Article nécessitant des illustrations. 08/03/2016

Julien Previeux

Julien Prévieux

undefined?

Artiste français reconnu, Julien Prévieux est né à Grenoble en 1974.
Il exerce son art à Paris où il vit. Il est représenté en tant qu’artiste par la galerie Jousse Entreprise (Paris) et galerie West (la Haye). Touche-à-tout, il s’inscrit dans beaucoup de mondes différents tels que le travail, le management, l’économie, la politique, les dispositifs de contrôle, la technologie de pointe, l’industrie culturelle..
Il se fait connaître à la fin des années 90 grâce à une vidéo ou il fait des roulades pendant plusieurs longues minutes, au milieu de la ville, dans une rue. Dès lors, son travail peut émerger.

Expositions personnelles
2012
10 puissance 120, Frac Basse-Normandie, Caen
Stratagèmes et espaces clos, Galerie de l'école des beaux Arts de Rouen, Rouen
2011
Lettres de non-motivation, Maison populaire, Montreuil, France
Dimension in Modern Management, Galerie Jousse Entreprise, Paris, France
Le choc Du futur, Médiathèque de Tarnos, Tarnos, France
Anomalies construites, Galerie Edouard Manet, Gennevilliers, France
Lettres de non-motivation, Le théâtre - Scène conventionnée de Laval, Laval, France
Lettres de non-motivation, Bibliothèque Simone-De-Beauvoir, Rouen, France
2010
Exposition Le dilemme du prisonnier. Château des Adhémar, Montélimar, France
Colorless Green Ideas Sleep Furiously, Galerie West, La Haye, Hollande
2009
Lettres de non-motivation, Ecole Supérieur d'Art de Grenoble, France
La totalité des propositions vraies (avant), L'antenne du Plateau, Paris, France
2008
Think Park, Synagogue de Delmes, France
Comment - No Comment, Domaine de Kerguéhennec, Centre d’art Contemporain, Bignan, France
2007
Management Cockpit, La Vitrine, Paris
Pseudo-collision, LIA, Grenoble
Management of Change and Conflict, galerie Jousse Entreprise, Paris
2004
Commotion, galerie Jousse Entreprise, Paris
2001
Window 42, Londres, Grande-Bretagne

Quelques oeuvres:

La totalité des des propositions vraies (avant) (2009)
L’intérêt de Julien Prévieux pour l’organisation des savoirs et l’accumulation des connaissances (parfois jusqu’à saturation) est au coeur de cette installation réalisée lors de son exposition à la synagogue de Delme. Celle-ci prend la forme d’une bibliothèque des idées obsolètes et dépassées et procède d’une laborieuse collecte de livres, dont le contenu n’aurait plus assez de valeur pour être conservé. Suite à un long travail de récupération dans des bibliothèques publiques et privées, l’artiste s’emploie à sauver du pilon, pour n’en citer que quelques-uns : Le nouveau petit Larousse Illustré, 1959 ; La technique moderne, 1933 ; U.R.S.S. Le pays où le soleilne se couche pas, Emil Schulthess, Albin Michel, 1971 ; L’imposture informatique, Françoisde Closets et Bruno Lussato, Fayard, 2000 ; Top Tennis, Yvan Lendl, 1987 ; Windows 95pour les nuls, Barrie Soskinsky et Christopher J. Benz, Sybex, 1999… Oubliés, méprisés, en marge des savoirs à la pointe, ces livres continuent à faire sens, une fois réorganisés dans cette bibliothèque de rebus linguistiques, techniques et historiques

Les lettres de non-motivation :
Régulièrement depuis 2004, J.Prévieux répond aux offres d’emplois des entreprises en y expliquant avec humour et subtilité les raisons pour lesquelles il ne postulera pas. Sur http://www.previeux.net/pdf/non_motivation.pdf on peut retrouver un certain nombre d’entre elles ainsi que les réponses qu’elles ont engendré par les entreprises. Julien Prévieux développe ici une certaine contre-productivité.

FAQ ( Foire aux questions ) (2007)
Cette exposition comprends 11 tableaux « abstraits » aux formes géométriques qui sont associés à différents énoncés. Ce qui crée le bouleversement est que le rapport texte image est ici changé : l’image n’est plus la représentation du texte mais le texte est celle de l’image.

Forget the money (2011)
Forget the money, installation réalisée à partir de la bibliothèque située dans l’appartement new yorkais de Bernard Madoff, célèbre homme d’affaire américain, responsable de l’escroquerie du siècle, estimée à 65 milliards de dollars us et révélée suite à la crise financière de 2008. Il présente une centaine de livres, principalement des thrillers et des best-sellers, ayant appartenu à Madoff et rachetés après la saisie de ses biens par le FBI. Ces ouvrages aux titres prémonitoires (end in tears, no second chance, the world is made of glass, the investigation, white shark, k is for killer,…) semblent fonctionner comme des reliques, empruntes d’un fétichisme ambigu, reposant bien évidemment moins sur leur qualité que sur le destin de leur propriétaire. Un petit bout d’histoire érigé en monument absurde, qui aborde le scandale par ses à-côtés, ses détails mineurs dans lesquels on ne peut s’empêcher d’essayer de décrypter, malgré le peu d’intérêt visible de Madoff pour la littérature, les signes annonciateurs du drame. Julien Prévieux s’amuse de ce phénomène en relevant dans une large sélection de livres les phrases comportant le terme «money », véritable clé de l’intrigue, ce qui donne lieu à une pièce sonore et à des tirages reproduisant la liste de ces extractions textuelles.

What shall we do next ? (2006-2011)
Performance animé, What shall we do next est une œuvre de Prévieux qui comprend 3 modules. Le premier montre des gestes tirés des films de science-fiction depuis les années 1950. Le deuxième module comprend un dialogue et une chorégraphie de deux danseurs. Le troisième est empli de tous les gestes du futur prélevés auprès de l’UPSTO, agence américaine de la propriété industrielle.

Il fait partie de « Post-Post-Production » où il sélectionne des scènes de films qu’il retravaille intégralement avec des effets spéciaux volontairement ratés.

Plus récemment, il est récompensé par le prix Marcel Duchamp 2014 pour son œuvre « What shall we do next ? »
Mélangeant plusieurs formes d’art, Julien Prévieux s’inscrit dans l’art moderne est ne manque pas de s’y démarquer.