, comme il n'y a qu'un écran, il ne peut sélectionnée les images et devient automatiquement passif, suivant le cours du récit.

Oeuvre:

Les thèmes principaux de cette oeuvre sont essentiellement la mort et la rupture. Consolation Service narre l'histoire d'un jeune couple en plein divorce. La narratrice livre ses sentiments et ses pensées sur cette situation douloureuse, retranscrite à l'écran. D'après elle, l'échec de leur mariage est dû à l'incapacité de son mari à "exister". Qu'il soit présent ou non, la solitude la ronge.

Il s'est laissé accaparé par le monde qui l'entoure et ne sait plus profiter de ce qu'il aime. Son individualité est remise en cause. A force de faire passer ses désirs après tout le reste comme le travail, il s'est oublié lui-même, ce qui l'a rendu absent. Le style du film correspond à un mélange du réalisme documentaire et du cinéma fantastique.

image consolation_service_1.jpg (0.2MB)












*The house (2002)

Raconte l'histoire du basculement dans la folie d'une femme. Celle-ci commence à entendre des voix et ses repères spatio-temporels sont complètement bouleversés. La jeune femme tente de couvrir toutes les sources de lumières de la maison pour se concentrer essentiellement sur les voix.
On peut penser que la maison est une sorte de "métaphore de l'esprit humain". Eija-Liisa Athila, a travaillé sur ce projet avec l'aide des témoignages de plusieurs femmes psychotiques. Ce qui l'intéressait était de pouvoir analyser comment le monde perd de sa cohérence pour ses femmes, et de pouvoir étudier le moment où la perception logique des choses nous échappe.

image the_house.png (1.8MB)
image consolation_service.jpg (23.5kB)












* The Hour of Prayer (2005)
- Installation DVD composée de 4 écrans d'une durée de 14 minutes.
- Il s'agit d'un petit conte sur l'attachement, la mort et le deuil concernant un évènement de la vie de l'artiste. Celle-ci relate la mort
pressentie et réelle de son chien. L'action se déroule au mois de janvier à New York pendant une tempête de neige et se termine au
Bénin en Afrique de l'Ouest onze mois plus tard.
- Tout ce qui se dit et tout ce qui se passe s' enchainent chronologiquement. La narratrice raconte l'histoire de son chien face à la caméra
avec comme arrière plan différents décors qui témoignent des changements de saisons et de paysages.
- Cette oeuvre est le portrait universel d'une expérience personnelle, le spectateur assiste a une exploration du chagrin et de la perte.
- La présentation de l'oeuvre sur 4 écrans questionne sur notre capacité à suivre le fil de l'histoire malgré la défragmentation des images.
image The_Hour_of_Prayer.jpg (0.1MB)
image chien.png (1.0MB)
image eija.jpg (44.0kB)












* Fishermen / Etudes n*1 (2007)
- Installation DVD composée d' 1 écran d'une durée de 5 minutes.
- Il s'agit d'une étude, c'est à dire d' une courte composition pour instrument solo.
- C'est un documentaire sur la vie d'un groupe de pêcheurs au Bénin en Afrique Occidentale. Ils prennent le large en bateau mais le vent est violent et les vagues sont gigantesques. Malgré de nombreuses tentatives pour reprendre le dessus, le bateau chavire et les équipements de pêche sont perdus en mer.
image Fishermen.jpg (93.6kB)
image DSCN0572_3.jpg (0.8MB)
image DSCN0572_2.jpg (1.0MB)












* Where is Where? (2008)
- Installation HD composée de 6 écrans.
- Cette oeuvre traite du thème du colonialisme et de la manière dont deux cultures cohabitent. Elle s'est inspirée d'un fait divers réel qui a eu lieu à la fin des années 1950 pendant la guerre d'Algérie, celui de l'assassinat par deux adolescents algériens de leur camarade français.
- Il s'agit d'un meurtre réinterprété et mis en relation avec la situation mondiale actuelle.
- Cette oeuvre est sous la forme d'une fresque théâtralisée mettant en scène trois protagonistes: Adel et Ismael, les jeunes à l'origine du meurtre, et une poétesse européenne finlandaise d'une quarantaine d'années. Celle-ci fait des efforts pour arriver à une compréhension morale de cet incident réellement survenu.
- les images accompagnent la narration et créent un ensemble d'émotions.
image WhereisWhere08.jpg (36.7kB)
image Where_is_Where.jpg (0.2MB)










III. Oeuvres exposées au K21 (musée d'art contemporain de Dussendorf):


*If 6 was 9 (1995)

-Installation:

- installation vidéo (art)
ou
- court-métrage (cinéma)

Il y a trois écrans dans la salle qui montrent différents lieux tout en faisant partie de la même narration. Les images des écrans interagissent entre elles comme un dialogue selon plusieurs points de vue pour établir davantage de réalisme.
Cette vidéo retrace l'histoire de la sexualité de plusieurs jeunes filles. Un travail préparatoire a été effectué afin que le film se base sur des faits réels. Toutefois, l'œuvre est également basée sur des éléments fictifs. If 6 was, évoque le quotidien des adolescents et leurs réflexions sur la sexualité de façon non chronologique. "L'espace de l'installation devient un corps morcelé en plusieurs parties".

image if.jpg (11.6kB)










* The Present (2001)
- Installation DVD composée de 5 moniteurs télé d'une durée de 1 à 2 minutes et de 5 spots TV de 30 secondes.
- Installation faite pour être présentée dans les musées et les galleries.
- Il s'agit de 5 courts-métrages dans lesquels les histoires sont indépendantes.

Ce sont des fictions réalisées à partir d'interview racontant l'histoire de femmes qui ont développé des psychoses:

Swaying Curtains: Une femme se cache sous son lit car des tueurs arrivent dans le couloir.
Ground Control: Une adolescente s'allonge dans une flaque de boue devant l'entrée de sa maison.
The Bridge: Une femme marche à 4 pattes sur un pont.
The Wind: Le vent s'engouffre dans l'appartement d'une femme et donne une atmosphère angoissante.
The House: Une femme entend des voix, elle plonge la pièce dans l'obscurité pour effacer toute image.
- Le thème principal de ces oeuvres est le Pardon. A la fin de chaque histoire, ce slogan s'affiche "faites-vous un cadeau, pardonnez-vous".
image The_Present.jpg (23.4kB)
image DSCN0565.jpg (2.4MB)
image DSCN0568_2.jpg (1.9MB)
image DSCN0570_2.jpg (0.8MB)













Vidéo:


Me / We Okay; Gray:

<iframe width="420" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/IKWEp9kB4Os" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Consolation Service: <iframe width="420" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/GUe0Qv-N7jo" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Rétrospective: [[http://www.jeudepaume.org/index.php?&idArt=485&page=article ]]

Webographie:


http://www.carreartmusee.com/
http://www.newmedia-art.org/
http://www.moreeuw.com/
http://www.nimes.fr/fileadmin/directions/culture/musee_carre_art/AHTILA-Dossier_de_presse-FR.pdf