Iannis Xenakis

Iannis Xenakis


Biographie
Iannis Xenakis est né le 29 mai 1922 en Roumanie et mort le 4 février 2001 à Paris. Après la mort de sa mère en 1927, il sera confié a des gouvernantes. En 1932 il partira vivre en Grèce avec son père et y passera sa jeunesse. Il s'est ensuite réfugié en France en 1947, après l'occupation allemande puis britannique.

Xenakis est un compositeur, architecte et ingénieur. Il est le premier Européen à utiliser un ordinateur pour composer de la musique et il est aussi le créateur de la musique stochastique.


" J'ai ressentis pour la musique une sorte de fascination qui ne m'a jamais quitté depuis le jour ou - j'avais 6 ans - ma mère m'a donnée une flûte d'enfant, elle s'est mise à en jouer et j'étais comme pétrifié. Puis j'ai écouté la radio."


Dès son plus jeune âge, la musique occupe une place très importante dans sa vie. En effet, dès l'âge de 6 ans il repère tous les éléments en lien avec celle-ci.


" Mais ce dont je me souviens le mieux, c'est encore la présence d'un poste de radio dans la salle de réunion. "


La cinquième symphonie de Beethoven l’a beaucoup marqué et a joué un rôle important dans son chemin vers la composition.

Dans sa jeunesse Xenakis s'intéresse à de nombreux sujets tels que l'archéologie, la littérature antique, la philosophie, les mathématiques, les sciences et plus particulièrement l'astronomie. Il est également passionné par la nature et passe beaucoup de temps à l'écouter.
En effet, les travaux de Debussy sur le vent ont beaucoup plu à Xenakis qui y retrouvait ses propres impressions.

Xenakis a suivi des cours de droit, d'économie politique et de physique à l'université, tout en préparant l'école Polytechnique d'Athènes.

Lors de la seconde guerre mondiale, il est entré dans la résistance contre les allemands, d'abord dans des organisations nationalistes, puis communistes. Il fut également blessé durant les combats contre les anglais lors de l’occupation anglaise de 1945 en Grèce. Il a aussi participé à des activités politiques clandestines et été emprisonné a plusieurs reprises.

En 1946, Xenakis est de nouveau incarcéré et s’enfui pour se réfugier à Athènes pendant six mois puis réussi à passer en Italie grâce à de faux papiers procurés par son père et commence à travailler comme ingénieur pour Le Corbusier.

En 1958 il intègre le Groupe de Recherches de Musique Concrète de Pierre Schaeffer.

En 1961, Xenakis participe au congrès international « Orien-Occident » à Tokyo où il présente un concert de musique expérimentale.

En 1962, il met au point un programme informatique de composition musicale.

En 1972 il est nommé membre de la British Computer Arts Society.

En 1977, il reçoit le prix Beethoven de Bonn et le Grand prix du disque de l’académie Charles-Cros.

Le 2 mai 1984, Xenakis est reçu à l’Académie des Beaux Arts au siège de Georges Auric. Il fonde les ateliers UPIC en 1986 et travaillera aussi à l’université d’Edinbourg, de San Diego et de Paris I.

Il est nommé officier de la légion d’honneur et commandeur de l’ordre des Arts et Lettres en 1991, puis chevalier de la légion grecque du Phénix et commandeur dans l’Ordre National du Mérite et en 1997 il reçoit le Prix Kyoto au Japon.

Aujourd’hui, l’association « les Amis de Xenakis » se charge de soutenir, d’organiser des évènements, d’informer, de publier et de promouvoir les œuvres et la mémoire de Iannis Xenakis. http://www.iannis-xenakis.org/fxe/asso/association.html


"Grâce à la technologie, nous pouvons être assurés que la musique du passé comme la musique à venir seront des musiques jamais entendues."





La musique Stochastique:


Ce nom à été donné par Yannis Xenakis en 1954, il vient du grec Strochastikos qui signifie "qui tend bien vers un but"

La musique Stochastique est une nouvelle conception de la composition musicale essentiellement fondée sur une définition globale des états sonores successifs dont est faite la musique en utilisant le calcul des probabilités pour calculer dans le détail les particules sonores ainsi que le passage d'un état à un autre, état et passage dont il a déterminé les moyennes au préalable.
Le but de Iannis Xenakis est de trouver une formulation abstraite des lois présidant au phénomène sonore de masse dont il veut reproduire musicalement le principe : chant des grillons, évolution de l'ordre au désordre dans une manifestation populaire de masse, des gouttes de pluie sur un toit ...


