Ericka Beckman



Biographie


beckman.jpg?

Ericka Beckman est une cinéaste new-yorkaise née en 1951. En 1975, alors encore étudiante, elle quitte la côte Est des États-Unis pour la Cal Arts, California Institute of the Arts. Là-bas, elle rencontre Mike Kelley, suit les cours de Vito Acconci, découvre les performances de Guy de Cointet et s’y forge une riche expérience qu’elle met en pratique de retour à New York. À l’aide de caméras 16 mm et super 8, elle tourne des films dans son atelier plongé dans l’obscurité et transformé en véritable plateau de tournage.Y participent de nombreux figurants tels que Mike Kelley, Ashley Bickerton, Matt Mullican, Steven Parrino ou encore Paul  McMahon.

Epigones des « Structural films », ses films s’en éloignent de par leurs aspects résolument performatifs et leur narration assumée. À la fois influencée par la performance alors en vogue, la musique expérimentale et la psychologie du développement de Jean Piaget, Ericka Beckman se sert du processus cinématographique afin d’illustrer dans quelle mesure la gestualité devient mémoire et, ainsi, la base de la codification de l’identité. Le format cinématographique s’impose à elle car retransmet fidèlement la présence de la performance, « à taille humaine », contrairement aux performance-vidéos (Nauman, Acconci, Rosler…), dont la retransmission sur moniteur élevé sur socle s’avère limitée en ce qui la concerne. We Imitate : We Brake Up (1978), The Brocken Rule (1979) ou You The Better (1983) témoignent de l’intérêt qu’elle porte aux sports de compétition, aux jeux vidéo, de société, et au passage de l’enfance à l’âge adulte. L’univers du conte et les différents niveaux d’apprentissage se précisent dans Cinderella (1986) et dans Blind Country (1989), lequel écrit et interprété par Mike Kelley, peut rétrospectivement se comprendre comme un prélude à ses Educational Complex (1995). Si à l’image de l’incontournable Hiatus (1999), l’esprit des nouvelles technologies et les espaces virtuels abondent dans ses films, il n’y parait aucun trucage réalisé par ordinateur. Les retouches sur pellicules sont artisanales, les décors et accessoires entièrement fabriqués par l’artiste, et sa voix accompagne souvent les percussions des bandes-son cacophoniques.


Œuvre marquante


The Super 8 Trilogy
EB_Welling_Port1.jpg?
Cette trilogie réalisée par Ericka Beckman, avec la Pictures Generation et ses acolytes de la Cal Arts, comprend We Imitate : We Break Up (1978), The Brocken Rule (1979), et Out of End (1980).
Alors que Out Of Hand plonge le spectateur dans un univers enfantin, entre modules à jouets colorés et musique légère, We imitate ; We Break Up se compose uniquement d’un fond noir sur lequel des actions défilent et se répètent, permettant aux personnages d’arriver à une sorte de perfection du geste. Une mémoire qui construit l’homme, mais dont le caractère universel est parfois critiquable.



Voici la trilogie dans sa totalité, disponible parmi les autres travaux de la cinéaste sur son site officiel.

We imitate ; We Break Up


The Brocken Rule


Out of End


Les relations narratives développées par l’artiste mettent en effet en lumière des dérives sociétales. Avec The Broken Rule, vidéo dans laquelle des joueurs masculins font des courses relais pour lesquelles des filles sont des points gagnés, elle ne s’intéresse pas seulement au système éducatif américain comme apprentissage, elle en dénonce le sexisme et esquisse une critique capitaliste.
Et quand Cinderella (1986) – le personnage de Cendrillon – se libère de sa prison à jeux grâce aux vêtements, Ericka Beckman offre un film féministe avec humour. Ses œuvres sont donc sans cesse emplies de symboles.


Autres travaux


Mise à part la pratique de la vidéo, Erick Beckman photographie et écrit. Ses œuvres diverses et ses installations sont visibles sur cette page : http://www.erickabeckman.com/Other_Works.html

On y retrouve notamment cette installation électronique sur Time Square de 1986.


Récompenses


- Deux subventions du National Endowment for the Arts,
- Deux subventions du New-York State Council on the Arts,
- Une subvention du Massachusetts Council on the Arts.

Ses travaux sont dans la collection cinématographique du Musée d'Art Moderne de New-York, dans les Anthology Film Archives, ainsi qu'au British Film Institute notamment.

Expositions récentes


- Ericka Beckman Works '1978-2013', du 7 février au 4 mai 2014, Centre National d'Art Contemporain, Grenoble, France.
- Rented Island : Object Theater, Loft Performance, and the New Psychodrama. Whitney Museum of American Art, novembre 2013.
- Ericka Beckman, Tate Modern Museum, du 27 au 30 septembre 2013.
- Boundary Figures, Gallerie rue Saint Bon, Paris, du 22 juin au 8 août 2013.
- Ericka Beckman Retrospective Exhibition 1978-2012, Berne, Suisse.

Sources


Site Official d'Ericka Beckman

Zero deux

Le petit bulletin

BureauDeVidéos