Laurie Anderson

image Laurie_Anderson.jpg (0.2MB)
Laurie Anderson, source : http://www.mitchellcenterforarts.org



Biographie



Laurie Anderson est une artiste d'avant-garde, expérimentale, musicienne et performeuse. Née en 1947 dans l'Illinois, elle part étudier l'art à New-York en 1966 et est diplômée d'une licence au Barnard Collège trois ans plus tard. En 1972 elle obtient une maîtrise en sculpture à l'université Columbia. Puis elle enseigne l'histoire de l'art à la City University de New York et est critique d'art pour le magazine « Artforum ».C'est également à cette période qu'elle commence à créer des performances. La presse la qualifie alors de pionnière de la musique électronique.
Ses performances vont l'amener à se tourner vers le cinéma, l'écriture et la photographie.

En 1982 elle sort sont premier album "Big Science", qui regroupe les dix ans d'expérimentation qui le précède. Mais sans l'image, cette traduction de ses performances est très différente. Ce que fait Laurie Anderson doit se happer dans l'instant, et être pris dans sa globalité.
Cet album contient l'un de ses morceaux les plus connus : "O Superman". Ce titre possède un rythme perpétuel, avec des sons superposés ; la voix de Laurie Anderson est modifiée, comme une voix de machine électronique.
''Hello ? This is your Mother. Are you there ? Are you coming home ? Hello ? Is anybody home ?'" cf extrait et explication en bas de page).

En 2002 elle devient la première artiste à faire une résidence à la NASA, qui l'amènera à effectuer sa tournée « The End of the Moon » deux ans plus tard.
En 2007 elle reçoit le prestigieux Prix Dorothy-andLillian-Gish pour sa « contribution à la beauté du monde, à la distraction de l’humanité et à la compréhension de la vie ».
Une exposition lui est consacrée à Rio en 2010 avec une importante rétrospective de son travail.

Concept


L'artiste met en place des performances originales, conceptuelles et fascinantes. Elle explore les arts en associant la musique, le chant, la voix, les technologies et la vidéo. Ses performances sonores et visuelles sont envoûtantes et hypnotiques, répétitives et électroniques. La musique de Laurie Anderson est un mélange de sons acoustiques : voix, violon, saxophone, percussions ; et de sons électroniques : les synthétiseurs, les amplificateurs, les effets sonores, les bruitages. Lors de ses performances elle utilise beaucoup la résonance des sons qu'elle produit. Elle combine différentes pratiques artistiques et crée des récits avec sa musique. Ses représentations en public sont considérées comme des spectacles multimédia où l'artiste donne une « perception originale du monde » à travers l'utilisation des technologies, qui sont, à ses yeux, toujours plus nombreuses et puissantes.


"Art and Illusion, Illusion and Art
This is the song that I’m singing in my heart...
Art and Illusion, Illusion and Art
Are you really here or is it only Art ?
Am I really here or is it only Art ?"
Laurie Anderson


Œuvres


Quelques Performances


« Automotive » en 1972
Laurie Anderson organise un concert de klaxons où elle invite vivement les habitants de Rochester à participer.

« Duet On Ice » en 1973
Laurie Anderson chaussée de patins à glaces est debout sur des blocs de glace, elle joue du violon mais une bande enregistrée l'accompagne. La performance se termine lorsque les blocs de glace ont fondus. Extrait de 2009 : grâce au lieu où elle se trouve, elle se sert des échos des sons qu'elle produit. Dans cet extrait elle utilise son Tape Bow Violin, sa création présentée un peu plus bas dans le dossier.

« Orange » en 1973
Dix performeurs avec un mégaphone crient des histoires différentes à travers un grand stade vide.

« For Instants » en 1976 
Seule sur scène, l'artiste expérimente un harmonizer en modifiant sa voix, deux techniciens l'accompagnent : un pour le son et un pour les images. C'est à cette époque qu'elle commence à se familiariser avec les machines qu'offre la technologie.

« United States Parts I-IV » en 1983
Cette performance comprend de la musique électroacoustique jouée en direct mais également provenant d'une bande magnétique, de projections de diapositives et de vidéos. L'artiste utilise la narration ainsi que des jeux de lumière. L'artiste mettra dix ans à créer cette performance d'une durée moyenne de 7h ou 8h selon les représentations, de nombreux musiciens et techniciens l'accompagnent dans cette création.

« The End of the Moon » en 2004
Suite à sa résidence à la NASA deux ans plutôt, Laurie Anderson nous fait découvrir sa performance en solo où elle raconte et chante l'idée de la fin de la conquête de la lune, l'artiste joue également du violon et du piano.

Quelques Albums


1981 « You're The Guy I Want to Share My Money » : avant de lancer sa propre "carrière", Laurie Anderson collabore, lors de cet album, avec William S. Burroughs et John Giorno, qui sont également des artistes sonores. Les nombreux morceaux ont été enregistrés lors de leur "Red Night Tour" en 1981.