Les oeuvres de Iannis Xenakis:

Iannis Xenakis a beaucoup composé et ses œuvres sont assez variées dans le domaine musical. Il a composé, par exemple, des morceaux pour chœur, orchestre ou encore solistes.
Il a également composé pour des orchestres ou ensembles composés uniquement de cordes.
Enfin, on peut relever qu'il se dirige vers la musique électro-acoustique sur la fin de sa carrière. La musique électro-acoustique est un mouvement très important dans la carrière de Xenakis.

Sa musique électro-acoustique s'oppose en quelque sorte à la musique dodécaphonique, technique qui met en évidence les 12 notes de la gamme chromatique (gamme dont les notes sont espacées d'un demi ton seulement et qui évite donc toute tonalité ).

Il compose à l'aide de concepts mathématiques et physiques (notion de masse, théories des ensembles, calcul des probabilités).
Xenakis conçoit la musique comme « un ensemble de transformations énergétiques ».
Son travail est un équilibre entre innovation et marginalité.

Il a travaillé avec deux éditeurs principaux : Boosey & Hawke et Salabert (www.durand-salabert-eschig.com) qui deviendra son unique éditeur dans le milieu des années 60.

Le catalogue des œuvres de Xenakis s'étend sur 45 ans. Il comporte à peu près dix genres musicaux :

- Chœur et orchestre ou ensemble (13 morceaux)
- Chœur a capella (7 morceaux)
- Voix seule et instrument (6 morceaux)
- Orchestre (31 morceaux)
- Orchestre ou ensemble de cordes (7 morceaux)
- Musique d'ensemble (12 morceaux)
- Soliste et ensemble ou orchestre (10 morceaux)
- Musique de chambre (27 morceaux)
- Instruments seuls (17 morceaux)
- Musique électro-acoustique (14 morceaux)


Un petit plus sur ses œuvres:

Analyse d'une œuvre: Orchestre, Metastaseis.



Le titre de son œuvre est basé sur un ensemble de mots qui se réfèrent tous à son choix. En premier lieu on trouvera une référence connue et qui a inspiré plusieurs artistes et compositeurs tel que Mozart; cette personne s'appelle: Pierre Métastase. C'était à la fois un dramaturge italien auteur de "mélodrames" (tragédies avec accompagnement musical), et un poète. Ensuite nous avons aussi les métastases (en sciences), qui symbolisent le déplacement de cellules infectieuses (qui vient du grec). Et enfin, il y a la traduction grecque qui signifie: "S'en aller" (μεθίστημι).

Xenakis a écrit un triptyque sur les rituels populaires de la Thrace en Grèce (Les Anastenaria). Ces rituels populaires se décomposent en trois étapes : la première est le sacrifice du taureau, la seconde est la danse sur le feu, et la troisième correspond aux icônes et à l’intervention des prêtres.

Metastaseis serait le supposé volet n°3 du triptyque «Anastenaria». C'est une œuvre qui rompt complètement avec les habitudes et les normes de composition de l'époque.

Les deux œuvres de Xenakis «le Sacrifice» et «la Procession aux eaux claires» correspondent aux phases A et C du rituel d’après leurs titres. «Metastaseis» pourrait être la représentation de l'étape B de ce rituel.

Metastaseis est la première œuvre que Xenakis compose en utilisant seulement des procédés mathématiques. Elle a été créée au Festival de Donaueschingen en Allemagne (1955), sous la direction de Hans Rosbaud.


L’œuvre commence sur un glissando interprété par les cordes de l'orchestre. Les glissandos sont très présents dans les travaux de Xenakis, c'est une variation qui est capable de faire ressentir beaucoup d’émotion.

Le morceau se termine également sur un glissando aux cordes, chaque instrument à corde commence sur une note et joue en decrescendo. Tous les tons se rapprochent pour terminer sur un unisson.

Xenakis utilise un principe de composition qu'il a découvert lui même dans cette œuvre: "Composition des sons comme masse, par moyens statistiques, et s'opposant à la musique dodécaphonique"

Xenakis utilise certaines formules de probabilités afin de former les différentes sonorités de son morceau.

