Hamid MAGHRAOUI


Hamid Maghraoui est un illusionniste. Tout en détournant des objets de la vie courante de leur fonction, il joue sur la lumière du jour, l’éclairage artificiel, le cadrage ou encore la distance, dans un effet de trompe l’œil. « J’improvise en extérieur un studio photo avec deux bouts de ficelle et un carton. Après, cela devient magique en apportant quelques transformations. Ma démarche se veut simple, épurée et efficace. »

hamid


Oeuvres


Filmés de très près, avec caméra fixe et en gros plan, ils révèlent à la fois leur physique, leur trame et des effets visuels différents de ceux qu’une vision lointaine fournit habituellement à notre surmenage scopique.
Au « tout choisi » par l’artiste, pour parodier Duchamp, se mêle l’aléatoire puisqu’à la première image cadrée sciemment succède un fragment des suivantes, imprévisible ou imprévu. Ainsi jadis les affichistes, par lacération, fournissaient-ils une autre perception, nouvelle, de la réalité.
Diffusés simultanément et rythmés par des pauses, les trois films ainsi obtenus mettent l’accent sur une fraction d’images, quelques bouts de textes ou des textures, une partie abstraite..., agrandis sur des écrans de dimension identiques à celles des panneaux de référence.
C’est comme si ces derniers, détournés de leur fonction, s’émancipaient de leur pragmatisme usuel pour s’introduire en un lieu voué à la monstration artistique. Le mouvement rotatif régulier assure la touche dynamique à l’ensemble, quelque peu ludique même puisque l’on pense à un jeu de hasard géant du type jackpot.
De plus, le son pur du roulement, couvert par l’activité diurne, est restitué dans sa singularité mécanique. C’est donc à une vision toute neuve d’un objet qui traverse notre champ visuel quotidien que nous sommes confrontés.
Filmés de nuit, les panneaux seront projetés dans la pénombre, ce qui rétablit leur caractère magique (l’imprévu est à portée de main, il suffit de savoir le regarder, de près, au bon moment) et télévisuel, tandis que leur gigantisme insoupçonné, approché au plus près, leur offre une présence réelle par ses effets sur le corps.
Avec cette installation, Hamid Maghraoui offre une œuvre, dans une cacophonie rotative qui en justifie le titre : Macro-industrie.

Exposition


jaune
suitevert


expositions personnelles

  •  2004 Photographies, Kaléidoscope, FNAC Nîmes et affichage sur les bus Ville de Nîmes
  •  2003 Photographies, Médiathèque Marc Bernard, Nîmes, 9 897, École Supérieure des Beaux-Arts de Toulouse
  •  2002 Galerie du Quai des Allégories, Nîmes

expositions collectives

  •  2005 Festival Vidéoformes, Clermont-Ferrand - Sur terre comme au ciel, FRAC LR hors les murs, Espace Paul Riquet, Béziers
  •  2004 FIAV.04, Milan - Frac LR hors-les-murs, Tour Philippe le Bel, Villeneuve-lez-Avignon - Étrange, dit l'Ange, Frac LR hors les murs, Espace Paul Riquet, Béziers - A juste titre, Artelinea, Congénies, Gard - Festival Vidéoformes, Clermont-Ferrand - Media mania # 2, Frac LR hors les murs, médiathèque et musée d’Uzès
  •  2003 Présentation vidéo, Péniche Le Mascaret, Lyon - Kit pour jeunes artistes II, La Vigie-Art Contemporain, Nîmes - Travailler fatigue, FRAC LR, Montpellier
  •  2002 Programmation, CRAC, Sète - Programmation, Friche La Belle de Mai, Marseille - Festival International de Vidéo de Casablanca, 9e édition
  •  2001 Échappée, Chapelle des Capucins, Aigues Mortes - Showroom, Fragments, Loft Design, Nice - Espace Volksystem, Toulouse - Talgo, Piano Nobile, Genève - Projection, Café MK2, Paris
  •  2000 Incursion / excursion, E.S.B.A.N.