Marie-Jo Lafontaine

Biographie

''Your laughter will be silenced before morning''

Dance the world - vidéo installation


Marie-Jo Lafontaine, née à Anvers (Belgique) en 1950, est une artiste contemporaine "multi-facette" qui se complait à évoluer dans des domaines artistiques variés tels que la tapisserie, la sculpture mais surtout la photographie et la vidéo qui lui ont permis d'acquérir une renommée internationale dès les années 80. De plus, ses installations vidéos figurent parmi les plus grandes contributions à l'art contemporain.

En 1975, elle débute ses études artistiques à l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecte et des Arts Visuels de "La Cambre" à Bruxelles fondée par Henry van de Velde, peintre et architecte belge (elle obtiendra son diplôme quatre années plus tard).

Lafontaine obtient sa première reconnaissance artistique en 1976 lorsqu'elle reçoit une médaille de Bronze au prix Europe de la peinture de la ville d'Ostende pour sa série de monochromes, rappelant l'art minimaliste (elle est d'ailleurs très influencée par les artistes minimalistes Robert Ryman et Brice Marden). Un an plus tard, elle recevra celui de la Jeune Peinture belge.

''La dualité entre la violence et l'érotisme'' reste un thème récurrent, présent sur une grande majorité de ses œuvres, qu'il s'agisse de vidéos de sculptures ou même de peintures.
De ce premier constat, il n'est pas étonnant de voir que l'artiste s'inspire également d'écrivains et de philosophes qui se sont interrogés à cet autre dualisme présent chez la plupart des individus, ''celui de la chair et de l'esprit''.
Le philosophe Nietzsche est l'une de ces principales sources d'inspiration, qui alimente, de par sa pensée et ses citations célèbres, le travail de Lafontaine.

''La beauté n'est pas un hasard''Nietzsche (Issue de ''Hommage à Lotte Jacobi'' 1991)

  • « La vidéo est plus intime que le cinéma. Elle regarde les choses, la peau.
    • La vidéo est le sensible. Les machines deviennent des objets sensibles. »
      • Citation de Marie-Jo Lafontaine

  • Ses principaux travaux dans les années 80

  •   ''La batteuse de palpanches'' (1979) : Cette installation vidéo est la toute première de Marie-Jo Lafontaine. Cette séquence filmée au ralenti offre au spectateur une vision érotisée d'une rangée de pieux métalliques s'enfonçant lentement dans le sol.


  •  ''Round around the ring'' (1981) : L'artiste utilise une nouvelle fois le ralenti pour souligner l'érotisme présent lors d'un combat de boxe. Les coups destructeurs se transforment en douces caresses. Lafontaine livre ici, et pour la première fois, au spectateur l'étrange connivence qui réside entre la violence et l'érotisme.'''Vidéo ici'''


  •  ''La voix des maîtres'' (1983) : Tout comme "Round around the ring", l'artiste cherche à faire ressortir l'érotisme qui peut se dégager d'un affrontement entre êtres humains dans un sport de combat (ici, il s'agit du kendo).



  •  ''las cinco de la tarde'' (1984) :''Des images de danseuses de flamenco et de corrida passent successivement sur quinze écrans vidéos assemblées en cercle. Les danseuses excitent le public en faisant virevolter leurs jupes, tandis que le torero provoque le taureau en déployant sa cape tel un paon faisant la roue. La danseuse et le matador recourent tous deux à la force et à la séduction pour vaincre. La musique de flamenco monte dans un crescendo de coups de talons sur le sol et la tension entre l'homme et la bête atteint un degré insoutenable. Les mouvements sensuels des danseuses conquérantes annoncent le triomphe imminent du matador d'un écran à l'autre", commentaire de Joanna Skipwith, auteur et critique d'art.

Une nouvelle fois, le thème de la violence et de l'érotisme est omniprésent dans cette installation. Le ralenti souligne l'érotisme, l'estocade finale est la séquence la plus longue de la vidéo, l'épée transperce lentement le taureau, rendant la douleur beaucoup plus perceptible pour le spectateur. De par ce choix, Marie-Jo Lafontaine souligne une réalité : La douleur éprouvée par le taureau n'est jamais perçue par les amateurs de Corrida, bien qu'elle soit l'émotion la plus déterminante en terme de conséquence. Elle joue avec les émotions du spectateur afin de provoquer une vive réaction chez ce dernier. ''Vidéo ici''

Deux ans plus tard, Marie-Jo Lafontaine complètera son œuvre avec un ensemble de sculptures destinées à la protéger, Les ''Gardiens du jeu''.



  •  ''Les larmes d'acier'' (1987) : Cette œuvre est sans aucun doute la vidéo qui propulse la carrière de Marie-Jo Lafontaine. Réalisée en vue de sa participation à la Documenta 8 de Kassel, cette installation représente trois jeunes gens s'entrainant dans une salle de sport (un air de déjà vu ?). Toujours en suivant le même procédé, l'artiste scrute l'expression de leur visage et leurs gestes répétés de façon mécanique sur le rythme monotone des machines. Elle s'attarde, non sans voyeurisme sur l'érotisme du souffle haletant tandis que le bruit des machines s'intensifie. La souffrance physique se mêle ici à l'extase (toujours grâce au ralenti); Le tout sur la ''Casta diva'' envoutante de Maria Callas. Marie-Jo Lafontaine fait un usage éblouissant du langage cinématographique où sons et images fusionnent parfaitement, soulignant les capacités de manipulation du spectateur. Erotisme et narcissisme entrent alors en compétition. '''Vidéo ici'''

''La construction noire monumentale, s'appuie sur des arcs-boutants, telle une voûte gothique, attirant l'attention sur l'équilibre précaire des moniteurs et l'inconsistance des idéologies mises en évidence. Tout s'éteint, les images disparaissent et les neufs éléments verticaux ne forment plus qu'un mur avaugle qui attend que le courant revienne.'' Commentaire de Joanna
Skipwith.

