LA MONTE YOUNG


La Monte Young

Biographie

La Monte Young est né en 1935 à Bern, Idaho. Il apprend le saxophone à 5 ans puis fréquente une école de Jazz à Los Angeles à 15 ans. Quelques années plus tard, il se produit avec Billy Higgins, Don Cherry, Ornette Coleman et Terry Jennings. Il prend des cours de composition avec Eric Dolphy avec qui il joue de la clarinette dans un orchestre classique. Au L.A. City College, Leonard Stein lui fait découvrir Debussy, Bartok et surtout Webern. Vers 1956/58, La Monte Young compose alors ses premières pièces dodécaphoniques. En 1959, il découvre les travaux de John Cage au séminaire de Karlheinz Stockhausen à Darmstadt.
Ces travaux portaient notamment sur l'indétermination dans la composition et l'interprétation d'une œuvre. A son retour La Monte Young complète sa formation par deux années d'études à Berkeley où Richard Maxfield enseigne, vraisemblablement le premier aux Etats-Unis, les techniques de création musicale à l'aide de sources purement électroniques.
La Monte Young abandonne le sérialisme pour une approche nettement influencée par les compositions expérimentales de John Cage. De cette période datent ses premières œuvres où il s'agit de jouer une seule note tenue pendant une durée indéterminée ("Trio pour cordes") et des "compositions" qui comportent comme seules indications : "Si et fa dièse à tenir longtemps" ou "Tirez une ligne et suivez la". En 1960, Young programme une première série de concerts dans le loft de Yoko Ono et participe, en 1961, aux soirées organisées par Georges Maciunas dans sa galerie new-yorkaise. L'impulsion est donnée à Fluxus, mouvement fortement influencé par John Cage où les créations s'apparentent à de véritables happenings réunissant différentes pratiques artistiques.


Trio for Strings


Ce morceau est une composition de 1958 et dure environ 58 minutes. On peut y entendre des longues notes tenues et des longs silences. Les nuances sont proches du piano mais avec des accords restreints. Ceci est réellement la base de toutes les musiques minimalistes de l’artiste. De plus, cette composition a représenté une grande économie de moyens. C’est une oeuvre sérielle* mais poussée à son extrême. Par exemple, les silences vont jusqu’à 40 secondes ce qui est tout de même très long. Cette oeuvre est considérée comme étant une des oeuvres fondatrices du minimalisme mais aussi son oeuvre la plus populaire et jugée la plus réussie de l’artiste. Il a pourtant réalisée cette pièce pour valider son diplôme à l’université de Berkeley mais elle s’est vraiment inscrite comme étant une oeuvre incontournable. L’artiste a effectué une représentation de cette oeuvre pour la première fois en 1962 à New-York.

Poem for Chairs, Tables, Benches, etc.

Cette composition a été créée par La monte Young en 1960. Pour celle-ci, il décide de se tourner vers l’art conceptuel. Le but est de demander à des participants de pousser et trainer des meubles sur le sol afin de créer divers bruits se mélangeant et produisant une sorte de mélodie. Ici, l’intérêt était porté sur les sons par friction en trainant des gongs sur du béton, sur des sols en bois et en raclant du métal sur des murs. La durée des événements est décidée de façon aléatoire et n’est donc, pas fixe. Pour cette oeuvre, l’idée était plus de créer des performances diverses que des bandes son classiques.

Dream Houses


En 1962 La Monte Young compose "The Four Dreams of China" et prend conscience de son désir de "construire des œuvres musicales qui pourraient être jouées très longtemps, voir indéfiniment". Il s'écarte du mouvement Fluxus vers 1965. Entre temps La Monte Young a rencontré l'artiste Marianne Zazeela qui deviendra sa femme. En août 1963, ils mettent sur pied la première installation visuelle et sonore du nom de "Dream House" (https://www.youtube.com/watch?v=iezxej1S52E). Marianne Zazeela a développé un système de lumières évolutives et colorées sur des sculptures. Les ombres des sculptures, résultant de la combinaison de plusieurs éclairages, créent de nouvelles formes en trois dimensions, un nouvel espace entre le réel et l'imaginaire. La musique qui est jouée est constituée de notes tenues pouvant être prolongées à l'infini. La Monte Young utilise différents oscillateurs d'ondes sinusoïdales, oscilloscopes, amplificateurs et haut-parleurs pour produire des environnements de fréquences continues. Pour l'auditeur il s'agit donc de s'immerger littéralement dans le son pour en percevoir les aspérités, une expérience invitant à la méditation, à être autant à l'écoute de soi qu'à l'écoute des sons.
En 1967, La Monte Young et Marianne Zazeela rencontrent Pandit Prân Nath, spécialiste du raga indien et du style Kirana. Ils en deviennent les disciples en 1970 et le resteront jusqu'à sa mort en 1996. La Monte Young déclara à propos de Pandit Prân Nath : "C'est avec lui que j'ai véritablement compris ce que signifiait la transformation progressive d'une note continue". Les Dream Houses sont présentées dans différents lieux à travers le monde, pour des durées de plusieurs jours à plusieurs années, parmi lesquels : Fondation Maeght à Saint Paul de Vence (1970) ; Documenta V, à Kassel (1972) ; Dia Art Foundation de New York, de 1979 à 1985 puis en 1989/1990 ; Ruine der Künste à Berlin (1992) ; Centre Georges Pompidou à Paris (1994-1995) ; Musée d'Art Contemporain de Lyon (1999) ; Eglise Saint Joseph à Avignon (pour une durée de 4 mois en 2000). Une Dream House fonctionne en permanence à la MELA Foundation à New York depuis 1993.

