José Bové

Bibliographie

Né le 11 juin 1953, à Talence en Gironde. Il est né d'un père spécialiste en agronomie, Joseph Bové, luxembourgeois d'origine, il prend la nationalité française en devenant directeur régional de l'Institut national de la recherche agronomique (INRA). Il est membre de l'Académie des sciences. Sa mère, Colette Dumeau, est professeur de sciences naturelles. José Bové suit ses parents, chercheurs, ils vont séjourner plusieurs années aux État-Unis. Il passe son baccalauréat économique en France et l'obtient avec mention. Il fait des études de philosophie à Bordeaux. 1973, est l'année qui marquera un tournant dans la vie et la pensée de José Bové. "Il voyage en Inde et fréquente la Communauté de l'Arche de Lanza del Vasto qui prône une philosophie de non-violence. Il est également fasciné par la philosophie et l’action politique de Gandhi. Il découvre en l’écrivain américain Henry Thoreau le principe de désobéissance civique et non violente."


Les prémisses d'un leader

Larzac

En 1973, il abandonne ses études de philosophie et se ralie activement au mouvement antimilitariste. Il participe notamment au rassemblement national contre l'extension du camp militaire dans le Larzac. Il s'y installe pacifiquement pour y élever des moutons avec son épouse, mais continue sa mobilisation active. Son action reste toujours pacifiste et à pour but d'agir contre les biens et non contre les personnes. "Il prône alors, dans son métier de paysan comme dans son engagement syndical et politique, l’auto organisation et le rejet des grosses productions." (politique.net). C'est en 1976, qu'il voit ses problèmes judiciaires commencés. En effet, participant à la lutte contre l'extension du camp militaire du Larzac, qui est un mouvement à la fois ouvriers et agriculteurs, il se trouve aux côtés de 22 autres militants, ils investissent le camp militaire et ressortent munis de documents officiels qui prouvent que l'armée vient d'acquérir des terrains agricoles. Il sera condamné à trois semaines de prison et de quatre mois avec sursis.

Actions écologiques

En 1987, il créé la Confédération paysanne, il devient le représentant principal de la lutte altermondialiste. Les actions contre les OGM se voient de plus en plus multipliées: arrachage de plants ou action contre la "malbouffe" (démontage des lieux de restaurations rapides comme  McDonald). Ces évènements lui vaudront de nouvelles condamnations et arrestations spectaculaires. Ses actions et son influence iront bien au-delà des frontières du monde agricole. Désormais, le personnage ne se cantonnera pas aux actions françaises mais sera présent dans les grandes réunions mondiales (Seattle, 1999). José Bové va également élargir ses domaines d'actions et va se pencher sur les problèmes concernant la santé de la planète (Palestine, Brésil...).


Politique

Sa candidature aux présidentielles de 2007

En juin 2006, José Bové annonce sa candidature aux élections présidentielles. Ainsi il prône une politique défendant une gauche "antilibérale, écologique, antiproductiviste et altermondialiste" (selon ses propres termes: (république des lettres)). Il est présent au Collectif du 29 mai qui réunit tous les candidats potentiels de l’extrême gauche. Sa candidature est sujet à polémique en raison entre autre de la candidature de Marie-George Buffet. Pourtant tous deux désireraient qu’il n’y ait qu’une candidature commune ce qui permettrait de réunir tous les partis de l'extrême gauche. Seulement aucun des candidats ne souhaite se retirer. En juin 2006, une pétition circule, en soutient de la candidature de José Bové. Février 2007, annonce officielle et définitive de sa candidature.


grandes lignes de son programme

"taxer les délocalisations accompagnées de forts bénéfices et de licenciements, poursuite de la réduction du temps de travail, développement des énergies alternatives, lancement de chantiers d’amélioration de l’habitat, transformer le parlement européen en assemblée constituante pour élaborer une constitution en 2009 (après les européennes)." ( décap'actu)


Chronologie:

1953: nait à Talence en Gironde.

1956 à 1959: vit aux Etats-Unis pour y suivre ses parents professeurs à l'Université de Berckeley.

1976: s'installe avec sa femme, Alice Monier, et sa fille dans le Larzac et devient éleveur de moutons. Premier séjour en prison.

1978: création de Centre Cantonal des Jeunes Agriculteurs (CCJA).

1981: première victoire: abandon du projet d'achat des terres agricoles par l'armée.

1982: adhère aux Paysans Travailleurs.

1987: création de la Confédération Paysanne.

1993: parvient à faire admettre son Comité dans l'interprofession en mai 1993.

1995: lutte contre la reprise des essais nucléaires français.

1998: destruction de plants de maïs OGM.

1999: démontage du restaurant Mc Donald's de Millau. Mis en examen, il se livre à la police sous les regards médiatiques.

2000: élu porte-parole de la Confédération Paysanne et devient le symbole de la lutte anti-OGM. Déroulement du procès pour le démontage du restaurant Mc Donald's.

2001: condamnation en septembre à trois mois fermes. Un de ses co-prévenus a été relaxé, mais il faisait quand même parti des appelés et dû comparaître. La Confédération organisa un carnaval de "l'immondialisation", où 10.000 à 15.000 personnes ont défilé dans les rues de Montpellier. "José Bové, entouré par ses avocats et ses collègues syndicalistes, pris la tête du cortège."

2002: nouvelle comparution au palais de justice pour avoir détruit des plantations de champs de colza. Il est alors considéré comme récidiviste et risque une peine de 10 ans de prison.

2003: incarcération avec violence de José Bové pour avoir à nouveau fait acte de dégradation de plants OGM. Vives réactions dans le monde politique.

2004: démissionne de son rôle porte-parole, et s'internationalise: conflit palestinien, Brésil, ect...

2005: revendique le "NON" au référundum européen.

2006: 30h de mise en garde à vue. Suivie d'une remise en liberté: " "Je suis remis en liberté sans avoir la moindre convocation devant la justice ou aucune autre instance. Cela montre à l'évidence que tout cela ne tenait pas la route", a déclaré José Bové à sa sortie de prison"

2007: candidat aux élections présidentielles. José Bové sort libre du palais de justice de Millau, où il avait été convoqué suite à sa condamnation pour fauchage d'un champ de maïs transgénique.

2008: risque une peine de dix ans d'emprisonnement pour avoir agi en état de récidive légale (selon ses termes).


Bibliographie:

Paysan du monde, José BOVÉ, ed LGFParis, date de parution 03 septembre 2002

Pour la désobéissance civique, José BOVÉ, ed 10-18, date de parution 15 septembre 2005

Un paysan pour l'Europe: entretien avec Claude-Marie Vadrot, de José BOVÉ, ed De lachaux et Niestlé, date de parution le 07 mais 2009


Sources/Notes

sites journalistiques:

http://www.etyc.org/la-gazette/756-ogm-jose-bove-a-commence-sa-greve-de-la-faim-rue-de-la-banque-a-paris.html [archive]

http://www.politique.net/jose-bove.htm [archive]

http://www.evene.fr/celebre/biographie/jose-bove-14946.php [archive]

http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2007-04-11/biographie-jose-bove/917/0/113464 [archive]

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/20010216.OBS2231/?xtmc=michel_legrand&xtcr=20 [archive]


sites républicains:

http://www.decapactu.com/spip/article.php3?id_article=85 [archive]

http://www.republique-des-lettres.fr/10236-jose-bove.php [archive]

Sites importants:

http://jose-bove.eu/index.php [archive]?

http://www.confederationpaysanne.fr/ [archive]

José Bové