image pour_barron.jpg (24.5kB)

Tony Takka



ese



Préambule :
  • Avant d’entrer dans le vif du sujet , il est nécessaire, pour pleinement apprécier l’œuvre du Nippon Tony Taka , de prendre conscience d’une évidence trop souvent nié : mesdames, mesdemoiselles , messieurs , nous allons tous mourir , que cela ait lieux demain ou même dans 20 ans , l’heure approche et si la plupart des hommes se résignent , l’artiste choisi la voie la plus difficile et est confronter une question essentielle , probablement la plus important de toute: comment mener au mieux mon existence alors qu’il y a tant de possibilité et si peu de temps …. Dois-je jeter une étagère sur la plage en prétendant être profond ? Dois-je m’allonger sur un matelas coiffé comme le dernier du clochard et proférer des mots dont j’ignore le sens ? Peut-être devrais-je me prétendre professeur, fabuler sur un concept tout droit sorti de mon bonnet en forme de gland (le fruit du chêne cela va de soi) et faire perdre a d’autre un temps que je ne saurais mettre à profit ? Tony Taka s’est posé chacune de ces question et a répondu : Non ! Je ne serais pas un charlatan basant sa vie et sa carrière sur une mascarade, je ne ferais pas travailler mes élèves sur un blog pitoyable, pâle copie de Wikipédia ! Voyez comme, par la force de ma plume, mon stylet et ma tablette, je montre l’exemple, j’ouvre la voie. En cela, Tony Taka, que l’on pourrait qualifier de simple illustrateur de manga porno à plus de crédibilité que certains spécimens élevé au rang d’artiste contemporain.

Comprendre tony taka :
  • Tony Taka, et nul ne saurait me contredire, est passé maitre dans son art, là où le profane ne voit qu’une obscène modélisation de fantasme malsain, il y a en vérité un chef d’œuvre en sommeil. le hentai , que l’on peut traduire littéralement par « pervers. » est en réalité l’aboutissement d’un melting-pot culturel mêlant étroitement l’art de l’estampe japonaise , pilier centrale de la graphie nippone, et les courant de pensée amené sur l’archipel par les missionnaire hollandais avant , pendant et lors de la restauration meiji , notamment l’impressionnisme avec les œuvre de van gogh. Dès lors les carnations épurées, ainsi que les traits fin et évocateurs sont devenues la marque de fabrique de ce que le monde connait aujourd’hui sous l’appellation d’art du manga.
  • Pour rappel, l’ère Edo, appelé japon médiéval par les historiens, a ouvert la voie vers une société bien plus ouverte et tolérante que le monde chrétien et musulman, la pornographie, les mœurs légère et les déviances sexuelle étaient accepté et certains milieu, tel que les samouraïs ou les artiste itinérant avaient fait de l’homosexualité une norme parfaitement intégré au système. Tony Taka étant l’héritier d’une tel culture , il n’y a rien d’étonnant à ce qu’il choisit de consacrer sa vie à distribuer les fruits de son imagination féconde en employant un langage universelle et approuvé par l’église : l’image .
  • Pourtant, et c’est la toute l’hypocrisie de notre civilisation, peu d’érudit son prêt à reconnaitre la valeur de l’industrie pornographique, bien que l’humanité consomme depuis la nuit des temps le labeur d’artiste passionné. Ces obscurantistes, basant leur jugement sur des valeurs morales qu’ils ne goutent guère, ont constamment rabroué la candeur et la bonne volonté de notre ami. toujours est t-il qu’après une glorieuse carrière dans l’éroge , Tony fini par se ranger.
Biographie a proprement parlé :
  • Tony taka vit le jours en 1971 après la naissance de notre seigneur et sauveur jésus christ , un garçon ordinaire a la jeunesse sans histoire, partisan d’une philosophie trop souvent négligé : des actes , pas des parole , il s’est contenté d’un simple diplôme en designe plutôt que de prendre la poussière dans une université jusqu’à ce que mort s’en suive , sitôt formé , il se lança billot en tête dans le monde du travail et après quelque temps passé dans l’univers corrompu de la publicité , il répondit , en 1998 , à l’appelle de la plume et commencer l’œuvre de sa vie .
  • Porté aux nu (jeux de mots) par les lecteurs de ces dojinshin (comprendre par ce terme : série détourné ) Tony Taka était plus qu’un simple scribouillard produisant ces œuvres à la chaine , son graphisme, sachant faire preuve d’une évidente élégance et de sophistication ,était la bienvenue dans un monde bien souvent simpliste ou trop frontale , en cela , il travailla de nombreuse année en collaboration avoir le studio Ciel , spécialisé dans la littérature pour adulte , son succès le mena d’ailleurs à devenir le patron de sa propre société , dont les initial sont RPM suivant le model économique japonais du YK (yugen gaisha).
  • L’histoire de notre hero s’achève lors d’un contrat signé avec la compagnie Sega, faisant de Tony le character-designe de la série Shining , avec pour consigne de ne pas produire de pendant érotique au personnage dessiné pour le show , ainsi , son image d’artiste libre et indépendant s’effrita tandis qu’il était « enfin » reconnu par les cercles classique , appréciant le retours au bercail de l’enfant prodigue .
  • Legs :
  • Toujours est-il qu’il marqua l’univers du hentai en posant un standard de qualité jusqu’alors inexistant et donnant même a certaine genre ce que l’on pourrait appeler des « lettres de noblesse » tant la virtuosité de tony ferait rougir de honte les légion d’escroc sans le moindre talent dont le monde occidental est saturé .
  • S’il est une chose que l’on doit retenir de l’oeuvre de Takka, c’est qu’un homme talentueux est un cadeau du destin peu importe la voie qu’il emprunte, car celle-ci, quel que soit sa nature, se verra enrichie, apportant d’une façon ou d’une autre plus de bien-être a l’humanité.
Si je puis me permettre une note plus personnelle , je dirais que , quoi qu’il puisse arriver, aucun homme doté d’une once de dignité ne doit prétendre être artiste sous prétexte qu’il vit le jour en une période tristement connu pour octroyer à n’importe qu’elle charlot nouant trois bout de ficelle ensemble le titre d’artiste.
Quant à ce que je retiens de cette option a piètre coeff : La vie est trop courte pour que l’on perde son temps avec de pareil ineptie, d’où mon absence de ce cours.