The Theatre of Eternal Music


En 1960, La Monte Young, Marianne Zazeela, Tony Conrad, John Cale et Angus  MacLise fondent le collectif "The Theater of Eternal Music" ("le théâtre de la musique éternelle") parfois appelé "Dream Syndicate". Ce collectif devient le terrain d'expérimentations et de rencontres de nombre de pionniers du minimalisme. Dennis Johnson, Terry Riley, Jon Gibson, Jon Hassell, Lee Konitz ou encore David Rosenboom collaborent également au "The Theater of Eternal Music". Après avoir quitté ce collectif, Tony Conrad, John Cale et Angus  MacLise se joignent au groupe "rock", accueilli par la Factory d'Andy Wahrol, qui prendra le nom de "Velvet Underground".

En 1960, La Monte Young débute "The Tortoise, His Dreams and Journeys" ("La tortue, ses rêves et ses voyages") comprenant de longues improvisations cadrées par des lignes directrices relativement strictes, œuvre sans fin qu'il prolonge encore aujourd'hui. "Inside the Dream Syndicate - volume 1 : Day of Niagara", enregistré en avril 1965 et paru en 2000 sur le label Table of The Elements constitue la seule trace discographique des débuts de "The Tortoise, His Dreams and Journeys". La Monte Young serait en possession de dizaines voire de centaines d'enregistrements datant de cette période, mais refuse de les éditer. Selon Young, "The Well Tuned Piano", qu'il joua pour la première fois à Rome en 1974, seul au piano (accordé selon les principes de l'intonation juste) fait également partie de "The Tortoise, His Dreams and Journeys" et en constitue l'un des enregistrements les plus "représentatifs". Ce concert de plus de 5 heures a été publié par Gramavision en 1987.
Dans les années 1980 et 1990, l'ensemble The Theatre of Eternal Music Brass and String, dirigé par le trompettiste Ben Neill et le violoncelliste Charles Curtis, a présenté "The Melodic Version" (1984) et "The Four Dreams of China" (pièce créée en 1962), à travers les Etats-Unis et l'Europe. Dans les années 1980, La Monte Young a également collaboré avec le guitariste et compositeur Michael J. Schumacher. En 1990, La Monte Young forme le Forever Bad Blues Band avec lequel il étend ses concepts aux idiomes du blues et du jazz. Le Forever Bad Blues Band, constitué de La Monte Young (synthétiseur), Jon Catler (intonation juste et guitare fretless), Brad Catler (basse), Jonathan Kane (batterie) et Marianne Zazeela (light design), s'est produit en Europe et aux Etats-Unis lors de concerts de deux à trois heures à partir du thème "Young's Dorian Blues" écrit en 1960.
En 2003 est sorti le DVD The Well-Tuned Piano In The Magenta Lights (sur Just Dream), soit les 6 heures 24 minutes filmées le 10 mai 87 à New York permettan d'apprécier également l'installation lumineuse de Marian Zazeela.
Une nouvelle pièce, Just Charles & Cello in The Romantic Chord, pour violoncelle, électronique et lumières de La Monte Young et Marian Zazeela a été présentée par Charles Curtis, successivement à Paris, Dijon, Lyon et Berlin en novembre / décembre 2003 et mars 2004. Just Charles & Cello in The Romantic Chord est un premier extrait de "Quadrilateral Phase Angle Traversals".


