Luke Fowler

Luke Fowler (né en 1978) est un artiste cinéaste, photographe et musicien écossais. Il est une figure majeure de la scène artistique de Glasgow. Véritable touche à tout, il a su s'imposer et apporté sa touche personnelle dans chacun des domaines qu'il a côtoyés. Ses œuvres ont été exposées à travers le monde, notamment à la Tate Modern (Londres) et à PS1 (New York). Par son approche unique du montage et du son, il revisite les genres documentaires et biographiques.

Gravure

Il a étudié la gravure à Duncan de Jordanstone College of Art and Design à Dundee avant de se consacrer entièrement à la musique et au cinéma.

Musique

Luke Fowler est un musicien renommée pour sa créativité et sa sensibilité. Avec ses groupes Rude Pravo et Lied Music qui privilégient tous les deux l’enregistrement en extérieur et les instruments modifiés ou inventés, il contribue activement à la scène musicale expérimentale. De plus, il peut être apparenté au mouvement du Net Art de part son utilisation des technologies analogiques et obsolètes. Sa recherche du son parfait et distordu l'amène souvent à produire des musiques difficilement abordable mais à la recherche esthétique et sensitive poussée.
Il dirige également la plate-forme multimédia SHADAZZ dont l’activité comprend la production d’albums en collaboration avec d’autres musiciens et artistes.

http://www.youtube.com/watch?v=YgivpAusHZ4
http://www.myspace.com/shadazzrecords

Cinéma

Également cinéaste, Luke Fowler a reçu le premier prix Derek Jarman pour son approche personnelle du film documentaire. Souvent assimilés au mouvement du British Free Cinéma, en prise avec la réalité de l'Angleterre des années 1950, les films de Fowler refusent tout commentaire didactique et toute continuité narrative, au profit d'éléments sonores impressionnistes et d'effets de montage qui rendent compte formellement des logiques et des esthétiques des sujets et des peuples qu'il étudie.

Le cœur des films de Fowler recèle des éléments tels que l’histoire obsolète et oubliée, les idées et idéologies radicales et expérimentales, ainsi que leurs protagonistes. What You See Is Where You’re At (2001) se penche par exemple sur « l’expérience de Kingsley Hall » entreprise par le psychanalyste et écrivain écossais R.D. Laing. The Way Out (2003, collaboration avec Kosten Koper) dresse quant à lui le portrait de Xentos « Fray » Bentos, membre original du groupe The Homosexuals, et examine ce personnage à multiples facettes grâce à un jeu mettant en scène les formes contradictoires et fragmentaires. Bogman Palmjaguar (2007) raconte l’histoire d’un homme qui a tourné le dos à l’humanité pour se retirer dans la nature, après avoir été diagnostiqué comme schizophrène.

Le film le plus représentatif du style Luke Fowler est sans aucun doute son documentaire sur le compositeur Cornelius Cardew. Ce film raconte l'histoire de ce génie malheureux de la scène avant-gardiste anglaise. Celui-ci, après s'être rapproché du mouvement maoïste, a cherché à mettre sa musique au service des classes ouvrières. C'est son déclin que Luke Fowler met en scène dans son film à grand renfort d'images d'hommages, de musique omniprésente et de cadrages tous plus déconcertants les uns que les autres.

À la fois improvisés et extrêmement construits, ses collages cinématographiques démantèlent l’approche conventionnelle de la biographie filmée. Les sujets, méticuleusement documentés par Fowler, représentent tous des personnages qui défient les normes socioculturelles. En appliquant, intuitivement, la logique, l’esthétique et la vision politique de ses sujets aux films qu’il leur dédie, Fowler tisse des narrations atmosphériques, échantillonnées, qui font écho à la vitalité des personnages étudiés. À travers films, photographies et documents d’archives, il nous invite à un voyage sans objectif fixé, sous la forme d’une réponse critique à l’idée du documentaire comme vérité unique.

Il nous entraîne à travers un entremêlement et des couches de rushes d’archives – sources photographiques, visuelles, esquisses, son, musique, entretiens – qui représentent autant de recherches d’informations. Tout cela flotte sur des vagues, avec des hauts, des bas, intervalles, pauses, silences. Ses films ne racontent pas une histoire ; ils participent à une histoire. On y ressent une forme d’organisation propre. Défiant les conventions du film documentaire classique, Fowler en détourne la syntaxe structurelle pour en explorer les limites et les dogmes. Il s’aligne sur les traditions du Free cinema et de la Nouvelle Vague britannique de la fin des années 1950 et des années 1960. À la question «Quel est, ou quels sont, vos héros, héroïnes ou influences ?», il répond : «Je n’ai plus de héros. Quant à mes influences, elles changent avec une régularité telle qu’il serait impossible d’en faire le tour, mais en voici quelques-unes au hasard : Robert Beavers, Toshiya Tsunoda, Hollis Frampton, Peter Hutton, Frederik Wiseman, Lee Patterson, Cluster, Alvin Lucier, Helmut Lachenmann, Arnold Brown, Eric La Casa, Barry Burns, Delia Derbyshire, Franco Battiato, Alasdair Roberts, Hugh Davies, RD Laing, les voyages en train. Au risque de paraître sentimental, mon influence la plus durable, c’est les promenades avec mes amis et ma famille.»

Oeuvres

The Tenement Series : Anna, David, Lester et Helen, 2009 - Quatre portraits subjectifs de résidents d’une maison collective de Glasgow, tous voisins de Luke Fowler.

George, 2008 - Dans cette étude sur le regard, Fowler observe en un lieu les liens entre phénomènes acoustiques et détails architecturaux.
Paddington Collaboration, 2007 - Documentation détaillée d’un immeuble de Londres, réalisée en collaboration avec A. Mac Lauchlan.

Bogman Palmjaguar, 2007 - Portrait d’un homme diagnostiqué schizophrène paranoïde depuis sa jeunesse et qui vit en retrait du monde. Bande sonore de Lee Patterson.

Harbour Doubts, 2007 - Cette œuvre capte les lieux où a été enregistrée la musique originale du film, réunissant au final deux enregistrements autonomes et asynchrones d’une même chose.

Pilgrimage from Scattered Points, 2006 - Documentaire sur le compositeur britannique Cornelius Cardew et son Scratch Orchestra (1968-1973).

The Way Out, 2003 - Portrait de Xentos “Fray Bentos” Jones, un des membres fondateurs du groupe postpunk The Homosexuals.

Sources

http://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=1556&menu=
http://www.frieze.com/issue/article/luke_fowler/
http://www.frieze.com/issue/review/luke_fowler/
http://www.telegraph.co.uk/culture/art/art-features/5307532/Luke-Fowler-stories-upside-down-and-inside-out.html