Frédéric DI MARTINO

Artiste contemporain d'origine nîmoise.

OEUVRES

Di-martino.jpg?

Frédéric Di Martino, jeune peintre d'origine nîmoise, investit l'Espace d'art contemporain du Château d'O et une partie de son parc. Sur les deux étages du lieu d'exposition il présente ses peintures sur toiles, travaux les plus récents (2003-2004), et réalise quatre muraux in situ, dont un à l'extérieur (peinture monumentale sur palissade de bois prés du miroir d'O).La peinture de Frédéric Di Martino se donne à voir de façon immédiate. Par la simplicité des formes, la vivacité de la couleur, la frontalité de l'image - choix d'un cadrage serré sur l'objet - qui " montre " plus qu'elle ne représente et par l'ingénieux système mis en œuvre : associations d'idées, analogies ou combinaisons de divers éléments.
Le peintre ignore généralement les rapports d'échelles, ses motifs sont souvent surdimensionnés au regard des fonds et s'il reconnaît le caractère surréaliste de ses images (on pense à René Magritte par exemple) il préfère appeler " choses " plutôt qu' " objets " les éléments, si contradictoires en apparence, qu'il essaie de faire coexister sur la toile.

Frédéric Di Martino ne fait pas dans la demi-mesure. Lorsqu'il sort du format tableau de taille assez modeste, c'est pour réaliser avec jubilation des muraux, fresques sur fond diurnes ou bien nocturnes, qui ponctuent l'espace d'art d'une série de " coups d'éclat " plastiques.
Ces peintures monumentales lui permettent d'établir un autre rapport au médium, un changement d'échelle, de gestes et d'outils et de jouer à la fois l'alternance et la fusion d'univers très colorés dans des œuvres au caractère éphémère, réalisées en fonction du lieu.
Si l'exposition s'appelle L'Héritage de mon père, c'est que l'artiste tient à établir une filiation entre son univers pictural et les différentes sources auprès desquelles il s'est nourrit.
Les premières images peintes que l'artiste à observé étant enfant sont celles M. Di Martino père, artiste amateur, dont quelques exemplaires sont exposés dans la partie centrale du deuxième étage. Un zèbre, une girafe, un Cow-boy et un Goldorak se côtoient à travers les gouaches ou les dessins réalisés de 1965 à 1979, révélant les premières références culturelles de l'artiste.
(source : http://www.cg34.fr/loisirs/culture/art/dimartino.html)

" Même si le titre reste évocateur, il ne s'agit pas d'une exposition sur la figure du père, le mien en l'occurrence. Je souhaite faire allusion ici à la notion de filiation. Car il est bien évident que l'on est dans la mesure où quelqu'un d'autre a été avant nous (…) On comprend bien à la vue de cette production que l'auteur a tenté de bâtir un monde parallèle, fait d'animaux et de personnages de BD, et c'est bien ici où nous nous rejoignons, car j'évolue dans un univers que j'essaie de construire de toute pièce.(…) Nous l'aurons enfin compris, il s'agit d'une filiation revendiquée et le cadre d'une exposition personnelle reste le lieu adéquat pour une telle mise au clair." ( texte de Frédéric Di Martino )

EXPOSITIONS


EXPOSITIONS PERSONNELLES
2003 - « Petite peinture du dimanche », Ecole Supérieure des Beaux-Arts (résidence), Nîmes
1998 - « Choses du monde », Espace Gustave Fayet, Sérignan
1997 - « A table », Iconoscope, Montpellier

EXPOSITIONS COLLECTIVES
2002 - « peinture... peintures », sélection d'oeuvres de la collection du FRAC Languedoc-Roussillon, dans le cadre de l'Eté du Petit Temple, Ganges
2001 - « Voyage à Cythère », Espace Gustave Fayet, Sérignan
1999 - « Balades en sol mineur », FRAC Languedoc-Roussillon, Musée Pierre André Benoit, Alès
1998 - « Or-paires / Rencontres n°12 », La Vigie-Art Contemporain, Nîmes
1997 - « Séries », FRAC Languedoc-Roussillon, Font-Romeu - « Temps variables sur l'ensemble des territoires », Espace 22A/Iconoscope, Barcelone/Montpellier
1996 - « Loup y es-tu ? », FRAC Languedoc-Roussillon, Espace Diogène, Pézenas - « Flore et Faune », FRAC Languedoc-Roussillon, Espace Paul Riquet, Béziers
1995 - « Trafic », FRAC Languedoc-Roussillon, Montpellier
1994 - « La maison, la souris, le drapeau et autres histoires », Sala Mas, Santa Coloma de Gramenet (Espagne)
1993 - « Rencontres n° 2 », La Vigie-Art Contemporain, Nîmes - « Confrontaciones », Casa de America, Madrid - « Nouveaux augures », FRAC Languedoc-Roussillon, Sète
1992 - Steden Forum Europa, Amersfoort (Pays-Bas) - « Calais, Combes, Di Martino », Féri'Art, Nîmes

REALISATION PUBLIQUE
1998 - Peinture murale, Médiathèque de Sérignan

BIBLIOGRAPHIE

  •  Choses du monde , catalogue, texte de Céline Mélissent, 1998, Espace Gustave fayet/FRAC L.-R./Iconoscope
  •  Carnet de bord , catalogue, 1996, La Vigie-Art Contemporain
  •  Confrontaciones , catalogue d'exposition, 1993, Casa de America

PRESSE

  •  MIDI-LIBRE , Stéphane Bonnefoi, 28 mars 2003
  •  La Semaine de Nîmes , Christophe Bidjarano, n° 208, avril 2003
  •  « Une fresque à la Médiathèque », Sandrine Esco, La Marseillaise , 15 avril 1998
  •  « Entre ciel et terre : les choses du monde de Frédéric Di Martino », Vision sur les Arts n°186/Bulletin Municipal, Sérignan, juillet 1998
  •  « Le plaisir des yeux », Lise Ott, MIDI-LIBRE , 18 mars 1997
  •  « Une peinture à déguster », Bruno Samper, La Marseillaise , 9 avril 1997

CONTACTS

Association galerie ESCA - http://www.galerie-esca.com/expo_elzdim02.html