image pour_stef_le_fou.jpg (0.7MB)


Barjat
Bon-là , je vous vois venir , vous vous dites surement qu’un homme dans mon genre est peu susceptible d’aller s’emmerder à boucler un bouquin de six cent page pour une misérable option a bas coeff , et vous avez raison , mais , et cela est a noté , je suis un garçon de bonne volonté et j’aime faire plaisir , c’est pourquoi je vous livre bien volontiers ma vision du chef d’oeuvre interplanétaire qu’est Basquiat , oh oui les gars , c’est de la belle ouvrage , il suffit d’avoir le bouquin entre les mains pour ressentir une imminente et phénoménal érection , et croyez moi c’est d’un prompt renfort .
  • Toujours est-il que Basquiat le bien nommé ne se contente pas de noircir du papier en proférant des blasphème a tout va , non , le gars s’inspire de divers média ainsi que de domaine divers pour élaborer ce que je n’ai pas peur d’appeler , et la accrocher vous les enfants ça va être intense , un vocabulaire artistique original , je déconne pas , c’est pour de vrai là , le mec s’aventure là où les meilleurs d’entre nous n’ose aller , et s’attaque au structure du pouvoir et du racisme . Je n’ai pas honte de l’admettre, si j’avais le tiers de ces tripes, j’aurais déjà mis le monde à feu et à sang
  • Mais je ne suis pas là pour faire l’apologie d’un gars qui s’appelle jean Michelle, non, mon but ici et de donner le change, de faire croire que j’en ai quelque chose a ciré d’une prétendue icone des années 80 dont j’en suis sûr, même mon propre père n’a pas idée de l’existence et pourtant, il est calé dans ce domaine. Ma foi, c’est la toute la beauté de la chose, car pour vivre heureux, mes frères, vivons caché.
  • Le gars a pas fait long feu , dix ans de carrière avant de se ranger des vélo , et son bouquin , ben , je l’ai pas lue mais je suis sûr qu’il vaut le coup , j’en entendu dire que certaines pages contenaient des mots fort de sens , comme « accointance » ou « prolifération » , c’est pas le dernier des charlot qui pourrait en faire autant , c’est moi qui vous le dit .
  • Bon, parlons vite fait de l’importante somme toute relative du jazz, d’Andy Warhol et d’autre truc dans le même gout, tout ça, si on fait un peu de cuisine, ça nous donne le gars dont je vous parle depuis le début, j’ai déjà oublié son nom.
  • Ah si, un autre truc, le gars a commencé ça carrière a l’âge de 20 ans, et ça c’est cool.
  • Pour reprendre ce que d’autre disait, et eux aussi j’ai oublié leur nom, ça parle de mélange vif et viscéral de mot et d’emblème africain, enfin peut être, je peux rien affirmer, et de silhouette de dessin animé, voilà voilà .
  • Que dire de plus ? Ah merde, en fait ce n’est pas Basquiat qui a écrit ce bouquin, c’est juste une biographie pondu par quelqu’un d’autre, pas grave, je vais faire avec, bon, j’en étais où ? Ah oui, bon le bonhomme, et cela n’a rien d’étonnant compte tenu de la circonférence de ces castagnette, est connu pour son style unique et son profond engagement dans les questions d’intégration et de sécrétion, de pauvreté et blablabla
  • Et il s’est fait connaitre grâce à un tag qui s’appelle soma si mes souvenirs sont bons, la flemme d’aller vérifier.
  • Bon moi les enfants, j’ai ma License et si je suis la a vous raconter des conneries c’est juste pour faire plaisir à ma mère, vous savez ce que c’est, les mamans sont comme ça.
  • Moi les gars je vous souhaite bonne chance pour ce rattrapage, moi perso, je suis tiré d’affaire ^^.

