Les Levine

Portrait Les Levine
Portrait Les Levine

Les Levine est un artiste irlandais naturalisé américain, né le 6 octobre 1935 à Dublin.
Réel pionnier des arts vidéos, il est l'un des premiers à juger la télévision comme un médium permettant la diffusion de ses projets au près du plus grand nombre.

Travaillant principalement par le biais du média et de la communication (affiches publicitaires, radio, téléphone, etc..), il relie son art à un certain contexte social, pour créer un univers en dehors de tout ce qui a pu être vu. Il dénonce beaucoup à travers ses projets, le système capitaliste accompagné par la consommation de masse.

Nous verrons par la suite qu'il a su tirer à travers l'idée de production de masse, des oeuvres uniques. Il ne s'intéresse pas concrètement à la physique d'une oeuvre, mais aux modifications émotionnelles qu'elles procurent.


Diplômé de la Central School of Arts and Crafts de Londres, il s'expatrie au Canada vers 1960, pays dans lequel il expose et vit. Il finit par s'installer à New-York en 1964, avant de devenir artiste-résident à la Nova Scotia College of Art and Design d'Halifax (Nouvelle-Ecosse) en 1973.

« Pour moi, la principale question, c’est l’esprit. Le principal aspect, c’est ce qui se passe dans notre esprit quand on contemple une œuvre d’art. Cette œuvre peut être très visuelle ou très conceptuelle, mais à long terme, ça ne fait pas de différence. Je m’intéresse à la manière dont la pensée est enrichie. »


La substance de l'approche de Levine est essentiellement basé sur des choix esthétiques et des catégories dont les mesures écrasantes sont définies par les structures de communication.

Au début de sa carrière, Levine introduit l’idée d’un art jetable d'où lui viendra le surnom de « Plastic Man » (homme de plastique).

D'autre part, les années 1960 ont marquées la commercialisation du "Portapak". C'est une camera de vidéo plus légère, permettant de filmer et enregistrer. Beaucoup d'artistes contemporains vont d'ailleurs s'en servir comme moyen d'expression. En 1965, Les Levine, avec Nam June Paik, font partis des premiers acheteurs du Portapak. Le titre de sa première bande, Bum, montre l’importance de ce nouveau média.





Œuvres


"Disposable"

image 1967___disposable_art_exhibition.jpg (26.8kB)

De 1962 à 1967, Les Lévine réalise des « disposable », qui sont des œuvres créées à partir de matériaux jetables.
Il expose ainsi des milliers de reliefs en plastique formés sous vide, de diverses couleurs.
Il les vend entre 3 et 6 dollars chacun.
Cette démarche artistique est une réponse à la société de l’époque où on considère que l’art est fait d’objets uniques et précieux
.


"Slipcover"

image slip.jpg (28.0kB)
image levi009.jpg (33.2kB)
image levi010.jpg (30.3kB)


Il réalise des « slipcover », qui sont présentés comme étant un circuit de télévisions fermé, où les gens pouvaient s’y voir 3 secondes après y être entré.



"A process assimilation"


image levi113.jpg (48.4kB)


En 1968, " A Process Assimilation " consiste en 300 pièces de plastique blanc dispersées au sol. Chaque jour pendant 30 jours, 10 pièces sont enlevées, jusqu'a ce que l'oeuvre ait totalement disparu du terrain.
L'artiste accepte le hasard comme une partie de processus qui détermine les formes vu par le spectateur.

C'est une oeuvre sans idée de forme orthodoxe préconçues, sans structure interne déterminé.

Au lieu d'imposer la forme à la matière ou de façonner cette matière, il nous fait observer les formes qui s'y trouvent déjà et laisse les choses telles qu'elles sont.

article de Joanna Marsden Woods à lire pour comprendre l'oeuvre
image pro.jpg (0.2MB)



"Iris"


image irijs.jpg (7.5kB)
image iris.jpg (14.8kB)
image 6a01156f8c7eb4970c0168e8c9407e970c800wi.jpg (8.6kB)

En 1968, Levine produit sa première « sculpture de télévision » intitulé "Iris".
Il confronte le spectateur à la télévision en le faisant se déplacer dans un système de circuit fermé.
Debout face à cette sculpture, le spectateur se trouve face à trois objectifs gros plan, plan éloigné et plan moyen, où on peut voir sa propre image.
Chacune de ces caméras avait son propre moniteur tandis que trois autres fournissaient des images déformées parfois reconnaissables, d’autres non.Ainsi, le spectateur pouvait avoir plusieurs points de vue différents de lui-même juxtaposés à d’autres informations aléatoire.

"En regardant Iris," a-t-il fait remarquer, «beaucoup de gens sont très surpris de la façon dont ils regardent réellement. Ils se voient de la façon dont ils voient généralement d'autres personnes à la télévision, et ils doivent faire une sorte de jugement sur eux-mêmes comme s’ils étaient un morceau de l'information. C’est ce que Iris fait à la plupart des gens, il transforme le spectateur en information. Le spectateur doit reconsidérer ce qu'il pensait de lui-même avant. Il doit se penser, lui-même, en termes d'information. Vous remarquez alors que les gens, quand ils sont en face de Iris, commencent à ajuster leur apparence. Ils ajustent leurs cheveux, cravate, lunettes. Ils prennent conscience des aspects d'eux-mêmes, qui ne sont pas conformes à l'image qu'ils avaient d'eux-mêmes auparavant. "



"Iris Print Out Portrait"


image iris_print_out_portrait.jpg (32.1kB)


En 1969 Les Levine compose une œuvre intitulée « Iris Print Out Portraits ».
Il s'agit d'un portrait mécanographié, photogravure offset sur papier vélin plastifié 46.6cm par 65.1cm.

