Georges Aperghis

.jpg

Biographie


Georges Aperghis est un compositeur français d’origine grecque, né le 23 décembre 1945 à Athènes, dans une famille d'artistes ; sa mère était peintre et son père était sculpteur. Il se découvre très jeune une passion pour la peinture, mais aussi pour la musique qu’il découvre via la radio et le piano, dont il suit des cours donnés par une amie de sa famille dès l’age de six ans. Ces cours de piano sont en fait le seul enseignement musical qu’il suivra en Grèce.
Grande autodidacte George Aperghis commence par travailler seul sur des partitions en s’inspirant de la façon dont ses aînés ont procédé ; ce travail est d'autant plus impressionnant qu'il ne se limite pas à l'étude des musiques européennes mais qu'il s'intéresse aux musiques africaines ou asiatiques.
Cependant, à Athènes, il ne dispose que de peu d'informations sur l'avant-garde européenne : il parvient à se procurer quelques partitions d'œuvres d'Arnold Schönberg, de Béla Bartók ou d'Igor Stravinski mais cela s'arrête là.

Il décide alors de partir pour Paris, où il s'installe en 1963. S'ouvre immédiatement à lui la possibilité de rencontrer toute l'avant-garde musicale par l'intermédiaire de concerts de la Maison de la Radio et du Domaine musical qui est une société des concerts fondée en 1954 à Paris par Pierre Boulez et qui a pour but de diffuser de la musique expérimentale a un public plus large. Il y est particulièrement marqué par les œuvres de Mauricio Kagel et de John Cage.

Il s'initie alors de manière plus approfondie à l'écriture musicale et plus particulièrement au contrepoint, qui a pour principe faire chanter en toute indépendance apparente des lignes mélodiques superposées, de telle manière que leur audition simultanée laisse clairement percevoir, au sein d'un ensemble cohérent, la beauté linéaire et la signification plastique de chacune d'elles, tout en lui ajoutant une dimension supplémentaire, née de sa combinaison avec les autres.
Il s’intéresse également au sérialisme, un courant musical qui consiste en une série de tonalités déterminées à l'avance et dont la séquence ne varie jamais. Pierre Boulez, fondateur du Domaine Musical est d’ailleurs un grand nom du sérialisme.
Il passe également par la musique concrète, qui consiste à composer à partir de sons enregistrés (sur disque puis sur bande magnétique), en travaillant et en combinant ces sons à différents niveaux, en les enregistrant, en les manipulant sur leur support d'enregistrement sans passer, la plupart du temps, par une notation préalable, d'ailleurs impossible. En quelque sorte, la musique concrète était à la musique instrumentale ce que le cinéma est au théâtre. Il ne s’agit néanmoins pas de musique électronique qui est créé par des oscillations émétiques transmises directement au haut parleur.

En 1970, il décide d'approfondir un langage plus libre et plus personnel et explore alors le son de la parole d'une manière originale. 
Intéressé particulièrement par le théâtre musical, un courant de la musique contemporaine où le musical organise et justifie le théâtral il fonde en 1976 l’Atelier Théâtre Et Musique (ATEM), implanté à Bagnolet jusqu’en 1991, puis au Théâtre Nanterre-Amandiers, dans les Hauts de Seine.
Avec cette structure il renouvelle complètement sa pratique de compositeur. Faisant appel à des musiciens aussi bien qu’à des comédiens, ses spectacles avec l’ATEM sont inspirés du quotidien, de faits sociaux transposés vers un monde poétique, souvent absurde et satyrique, élaborés au fur et à mesure des répétitions. Tous les ingrédients (vocaux, instrumentaux, gestuels, scéniques...) sont traités également et contribuent, en dehors d’un texte préexistant, à la dramaturgie des spectacles. Il y renouvelle son travail de compositeur, qui, selon sa devise, doit « faire musique de tout », en même temps qu’il invente de nouvelles formes de travail où se rencontrent musiciens, chanteurs aussi bien que comédiens et artistes plastiques. Ses pièces intègrent des éléments vocaux, instrumentaux, gestuels, narratifs et scéniques dans un cadre expressif unique.

Œuvres


compositeur
Machinations, Label Accord, 2000. Cat. No. - 4729162. (10 titres, 51 min 37. Enregistrement : IRCAM-Centre Pompidou, Paris, France, juin 2000. Avec : Sylvie Levesque, Donatienne Michel-Dansac, Sylvie Sacoun, Geneviève Strosser (voix), Olivier Pasquet (ordinateur).)
Tingel tangel / jactations, Production CCAM, Musique Française d'aujourd'hui, (24 titres, 57 min 36. Enregistrement : Théatre de la manufacture, lors du 20e festival Musique action, Nancy, Vandœuvre-lès-Nancy, 2003. Avec : Frédéric Daverio (accordéon), Françoise Rivalland (Percussions), Valérie Philippin (soprano), Lionel Peintre (baryton).
Il gigante golia (1975/1990) pour voix et orchestre
Histoire de loups (1976) Opéra
1977 : L'Aveugle de Bagnolet, Marchand de plaisir, marchand d'oublies, théâtre musical de Georges Aperghis, Festival d'Avignon, Théâtre national de Chaillot
1977 : La Poupée Nina, théâtre musical de Georges Aperghis, Festival d'Avignon





Récitations (1977-1978) pour voix seule
1984 : L'Écharpe rouge roman opéra d'Alain Badiou, musique Georges Aperghis, mise en scène Antoine Vitez, Opéra de Lyon, Festival d'Avignon, Théâtre national de Chaillot
1985 : Conversations de Georges Aperghis, mise en scène de l'auteur
Cinq Couplets (1988) pour voix et clarinette basse
Triangle carré (1989) pour quatuor à cordes et 3 percussionistes
Simulacre (1991-1995) série de 4 pièces pour voix et petit orchestre de chambre
Sextuor (1992) Opéra pour 5 voix de femme et violoncelle
Die Hamletmaschine-oratorios (2000) pour chœur et orchestre
Avis de tempête (2005) Opéra, ensemble de chambre et électronique
Seul à Seuls (2006) concert-installation pour et par le Quatuor Hêlios. Production CCAM Festival Musique Action, Cumulus Festival Why Note, Festival Musica
Les Boulingrin (2010), commande de l'État et de l'Opéra Comique, sur une pièce de Courteline créé en mai 2010 à l'Opéra Comique.
compositeur de scène de théâtre et metteur en scène
1986 : La Tour de Babel, Détails d'après Patricia Buzzi, Festival d'Avignon
1988 : Énumérations de Georges Aperghis, Théâtre national de Strasbourg, Théâtre Paris-Villette
1990 : Jojo de Philippe Minyana, Théâtre national de Strasbourg, Théâtre Paris-Villette
1991 : Portevoix de Georges Aperghis, Théâtre de Nice
1992 : H Litanie musicale et égalitaire de Georges Aperghis, Théâtre Nanterre-Amandiers
1996 : Commentaires de Philippe Minyana, Festival d'Avignon
2010 : Tourbillons d'Olivier Cadiot, musique et mise en scène Georges Aperghis, Théâtre du Rond-Point

Livre


Zig-Bang, Paris, P.O.L., coll. « Poésies Théatre », 2004, 96 p. (ISBN 978-2-84682-001-1)