Land Art

Michael Lailach


Références


Référence bibliographique : LAILACH, Michael, Land Art, ed.Taschen, Paris 2007

Auteur : Michael Lailach
Editrice : Uta Grosenick
Maison d'édition : Taschen
Année de parussion : 2007
ISBN : 978-3-8228-5616-1
Titre : Land art

4ème de couverture :


« Les artistes du Land Art tentent de trouver des moyens d'expression qui dépassent les limites de la peinture traditionnelle.
Ce n'est plus l'image peinte du paysage mais le paysage en tant que tel, respectivement le paysage marqué par l'artiste, qui devient objet d'art… Le triangle atelier-galerie-collectionneur, dans lequel l'art s'est articulé jusqu’à présent, est ainsi rompu. »
Gerry Schum

Dès le milieu des années 1960, des artistes aux États-Unis se mettent à concevoir des œuvres pour des endroits qui se situent en dehors du périmètre restreint des galeries et musées. Le titre d'un film de Gerry Schum devient alors l'appellation générique regroupant les œuvres artistiques inscrites dans le paysage, le terme " Land Art " étant l'abréviation de " Landscape Art " (art paysager). Les débuts du Land Art sont marqués par des signes et des traces éphémères dans des paysages vierges, qu'il s'agisse des déserts de l'Amérique ou des marais de l’Écosse. Ces interventions sont suivies de spectaculaires sculptures de terre, souvent de dimensions gigantesques, dont certaines ne sont toujours pas achevées à ce jour. Le Land Art dénote d'une part la redéfinition de la sculpture traditionnelle : la sculpture peut désormais être une excavation de terre, un champ de piquets métalliques, une cabane enterrée, un tracé dans l'herbe ou encore un livre. D'autre part, le Land Art désigne les travaux in situ à l'extérieur, qui modifient durablement la perception du lieu et établissent de nouveaux critères pour la production et la perception de l'art.

Carl Andre Alice Aycok Herbert Bayer Christo et Jeanne-Claude Walter De Maria Agnes Denes Jan Dibbets Hamish Fulton Andy Goldsworthy Michael Heizer Nancy Holt Peter Hutchinson Patricia Johanson Dani Karavan Richard Long Mary Miss Robbert Morris Dennis Oppenheim Charles Ross Robert Smithson Alan Sonfist James Turrell

Résumé de l'ouvrage :


Après avoir présenté les origines du Land Art à travers une rétrospective du film de Gerry Schum Land Art 1969, l'auteur développe une présentation complète des principes de ce mouvement d'art novateur, illustré d’œuvres célèbres du mouvement.
Le reste de l'ouvrage sera consacré aux différentes œuvres, classées par ordre alphabétique des artistes :

 Carl AndreLog Piece, Aspen, 1968
 Alice AycokProject for a Simple Network of Underground Wells and Tunnels
 Herbert BayerMill Creek Canyon Earthworks
Christo et  Jeanne-ClaudeWrapped Coast
Christo et  Jeanne-ClaudeValley Curtain
Walter De MariaThe New York Earth Room
Walter De MariaThe Lightening Field
Agnes DenesWheatfield – A Confrontation
Jan DibbetsLand/Sea
Hamish FultonThe Pilgrims'Way 1971
Hamish FultonA 21 Day Coast to Coast Walking Journey … Japan 1996
Andy GoldsworthyThin ice / made over two days / welded with water from dripping ice / hollow inside
Andy GoldsworthyStorm King Wall
Michael HeizerDisplaced/Replaced Mass
Michael HeizerDouble Negative
Michael HeizerEffigy Tumuli
Nancy HoltSun Tunnels
Nancy HoltHydra's Head
Peter HutchinsonFlower Triangle / Underwater Dam / Threaded Calabash
Peter HutchinsonParicutin Volcano Project
Patricia Johanson Cyrus Field
 Dani KaravanPassages – Hommage à Walter Benjamin
Richard LongA Line Made By Walking England 1967
Richard LongA Line in the Himalayas 1975
Richard LongA Line of 682 Stones
 Mary MissPerimeters / Pavilions / Decoys
Robert MorrisObservatory
Denis OppenheimCircle X Branded Montain / Anthax / Diphtheria
Denis OppenheimWhirlpool – Eye of the storm
Charles RossStar Axis
Robert SmithsonNonsite, Oberhausen, Allemagne
Robert SmithsonSpiral Jetty
Robert SmithsonBroken Circle / Spiral Hill
Alan SonfistTime Landscape TM
JamesTurrellRoden Crater

Résumé selon l'évolution du Land Art dans l'oeuvre de Michael Lailach :


  • Le land art est la diminution du terme « lanscape  art», qui signifie l'art paysager. Ce livre de Michael Lailach : « land art », donne une définition claire de cette dénomination à travers de multiples artistes. Le Land art vise un objectif : les œuvres ne doivent pas uniquement être exposés à l'intérieur des musées.
Ainsi ce livre regroupe des formes de land art reliant arts écologiques, arts éphémères. Le land art rejoint d'autres mouvements comme celui d'underground. Le roman regroupe des critiques sur des œuvres et des artistes ainsi que leurs propres définition du terme « land art ». Comme par exemple De Walter de Maria : « le territoire n'est pas le site de l’œuvre ; il en fait partie », le territoire n'est pas seulement un lieu mais également l’œuvre elle-même. Le livre est un témoignage de Land Art depuis les années 1960.