A noter que cette installation a été projetée en 2006 pour l'ouverture de la Coupe du monde de football à Franckfort, devant plusieurs millions de spectateurs.


  •  ''L'enterrement de Mozart'' (1987) : Cette installation retrace l'agression dans les affrontements masculins, tout d'abord une agression physique entre deux coqs puis une agression plus psychologique entre deux joueurs d'échec. La compétition se termine lorsqu'il y a un vainqueur et un vaincu. Cette œuvre n'est pas s'en rappeler le dualisme de la chair et de l'esprit évoqué plus haut en tant que thèmes récurrents chez l'artiste. ''Vidéo ici''


  •  ''Victoria'' (1987-1988) : Une nouvelle fois, Marie-Jo Lafontaine retourne sur les lieux du combat afin de montrer le triomphe du mental sur le physique. Deux acteurs, se mesurent du regard. En guise de provocation, ils effectuent une sorte de danse proche de celle du tango tout en restant très menaçant dans leurs gestes. Chaque protagoniste tente de prendre le dessus mental sur l'autre, il cherche à l'impressionner par la seule force de son regard. On les pousse à l'offensive. Marie-Jo Lafontaine tente de réfréner la violence physique en faveur de la violence mentale. La tension monte jusqu'à que l'un des deux se retrouve sous le contrôle de l'autre, il est comme hypnotisé. '''Vidéo ici'''

''Comme dans toute vidéos de Marie-Jo Lafontaine, l'environnement scultpural joue un rôle aussi important que le contenu des images mouvantes.'' Commentaire de Joanna Skipwith


image lafontaine_victoria.jpg (17.8kB)





























Toutes ses performances

''Cette section ne tiendra pas compte des photographies, des sculptures dites "simples" et des monochromes. Seules les performances audiovisuelles nous intéressent'' :

Vidéo-Performances


* 1979 : ''La batteuse de palpanches''

* 1980 : ''La Marie-Salope''

* 1981 : ''Round around the ring''

* 1982 : ''Le rêve d'Héphaïstos''

* 1983 : ''La voix des maîtres''

* 1984 : ''La cinco de la tarde''

* 1985 : ''Métronome de Babel''

* 1987 : ''Les larmes d'Acier''

* 1987 : ''L'enterrement de Mozart''

* 1987-1988 : ''Victoria''

* 1990 : ''Passio''

* 1990-2000 : '''Projections''

* 1992 : ''Jeder Engel is schreklich''

* 1994 : ''Il se peut...''

* 1995 : cône''

* 1998 : ''The swing''

* 1999 : ''Chill out''

* 2000 : ''La chute''

* 2001 : ''Dark pool''

* 2008 : ''Dance the world!''

Espaces publics


* 2001 : '''Fidelio'''

* 2002 : '''Airport'''

* 2002 : '''Juztizcentrum'''

* 2003 : '''BMW Glasspavillon'''

* 2004 : '''Coca-cola'''

* 2004 : '''Osnabrück Museum'''

* 2005 : '''I love the world'''

Quelques expositions

1977

* Ottawa, National Gallery of Canada
* Bruxelles, La médiatine au Chateau Malou
1978

* Bruxelles, Palais des Beaux-arts & Gallerie BBB
* New York, The Warren hadlers Gallery
1979

* Lausanne, Musée Cantonal des Beaux-arts
"9ième Biennale internationale de la Tapisserie", Monochrome noir

* Aalborg, Noordjyllands Kunstmuseum
"9ième Biennale internationale de la Tapisserie"

* Bruxelles, Musée d'Ixelles
"La Cambre 1928-1978"

1980

* Paris, Centre Goerges Pompidou
11ieme Biennale de Paris, Marie Salope

* Bruxelles, Palais des Beaux-Arts
Peinture et Camera, Europalia

1981

* Lausanne, Musée Cantonal de Lausanne [cat]
10ieme Biennale internationale de la tapisserie
* Paris, Galerie NRA
1982

* San Sebastian, Festival international e ciné et vidéo

* Montbelliard, Festival international de vidéo

* Bruxelles, Musée des Sciences Voir des vidéos*

* Rome, Rassegna internatiuonal di cinema e vidéo
1983

* Brest, Maison de la Culture

* Montpellier, Le Chateau d'O
* Grenoble, Maison de la Culture
Festival du Cinema des femmes

* Perpignan, Rencontre Vidéo D'Elne

*Charleroi, Musée des Beaux-Arts
Retrospectives/perspectives vidéo, Le rêve d'Hephaistos

  • '''[...]'''

1988

* Santa Monica, Roy Boyd Gallery
* Hamburg, Kunsthaus und Kunstverein
* Milano, Padiglione d'arte comtemporanea [cat]
"Specials Aspects-the photographic experience"

* Hamburg, Galerie Vorsetzen
"Vorsatz Zwei"

* Worms, Schloss Herrnsheim
"Mnemosyne odert des Theater der Erinnerung"

1989

* Berlin, Kongresshale
* Wien, Museum des 20. Jahrhunderts
* Warregem, "Aspecten", Victoria

* Amsterdam, Kunst Rai 89

  • '''[...]'''

Sources et liens

* Site officiel de Marie-Jo Lafontaine

* Livre "Marie-Jo Lafontaine" par les Musées d'Angers - 2008

* Fiche pédagogique

* L'art vidéo des années 80 (Cours de Stephan Barron)

* Wikipédia