Le printemps des comédiens
Que dire ? Si ce n’est que le printemps des comédien est un nom de toute beauté, le gars qui a trouvé ça était littéralement un foutu génie et c’est pour vous qu’irez dire le contraire.
  • Bon personnellement je commence à être un peu gravé de devoir déblatère des foutaises et affabuler sur des performances dont je n’ai pas grand-chose à battre mais, il faut le faire, c’est important de prendre au sérieux un site comme art wiki, principalement sujet de plaisanterie dans les bars a une borne à la ronde.
  • Car oui, si tout le monde se fout ouvertement de l’œuvre de votre vie, c’est qu’il est peut-être temps de vous remettre en question, enfin, ce n’est pas le sujet.
  • Le printemps des blablabla , bon , apriori c’est du théâtre , donc ça a des chance d’être moins merdique que les exposition du frac , c’est à croire que ces pauvre malheureux récupère toute les daube dont le musée Fabre veut pas entendre parlé , toujours est-il que nos amis théâtreux font de leur mieux et nous pondent , et la-vous aller avoir du mal à encaisser une tel info , entre vingt et vingt-cinq spectacle , oui oui , je déconne pas , il le font vraiment .
  • Je suis aussi très heureux de vous apprendre qu’il accueille plus de 40. 000 bonhomme et que ces gens-là sont prêt à filer une thune pour voir ça, donc, c’est que ça doit pas être trop pourri.
  • Bon , faut quand même que je parle un chouia du contenu sinon ça fait pas sérieux , donc voilà , je peux affirmer que dans l’une des pièces , difficile de dire laquelle , on a affaire à un grand classique : un mec torse poil avec une aile , une seule , accroché dans le dos faisant face a un cheval ma foi fort burné , c’est typique .
  • On a affaire a de l’art moderne et ça les gars, ça me les brise menu je dois bien le reconnaitre.
  • Ah et le truc a était fondé en … 77 je dirais.
  • Bon aller, moi, je suis bon pour le master alors je ne vais pas m’emmerder plus que ça, voilà mon compte rendu d’exposition, ce sera tout pour cette fois les amis.
  • Le bonjour chez vous et n’oubliez pas de suivre le chemin de jésus =).

Ps : être obligé de faire bosser ses étudiants sur son propre blog pour lui donner un semblant d’existence, c’est un peu triste, on va ne pas se mentir.
PPS : décrier Wikipédia tout en faisant des efforts irrationnelle pour avoir une page sur ce site, et ce, malgré le piètre impacte de votre œuvre, là je préfère être franc pour vous ouvrir les yeux : ça fait carrément pitié.