Parfois on peu sentir comme un hasard dans les notes et les sons entendus, on pourrait penser, dans certains mouvements de cette œuvre, que les notes sont envoyées aléatoirement. En revanche, malgré cette impression, la sonorité générale de l'œuvre reste juste.

Xenakis utilise aussi des suites de douze tons, c'est à dire des suites de deux gammes, ce qui n'est pas dans les normes. Habituellement on utilise des suites de 6 tons (une seule gamme, du Do au Do ).

Au niveau mathématique de cette œuvre, on peu enfin relever la suite de Fabonnaci. C'est une suite de nombres entiers dans laquelle chaque terme est la somme des deux termes qui le précèdent.

La montée orchestrale du début de ce morceau (1'30") a inspiré les Beatles dans leur chanson "A Day in the Life" (1967).



Une oeuvre un peu plus classique: Instrument seul (Piano), A. R. (Hommage à Ravel).



Xenakis a composé cette œuvre pour le cinquantenaire de la mort de Maurice Ravel. Elle a été créée en 1987, pour le Festival International de Radio France et de Montpellier.

C'est une pièce courte, où mélodies alternent avec accords.
Les tons descendent petit à petit vers le grave en ce qui concerne les accords. Le fond sonore est donc decrescendo.
La pièce finit sur un cluster, qui est un groupe de notes frappées, au piano, par la main à plat ou le poing. Toute combinaison de sons rapprochés est donc un cluster, par opposition aux sons distincts d'un accord.

Dans cette œuvre, les notes sont dures à distinguer car le rythme est très rapide.
On distingue une sorte de nuage de sonorités. On retrouve ici la notion physique de masse qu'utilise Xenakis dans l'interprétation et la composition de la musique.


Nuits



Œuvre polyphonique qui met en scène la souffrance des prisonniers politiques grecs lors de la guerre. En effet, le soir venu les prisonniers se mettaient à parler entre eux ainsi qu'à se lamenter. On compte douze voix regroupées au sein de cette oeuvre (alto, soprano, ténor et basse). On peut aussi remarquer l'absence totale de lyrisme. En effet ne sont prononcées que des voyelles. L'intonation et le rythme nous font ressentir toutes sortes d'émotions et de procédés ; nous passons donc de l'étonnement au raisonnement, et de l'étonnement à la compassion pour le peuple grecs qui a souffert durant la guerre. Xenakis fait ici une sorte d'hommage à son peuple et montrant ainsi toutes les possibilités de la voix humaine.

Diatope

image diatope3.jpg (0.1MB)
image sanstitre.png (59.8kB)



Le Diatope est non seulement une oeuvre architecturale, mais il est aussi un spectacle visuel et lyrique. Il fait appel aux sens humains tels que la vue et l'ouïe. C'est le seule Polytopes pour lequel il conçu également une architecture. Une fois entrée dans le Diatope, nous pouvions voir un spectacle lumineux fait à base d'éclairs et de flash lumineux commandés électroniquement. On nous donnait aussi des textes de Platon et de Blaise Pascal. On pouvait aussi entendre une musique qui allait avec la lumière: La Légende d'Eer (inspiré de la République de Platon). C'est un spectacle électroacoustique. La structure fut installée en l'honneur de l'inauguration du Centre George Pompidou à Paris en février 1978, mais qui fut retardé jusqu'à juin 1978.







Bibliographie

http://www.iannis-xenakis.org/

http://www.coursdesolfege.fr/lexique.php?

http://www.musicologie.org/Biographies/xenakis_iannis.html

http://brahms.ircam.fr/iannis-xenakis

http://www.cirm-manca.org/fiche-artiste.php?ar=178

http://www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/Iannis_Xenakis/150141

http://www.larousse.fr/encyclopedie/musdico/stochastique/170216

http://www.larousse.fr/encyclopedie/musdico/cluster/166876

http://emilreinert.wifeo.com/documents/cest-ultra-bon.pdf

http://www.theguardian.com/music/tomserviceblog/2013/apr/23/contemporary-music-guide-xenakis

http://www.centre-iannis-xenakis.org/

http://www.ina.fr/video/CAF97017178

http://www.musique-millet.com/analyses_musicales_diverses/xenakis_nuits.htm

Portrait(s) de Iannis Xenakis