MELA Foundation

http://www.melafoundation.org/
La fondation MELA, créée en 1985 par La Monte Young et Marian Zazeela, a pour but d'encourager la création d'œuvre dans les domaines de la musique, des arts visuels et d'autres médias. Elle présente également les œuvres contemporaines majeures ainsi que les installations de longue durée, ceci afin d'éliminer les cloisonnements entre les différentes disciplines artistiques. La fondation se consacre également au développement et à la conservation d'archives d'artistes contemporains. Le site Web de la MELA Foundation propose une documentation très complète sur Pandit Pran Nath, La Monte Young, Marian Zazeela, Terry Jennings Richard Maxfield, Angus  MacLise...

Ses influences

La monte Young est né dans un petit village de l’état de l’Idaho aux Etats-Unis. Il vit dans une cabane et très jeune il s’intéresse et s’interroge sur les divers bruits autour de lui : le vent qui s’engouffre, les bruits continues des poteaux électriques, etc… Il trouve ceux-ci mystérieux. Son attention se porte ensuite naturellement sur les bruits naturels ou faits par l’homme : les trains, l’eau, les insectes, etc… Cela le poussa donc à composer avec ces divers sons afin de les mêler entre eux et d’en faire des compositions.

Puis, l’artiste a été très polyvalent au cours de sa carrière active. Il a collaboré avec de nombreux artistes tels que John Cage, Yoko Ono, Nam June Paik ou encore Marian Zazeela, sa plus fidèle collaboratrice puisqu’elle était également sa compagne. Ses influences ont donc été très diverses. Tout d’abord il a été grandement influencé par le jazz notamment pour l’improvisation dans ses travaux mais aussi et surtout pour ses compositions. De plus, différentes musiques l’ont aussi inspiré : c’est le cas de la musique japonaise — le Gagaku* —, de la musique des pygmées*, de la musique amérindienne notamment dans Trio for Strings et pour finir, la musique classique pour le sérialisme*.

Enfin, une dernière influence, mais non des moindres : les drogues. Nous ne pouvons peut-être pas placer cela comme une influence directe, cependant les divers produits consommés par La monte Young ont eu un rôle dans ses compositions. Il avait, en effet, l’habitude de consommer des produits hallucinogènes tels que le LSD ou encore le cannabis. Selon lui, le cannabis a été une aide réelle pour la composition de Trio for Strings, qui reste à ce jour, son oeuvre principale. Mais ce produit était aussi un frein pour ses improvisations car ses possibilités vocales diminuent avec la consommation du produit.


Oeuvres :

