Visite au FRAC

Entrant tel Ulysse et ses compagnons dans l’antre du FRAC, nous découvrons les œuvres de 2 artistes contemporains belges.
Leur exposition « You Can Never Go Home » nous plonge dans une invitation au voyage quasi cauchemardesque.
Martin Hyde, crée des sculptures sous forme de boites à sushis-monde, telles des îles flottantes posées sur des socles articulés d’engrenages à la Tinguely et peuplées de Dieux, d’animaux coupés, de monstres mi-humains qui n’ont rien à envier à ceux de « L’Enfer » de Jérôme Bosch.
Quant à Philippe Vormwald, il réalise de grands dessins travaillés à partir d’une technique originale où il étale de la poudre de graphite sur un papier enduit d’un vernis puis laqué, obtenant ainsi une texture et une couleur très particulière et sur lequel il invente des espaces géométriques et architecturaux, dont on ne sait s’ils sont abstraits ou figuratifs et qui semblent figurer les dédales et les méandres de la psyché du héros de l’Odyssée. À même le mur du fond de l’exposition, il a également réalisé une fresque qui paraît plus libre, tant au niveau graphique que par son interprétation, où se mêle des formes rondes récurrentes comme des seins de femmes et des taches plus organiques.

Projet Opéra
J’ai décidé de tenter de peindre toute une journée sous « l’emprise de » l’opéra.
Très vite je me suis focalisée sur celui de Purcell « Didon et Énée » qui m’inspire un grand émoi et surtout le passage où Didon se donne la mort, qui me donne la chair de poule. Je me suis repassée la scène en boucle et les paroles de Didon en leitmotiv sont devenues des tags qui couraient comme des notes sur mes feuilles à dessin.
https://vimeo.com/64251398


Participation à  ArtWiki sur les artistes Gilbert et George http://www.technoromanticism.com/wiki/wakka.php?wiki=GilbertGeorges