1982 « Big Science » : son premier album (seule), qualifié de musique minimaliste, qui regroupe les dix ans d'expérimentation qui le précède et où l'artiste fait cohabiter paroles et chansons. Cet album préfigure le monde multimédia à venir, Laurie Anderson se dit aujourd'hui, que ce nouveau monde "connecté" est arrivé bien plus vite que ce qu'elle avait imaginé. Le single « O superman » connaît un grand succès, (extrait) : et même s'il n'est pas vraiment compris à sa sortie, les événements du 11 septembre 2001 lui font tout de suite prendre sens : engagement politique contre la gouvernance de Ronald Reagan depuis 1980. La chanson a été reprise par David Bowie et Gail Ann Dorsey lors du "Earthling Tour" et de l'album du même nom de David Bowie en 1997.

1986 « Home of the Brave » : son quatrième album est une partielle bande son de son film du même nom, certains titres diffèrent car ils ont été enregistrés en studio pour l'album alors qu'ils avaient été directement filmés pour le film. L'album comprend également des remake d'anciennes chansons et on y entend la voix de William S. Burroughs. Les guitares, percussions, claviers, voix, chants et machines sont principalement utilisés.

2010 « Homeland » : son dernier album jusqu'à présent, en collaboration avec Lou Reed et Roma Baran. Utilisation de voix, percussion, violons, guitares, claviers, batterie... Il a beaucoup été travaillé par les trois artistes car il devait paraître en 2007 mais la date de sortie a été repoussée plusieurs fois.

Quelques films


« Home of the Brave » 1986 :
Les performances ont été filmées au Park Theater à Union City, au cours de l'été 1985. Collaboration avec William S. Burroughs, Adrian Belew (guitariste), Joy Askew (claviériste), et David Van Tieghem (percussionniste). Voix, chansons, musique, son, danse, vidéos, images, tape bow violin... Utilisation d'instruments et de machines.

« Heart of a dog » 2015 :
« Laurie Anderson écrit pour son chien Lolabelle, composant une sorte d’essai cinématographique » envoûtant. L'artiste parle de la mémoire, des limites du langage, de la vie et finalement de la mort puisqu'elle a perdu son chien, sa mère et son mari (Lou Reed) à quelques années d'écart. Durant tout le mois de janvier 2015, des fragments du film ont été diffusé sur des grands écran dans Times Square dès la tombée de la nuit dans le cadre de "Midnight Moment", un événement autour de l'art digital. Bande annonce.

Instruments


Talking Stick
image Exp_Laurie_07.jpg (14.1kB)
The Talking Stick à Rio en 2010 lors de la rétrospective de son travail. Photo d'Alexandra Lima. Source : http://filesonastring.blogspot.fr/

c'est une sorte de grand bâton sans fil qui peut reproduire tous les sons désirés après les avoir paramétrés sur un ordinateur. L'artiste s'en sert principalement dans Moby Dick.







Tape Bow Violin
image tapebow.jpg (35.9kB)
Description du Tape Bow Violin. Source :http://www.cca.org/
image tapebowviolin.jpg (9.6kB)
Le ventre du Tape Bow Violin. Source : http://www.nealspowage.com/

c'est un curieux violon qui possède une bande son à l'avant et une autre à l'intérieur de l'instrument, l'artiste peut ainsi jouer du violon tout en faisant retentir des enregistrements ou des mélodies en même temps.





Discographie


1982 - "Big Science"

1984 - "Mister Heartbreak"

1986 - "Home of the Brave"

1989 - "Strange Angels"

1994 - "Bright Red"

1995 - "The Ugly One With the Jewels and other Stories"

2001 - "Life On A String"

2010 - "Homeland"

Filmographie


1974 - "Dearreader : How to Turn a Book Into a Movie"

1983 - "System ohne Schatten/Closed Circuit"

1984 - "United States Live"

1986 - "Home of the Brave" a Film by Laurie Anderson

1987 - "What You Mean We?"

1992 - "Hotel Deutschland"

1998 - "The Rugrats Movie" (voix du personnage principal)

2002 - "Life on a String"

2006 - "Hidden Inside Mountains"

2015 - "Heart of a Dog"

Extraits Sonores


"Born Never Asked" 1982

"Walking and Falling" 1982

"United States Live - Part I" 1983

Extraits Vidéos


"O Superman" 1982

"Only An Expert - Maybe if I Fall" - Performance au Centre Lincoln en mai 2007

Concert pour chiens devant l'Opéra de Sydney en 2010

Sources


Page Wikipédia anglaise sur l'artiste :
[https://en.wikipedia.org/wiki/Laurie_Anderson]

Site web de l'artiste :
[http://www.laurieanderson.com/home.shtml]

Site web du Festival International du Film de La Roche-sur-Yon :
[http://www.fif-85.com/fr/films/106/heart-of-a-dog]

Site web de France Culture :
[http://www.franceculture.fr/emissions/la-revue-musicale-de-matthieu-conquet/heart-dog-esthetique-et-ethique-de-laurie-anderson]

Site web anglais d'Encyclopedia :
[http://www.encyclopedia.com/topic/Laurie_Anderson.aspx]

Site web de France Musique :
[http://www.francemusique.fr/actu-musicale/un-concert-pour-chiens-donne-times-square-118537]

Site web de Youtube : [https://www.youtube.com/?hl=fr&gl=FR]

Entretient avec l'artiste (traduit) :
[http://content.citedelamusique.fr/pdf/note_programme/np_12632.pdf]