  • * Scherzo in a minor (c. 1953), piano;
  • * Rondo in d minor (c. 1953), piano;
  • * Annod (1953-55), dance band or jazz ensemble;
  • * Wind Quintet (1954);
  • * Variations (1955), string quartet;
  • * Young's Blues (c. 1955-59);
  • * Fugue in d minor (c. 1956), violin, viola, cello;
  • * Op. 4 (1956), brass, percussion;
  • * Five Small Pieces for String Quartet, On Remembering A Naiad, 1. A Wisp, 2. A Gnarl, 3. A Leaf, 4. A Twig, 5. A Tooth (1956);
  • * Canon (1957), any two instruments;
  • * Fugue in a minor (1957), any four instruments;
  • * Fugue in c minor (1957), organ or harpsichord;
  • * Fugue in eb minor (1957), brass or other instruments;
  • * Fugue in f minor (1957), two pianos;
  • * Prelude in f minor (1957), piano;
  • * Variations for Alto Flute, Bassoon, Harp and String Trio (1957);
  • * for Brass (1957), brass octet;
  • * for Guitar (1958), guitar;
  • * Trio for Strings (1958), violin, viola, cello;
  • * Study (c.1958-59), violin, viola (unfinished);
  • * Sarabande (1959), keyboard, brass octet, string quartet, orchestra, others;
  • * Studies I, II, and III (1959), piano;
  • * Vision (1959), piano, 2 brass, recorder, 4 bassoons, violin, viola, cello, contrabass;
  • * [Untitled] (1959-60), live friction sounds;
  • * [Untitled] (1959-62), jazz-drone improvisations;
  • * Poem for Chairs, Tables, Benches, etc. (1960), chairs, tables, benches and unspecified sound sources;
  • * 2 Sounds (1960), recorded friction sounds;
  • * Compositions 1960 #s 2, 3, 4, 5, 6, 7, 9, 10, 13, 15 (1960), performance pieces;
  • * Piano Pieces for David Tudor #s 1, 2, 3 (1960), performance pieces;
  • * Invisible Poem Sent to Terry Jennings (1960), performance pieces;
  • * Piano Pieces for Terry Riley #s 1, 2 (1960), performance pieces;
  • * Target for Jasper Johns (1960), piano;
  • * Arabic Numeral (Any Integer) to H.F. (1960), piano(s) or gong(s) or ensembles of at least 45 instruments of the same timbre, or combinations of the above, or orchestra;
  • * Compositions 1961 #s 1 - 29 (1961), performance pieces;
  • * Young's Dorian Blues in Bb (c. 1960 or 1961);
  • * Young's Dorian Blues in G (c. 1960-1961-present);
  • * Young's Aeolian Blues in Bb (Summer 1961);
  • * Death Chant (1961), male voices, carillon or large bells;
  • * Response to Henry Flynt Work Such That No One Knows What's Going On (c. 1962);
  • * [Improvisations] (1962-64), sopranino saxophone, vocal drones, various instruments. Realizations include: Bb Dorian Blues, The Fifth/Fourth Piece, ABABA, EBDEAD, The Overday, Early Tuesday Morning Blues, and Sunday Morning Blues;
  • * Poem on Dennis' Birthday (1962), unspecified instruments;
  • * The Four Dreams of China (The Harmonic Versions) (1962), including The First Dream of China, The First Blossom of Spring, The First Dream of The High-Tension Line Stepdown Transformer, The Second Dream of The High-Tension Line Stepdown Transformer, tunable, sustaining instruments of like timbre, in multiples of 4;
  • * Studies in The Bowed Disc (1963), gong;
  • * Pre-Tortoise Dream Music (1964), sopranino saxophone, soprano saxophone, vocal drone, violin, viola, sine waves;
  • * The Tortoise, His Dreams and Journeys (1964-present), voices, various instruments, sine waves. Realizations include: Prelude to The Tortoise, The Tortoise Droning Selected Pitches from The Holy Numbers for The Two Black Tigers, The Green Tiger and The Hermit, The Tortoise Recalling The Drone of The Holy Numbers as They Were Revealed in The Dreams of The Whirlwind and The Obsidian Gong and Illuminated by The Sawmill, The Green Sawtooth Ocelot and The High-Tension Line Stepdown Transformer;
  • * The Well-Tuned Piano (1964-73-81-present). Each realization is a separately titled and independent composition. Over 60 realizations to date. World premiere: Rome 1974. American Premiere: New York 1975;
  • * Sunday Morning Dreams (1965), tunable sustaining instruments and/or sine waves;
  • * Composition 1965 $50 (1965), performance piece;
  • * Map of 49's Dream The Two Systems of Eleven Sets of Galactic Intervals Ornamental Lightyears Tracery (1966-present), voices, various instruments, sine waves;
  • * Bowed Mortar Relays (1964) (realization of Composition 1960 # 9), Soundtracks for Andy Warhol Films "Eat," "Sleep," "Kiss," "Haircut," tape;
  • * The Two Systems of Eleven Categories (1966-present), theory work;
  • * Chords from The Tortoise, His Dreams and Journeys (1967-present), sine waves. Realizations include: Intervals and Triads from Map of 49's Dream The Two Systems of Eleven Sets of Galactic Intervals Ornamental Lightyears Tracery (1967), sound environment;
  • * Robert C. Scull Commission (1967), sine waves;
  • * Claes and Patty Oldenburg Commission (1967), sine waves;
  • * Betty Freeman Commission (1967), sound and light box & sound environment;
  • * Drift Studies (1967-present), sine waves;
  • * for Guitar (Just Intonation Version) (1978), guitar;
  • * for Guitar Prelude and Postlude (1980), one or more guitars;