  • Le roman commence par une introduction de 20 pages qui retracent l'évolution du land art, avant d'aborder les biographies de différents artistes. L'auteur commence par l'évocation d'un film en particulier :  « land art » diffusé à la télévision en 1969, réalisé par Gerry Schum.
L'art éphémère est d'abord fait pour être perçu sur un écran. Ensuite cet art s'étend au champ de la sculpture.
Le roman retrace certaines expositions Eart works, ou des mouvements comme l'art "in situ". Il explicite une particularité du Land art, les œuvres sont in-déplaçables, parfois même invendables ce qui va à l 'encontre du monde de l'art. Ce qui sert d'ailleurs à soutenir les artistes plutôt qu'acheter des objets d'arts. Le land art vise donc en quelque sorte un but non lucratif dans un sens.
La photographie à une place importante après les films dans le land art, les photographies et les films servent bien souvent à transcrire les œuvres lors d'expositions vu que ces dernières sont in-déplaçables.
Michael Lailach aborde ensuite la notion de « minimal art », qui caractérise par le fait que les œuvres ne sont ni des peinture ni des sculptures. Le lieu lui même devient une sculpture dans la nature. Dans le minimal art, on retrouve Walter de Maria connue pour son œuvre « champ d'éclairs ». Grâce à lui et à d'autres artistes voient le jour, il y a une émergence de nouvelles formes dans l'art.
Par la suite on note l’apparition d'un art apocalyptique centré sur les catastrophes naturelles et sur les déserts. « spiral Jetty » de Robert Smithson est décrite, elle est représentée dans le grand lac salé du désert de l'Utah. Cette œuvre illustre bien l'importance du désert pour ces artistes.
Le désert est un sujet qu'aborde le Land Art car il symbolise le vide, la mort ou à l'inverse le pureté et la rédemption.

  • Le roman ne se centre pas seulement sur les états-Unis mais également sur l’Angleterre, avec « la marche à pied comme art ». Il s'agit de récolter des matériaux ou de « bonnes photographies ».
Le land art prend alors un côté écologique, une exposition s'appelle d'ailleurs « ecologic art ».
Dans l'art écologique on retrouve Christo qui emballe des objets, tels que des immeubles.
L'auteur parle ensuite du galeriste Gibson qui préfère les œuvres non ostentatoires, et qui garanti que ses expositions non pas un but d'écologie militante. Il dit ceci par rapport à la situation à l 'époque, (les états-Unis célèbrent le premier jour « earth day » et Greenpeace milite contre les essais nucléaires dans le Pacifique du Nord).

  • Le roman énumère ensuite l'arrivée d'artistes féminines vers les années 1970, comme par exemple Nancy Holt. Elle édifie quatre grands tuyaux en béton dans le désert de l'Utah. On commence avec ces œuvres à jouer sur le dérèglement du regard du spectateur, c'est un travail sur les perspectives.
Et avec ceci arrive la construction de nouveaux monuments, dont des monuments au sein du paysage.
Le roman conclut son introduction sur le fait est que le Land Art est un travail d’extérieur, il y a une interrogation sur les lieux d'expositions car les musées sont en quelque sorte banni du land art car ils sont trop conventionnels.

  • L'auteur poursuit ensuite sur les biographies des artistes et de leurs œuvres. Ce dernier commence par Carl Andre et son œuvre « long piece « , et finit avec James Turrel « roden crater ».
Il aborde des noms connues comme Robert Smithson « spiral Jetty », Andy Goldsworthy avec ses sculptures de glaces. Et aussi Agnès Denes « Wheatfield », il s'agit de champs de blé sur un terrain situé en bordure d'un agglomération urbaine : New York.




  • Ce roman retrace l'évolution du Land art à travers le temps et les artistes qui l'incarne. C'est un bon livre de documentation auquel il est utile de se référer afin d'obtenir les bases sur le land art et ses artistes. Cependant c'est un court roman qui ne détient pas toute les informations sur ce mouvement. Certains artistes ne sont pas décrit dans cet ouvrage comme Roger Dautai.