Human


Marina Abramovic
AAA-AAA
In a given space,
février 1978
Deux personnes face à face produisent un son continu, qui s’amplifie jusqu’au hurlement, les visages se rapprochent simultanément.

Vito Acconci
Photo Activities 1969-1970
L’artiste cherche un moyen de se projeter dans l’environnement, rendre cet art spontané réel. Lui seul est conscient qu’il fait des performances, qui apparaissent comme de simples actions dans la rue. Les images réalisées ne constituent qu’une étape, ne sont pas le but en soi. Il relève l’idée qu’un besoin d’action constant conduit certainement à la création d’actions finalement inexistantes… Ses performances sortent du domaine de l’intime pour aller directement vers le publique.

Bas Jan Ader
Broken fall (Organic), 1971/1994
Cliché d’un homme dans les airs, saut d’un arbre vers un point d’eau. Réflexion sur la gravitation.

Giovanni Anselmo
Entrare nell’opera, 1971
Photographie de l’artiste se précipitant vers un point de chute. Il inclut le spectateur dans l’image, rend l’authenticité de l’instant (mouvement perceptible). « […] la continuité de l’image- l’image étant un moyen d’expression de l’homme- se cristallise au moyen de la photo là où elle s’annule elle-même en tant qu’image »

Keith Arnatt
Liverpool Beach-Burial, 1968
Cliché vertical d’une plage. L’artiste trouve des volontaires, chaque participant creuse sa propre cavité, puis sont enterrés (une personne tous les 1,2m sur une longue ligne droite). Ces œuvres deviennent des actes.

John Baldessari
Rolling Tire, 1972
« Nulle autre trace de l’œuvre qu’une documentation écrite et photographique ». A partir d’un article de journal décrivant le déroulement d’un accident causé par la chute libre d’un pneu, il réalise une performance. Série de clichés d’un pneu roulant à partir d’un point éloigné jusqu’à l’objectif lui-même. Les photographies viennent ajouter au texte un élément essentiel : la prise de conscience de la vitesse de l’objet.

Chris Burden
Sculpure in Three Parts, 1974
L’artiste décide de rester sur une chaise jusqu’à ce qu’il en tombe. Il place une caméra dans le lieu de performance, et observe que de nombreux photographes se relayent, afin de capturer l’instant de la chute.
« Je suis resté assis sur ce siège de 10h30 le 10/09/1974 à 5h25 le 12/09/1974, heure à laquelle je suis tombé. »

Bed Piece, 1972
Josh Young demande à Chris Burden de réaliser une œuvre. L’artiste demande l’installation d’un lit dans une galerie et décide d’y rester. Josh Young lui fournit alors de quoi subsister, il y restera 22 jours au total.

Sophie Calle
Les dormeurs, « Betty Couturier », 1979
L’artiste demande à des gens aléatoires de participer à une expérimentation : venir dormir dans son appartement pendant 8h, s’y laisser photographier. Vingt huit personnes occupent alors sa chambre pendant 8 jours.

Luis Camnitzer
Untitled, 1978
Photographie prise dans une forêt, centrée sur un homme assis en arrière plan. Au premier plan, une main tien un objet (semblable à des tiges plastiques) encadrant cet homme. Ce système rend à cette figure sa petitesse et en même temps lui accorde un certain centre d’attention. Son but : mettre en avant l’existence d’une périphérie importante autour des puissances gouvernantes. Dénonciation d’une négligence et négation de ces périphéries.

Sarah Charlesworth
Stills, 1980
Série de photographies journalistiques agrandies de personnes en chute libre.

Braco Dimitrijevic
Accidental painting, 1968
Performance réalisée dans la rue. Il place un tas de plâtre à mouler sur la route, puis s’installe avec un appareil photo. Importance, mise en avant, de l’instantané. L’artiste a peu de control sur ses œuvres, car elles sont constituées d’interactions avec des gens ou évènements, qui les font exister un instant.

Valie Export
Body Configuration, 1982/84
Série d’oeuvres photographiques alliant le corps de l’être humain et les formes géométriques architecturales.

Hans-Peter Feldmann
Time series « window cleaner », 1974
Série de photographies prises à partir d’un angle similaire vers un même objectif : deux fenêtres qui apparaissent sur chaque cliché dans une position unique.

Tom Friedman
Untitled, 1993
« J’aime utiliser de manière imaginaire pour transcender l’égo » (here is a good man !)
L’artiste se photographie allongé au sol, puis retourne la photo. Il offre un rendu de gravitation inversée, comme pour en défier ses lois, il apparaît alors attiré par le plafond.

Scott Grieger
Impersonations : Robert Grosvenor, 1971
Impersonations : Claes Oldenburg, 1971/2007
L’artiste cherche à se faire une place dans le monde de l’art, qu’il décrit comme un “magasin de bonbons“. Il se dit réussir grâce à son humour et à sa dérision. Ici nous avons deux clichés jouant avec la perception de la taille et proportions humaines.

John Hilliard
63 ways of looking at Jeannie, 1971
L’artiste travaille avec la photographie et la sculpture. Son projet réunit 63 clichés d’une femme, jouant avec les effets d’une forte sur exposition jusqu’à sous exposition totale.

P.Garcia