  • * The Subsequent Dreams of China (1980), tunable, sustaining instruments of like timbre, in multiples of 8;
  • * The Gilbert B. Silverman Commission to Write, in Ten Words or Less, a Complete History of Fluxus Including Philosophy, Attitudes, Influences, Purposes (1981);
  • * Chords from The Well-Tuned Piano (1981-present), sound environments. Includes: The Opening Chord (1981), The Magic Chord (1984), The Magic Opening Chord (1984);
  • * Trio for Strings (1983) Versions for string quartet, string orchestra, and violin, viola, cello, bass;
  • * Trio for Strings, trio basso version (1984), viola, cello, bass;
  • * Trio for Strings, sextet version (1984);
  • * Trio for Strings, String Octet Version (1984), 2 violins, 2 violas, 2 cellos, 2 basses;
  • * Trio for Strings Postlude from The Subsequent Dreams of China (c. 1984), bowed strings;
  • * The Melodic Versions (1984) of The Four Dreams of China (1962), including The First Dream of China, The First Blossom of Spring, The First Dream of The High-Tension Line Stepdown Transformer, The Second Dream of The High-Tension Line Stepdown Transformer, tunable, sustaining instruments of like timbre, in multiples of 4;
  • * The Melodic Versions (1984) of The Subsequent Dreams of China, (1980) including The High-Tension Line Stepdown Transformer's Second Dream of The First Blossom of Spring, tunable, sustaining instruments of like timbre, in multiples of 8;
  • * The Big Dream (1984), sound environment;
  • * Orchestral Dreams (1985), orchestra;
  • * The Big Dream Symmetries #s 1 - 6 (1988), sound environments;
  • * The Symmetries in Prime Time from 144 to 112 with 119 (1989), including The Close Position Symmetry, The Symmetry Modeled on BDS # 1, The Symmetry Modeled on BDS # 4, The Symmetry Modeled on BDS # 7, The Romantic Symmetry, The Romantic Symmetry (over a 60 cycle base), The Great Romantic Symmetry, sound environments;
  • * The Lower Map of The Eleven's Division in The Romantic Symmetry (over a 60 cycle base) in Prime Time from 144 to 112 with 119 (1989-1990), unspecified instruments and sound environment;
  • * The Prime Time Twins (1989-90) including The Prime Time Twins in The Ranges 144 to 112; 72 to 56 and 38 to 28; Including The Special Primes 1 and 2 (1989);
  • * The Prime Time Twins in The Ranges 576 to 448; 288 to 224; 144 to 112; 72 to 56; 36 to 28; with The Range Limits 576, 448, 288, 224, 144, 56 and 28 (1990), sound environments;
  • * Chronos Kristalla (1990), string quartet;
  • * The Young Prime Time Twins (1991), including The Young Prime Time Twins in The Ranges 2304 to 1792; 1152 to 896; 576 to 448; 288 to 224; 144 to 112; 72 to 56; 36 to 28; Including or Excluding The Range Limits 2304, 1792, 1152, 576, 448, 288, 224, 56 and 28 (1991),
  • * The Young Prime Time Twins in The Ranges 2304 to 1792; 1152 to 896; 576 to 448; 288 to 224; 144 to 112; 72 to 56; 36 to 28; 18 to 14; Including or Excluding The Range Limits 2304, 1792, 1152, 576, 448, 288, 224, 56, 28 and 18; and Including The Special Young Prime Twins Straddling The Range Limits 1152, 72 and 18 (1991),
  • * The Young Prime Time Twins in The Ranges 1152 to 896; 576 to 448; 288 to 224; 144 to 112; 72 to 56; 36 to 28; Including or Excluding The Range Limits 1152, 576, 448, 288, 224, 56 and 28; with One of The Inclusory Optional Bases: 7; 8; 14:8; 18:14:8; 18:16:14; 18:16:14:8; 9:7:4; or The Empty Base (1991), sound environments;
  • * The Symmetries in Prime Time from 288 to 224 with 279, 261 and 2 X 119 with One of The Inclusory Optional Bases: 7; 8; 14:8; 18:14:8; 18:16:14; 18:16:14:8; 9:7:4; or The Empty Base (1991-present), including The Symmetries in Prime Time When Centered above and below The Lowest Term Primes in The Range 288 to 224 with The Addition of 279 and 261 in Which The Half of The Symmetric Division Mapped above and Including 288 Consists of The Powers of 2 Multiplied by The Primes within The Ranges of 144 to 128, 72 to 64 and 36 to 32 Which Are Symmetrical to Those Primes in Lowest Terms in The Half of The Symmetric Division Mapped below and Including 224 within The Ranges 126 to 112, 63 to 56 and 31.5 to 28 with The Addition of 119 and with One of The Inclusory Optional Bases: 7; 8; 14:8; 18:14:8; 18:16:14; 18:16:14:8; 9:7:4; or The Empty Base (1991), sound environments;
  • * Annod (1953-55) 92 X 19 Version for Zeitgeist (1992), alto saxophone, vibraphone, piano, bass, drums, including 92 XII 22 Two-Part Harmony and The 1992 XII Annod Backup Riffs;
  • * Just Charles & Cello in The Romantic Chord (2002-2003), cello, pre-recorded cello drones and light design;
  • * Raga Sundara, vilampit khayal set in Raga Yaman Kalyan (2002-present), voices, various instruments, tambura drone;
  • * Trio for Strings (1958) Just Intonation Version (1984-2001-2005), 2 cellos, 2 violins, 2 violas;

Sources :

- http://www.musicologie.org/Biographies/y/young_lm.html

- http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Monte_Young

- http://neospheres.free.fr/minimal/young.htm