Il décide de présenter son image sur un écran de télévision plutôt que dans un tableau avec un cadre comme le font les artistes en général.
Ainsi, il rappelle son œuvre vidéo tout en modernisant le traditionnel autoportrait destiné à des spectateurs, un public télévisuel qui ne cesse d'accroitre, et ne peuvent se passer de ces médias, gobant toutes leurs informations.

Le titre choisi Iris est appelé ainsi pour évoquer les lamelles mobiles qui font varier l'ouverture du diaphragme d'un appareil photo, permettant d'ajuster le temps de pose et la mise au point. De ce fait, grâce à l'iris, les trois prises de vues du portrait de Levine présentent un éclairage graduel et aboutissent progressivement au gros plan, jusqu'à occuper tout l'écran.


"Electric Shock"


image levi028.jpg (19.9kB)
"Electric shock" consiste en une grille de fils électriques suspendu à 6 pieds de hauteur, dans une salle de 100 pieds carrés, fils qui donne un léger choc quand on les touche, d’où le titre de la pièce.

Ces fils chargés de vibrations électriques, avec tous les rappels d'un camp de concentration, créer une sensation de claustrophobie et transforme un espace quelconque en une espèce de cage.
image levi027.jpg (25.9kB)


" Ce que je cherche, dit Lévine, c'est une réaction physique, non pas une préoccupation visuelle. ».

Le spectateur est invité à se soumettre à l'œuvre, à pénétrer dans une situation esthétique, sans une première référence aux visuels, pour éprouver une expérience tout à fait fugitive.

" Les gens seront l'œuvre d'art, a dit Lévine, l'œuvre n’existe pas avant d'être soumise aux visiteurs."






" Table d'écoute"


image levi064.jpg (19.7kB)

"Table d’écoute" (1970), consiste en 12 hauts-parleurs fixés au mur, chacun diffusant 12 heures de conversations téléphoniques en boucle, que Levine a enregistrées à partir de son téléphone chez lui.
Le public écoute le document enregistré de demandes de renseignements et de conversations réelles au sujet de la production d’une œuvre d’art sur une période d’un an.
Table d’écoute avance, pour son époque, une proposition radicale, à savoir que l’activité entourant le processus de création d’une œuvre est aussi valide et intéressante que le produit fini

les levine.jpg



"The Trouble"



« I.R.A. Funeral » de la série « The Troubles » (1977) 
Lien vers: http://www.moma.org/collection/browse_results.php?criteria=O%3AAD%3AE%3A3514&page_number=8&template_id=1&sort_order=1
« I.R.A. Funeral » de la série « The Troubles » (1977)
« British Paratroopers Checking Cause of Explosion » de la série « The Troubles » (1977) 
Lien vers: http://www.moma.org/collection/browse_results.php?criteria=O%3AAD%3AE%3A3514&page_number=10&template_id=1&sort_order=1
« British Paratroopers Checking Cause of Explosion » de la série « The Troubles » (1977)
« Vanguard Leaders Take Oath of Allegiance at Rally at Ormeau Park, Belfast » de la série « The Troubles » (1977) 
Lien vers: http://www.moma.org/collection/browse_results.php?criteria=O%3AAD%3AE%3A3514&page_number=11&template_id=1&sort_order=1
« Vanguard Leaders Take Oath of Allegiance at Rally at Ormeau Park, Belfast » de la série « The Troubles » (1977)
« Protestant Mother from Springmartin Estates, 
Lien vers: http://www.moma.org/collection/browse_results.php?criteria=O%3AAD%3AE%3A3514&page_number=13&template_id=1&sort_order=1
« Protestant Mother from Springmartin Estates,

Nommée « The Troubles », cette série de 18 photographies prises en 1972 fut exposée à New York, et jugée par son auteur comme traitant avec chacun des aspects des différentes situations. Levine va dans les foyers catholiques, protestants, dans des églises, à des funérailles, ou même à des explosions.
Son idée ici est de capturer le point de vue de l'Homme, et non celui de la politique qui le régit. Dans chaque cas, il essaye donc de montrer les personnes impliquées, d'évoquer leur état d'esprit au moment de la prise de vue, en évitant de représenter le superflu.
A ses yeux, les photographies ont toutes leurs propres histoires extraordinaires.

« A l'inauguration de l'installation à New York en 1973, quelqu'un est venu vers moi et m'a dit, 'Ce n'est pas de l'art. C'est trop réel." Et j'ai pris le commentaire à contre-sens, impliquant donc que l'art n'est pas réel, mais que mon travail si. »


"Watergate Fashion"


image levi099.jpg (28.7kB)

En 1973, Lévine s’intéresse au scandal du Watergate et créer son œuvre "Watergate fashion" .
image levi097.jpg (23.3kB)

  • Il va dessiner les vêtements des sénateurs qui passaient à la télé, et au fur et à mesure que ceux-ci étaient médiatisés de plus en plus, Lévine remarqua qu’ils s’habillaient de plus en plus à la mode. C’est un travail qui parut au début superficiel, alors qu’il y avait une véritable observation du changement de comportement face au média.



Quelques interviews


En France, avec traduction et des extraits montrés par Les Levine lui-même :


Ressources

http://www.beaux-arts.ca/fr/voir/collections/artist.php?iartistid=3252
http://imma.gallery-access.com/june2011/intl/en/tour.php?w_id=7&e_i=true

Webographie et liens

Toutes les images des œuvres de Les Levine
Biographie en anglais
http://cybermuse.gallery.ca/cybermuse/enthusiast/thirties/artist_f.jsp?iartistid=3252&version=html
http://plepuc.org/fr/oeuvre/sans-titre-14