Mark Dion


Biographie


"Il est vraiment important que les artistes jouent le rôle d'agitateurs culturels car personne d'autre ne semble le faire."
image 162412249_640.jpg (83.5kB)


Mark Dion est un artiste Américain, né en 1961 à Bedfort, au Massachusetts. Il a obtenu le Bachelor of Fine Arts de l'école d'art d'Hartford dans le Connecticut, ce qui équivaut à une Licence Art Plastique et lui permet de former professionnellement un étudiant dans le domaine de l'art et de l'audio-visuel.
Depuis 1980 l'artiste réalise des sculptures et installations qui explorent les liens entre la sciences, la biologie et l'anthropologie. Il a été inspiré par les naturalistes du 19e siècle comme Charles Darwin et Alfred Russel Wallace. Mais Mark Dion est également l'auteur de nombreux ouvrages. C'est bien entendu un artiste plus que polyvalent puisqu'il prend la place d'un scientifique amateur, d'un collectionneur, d'un historien ou d'un biologiste.
Actuellement, il enseigne dans le département des arts visuels de l'université de Columbia, à Manhattan.

Son travail


Depuis plus de vingt ans, l'artiste contemporain américain explore les croisements entre art et science, collection et modes de présentation, il porte les débats sur l'évolution de l'histoire naturelle, les présentations de la nature et des systèmes écologiques en science, musée, étalage, zoo et Art. Il relance également les questions sur le rôle de l'artiste (comme interprète, performeur, critique) et sur la fonction de l'art.
Mark Dion tente de déconstruire les codes visuels et idéologiques qui ont, au cours de l'histoire, formaté notre connaissance et notre expérience de la nature. Plus particulièrement en étudiant sa représentation dans les institutions culturelles et scientifiques, comme par exemple les musées d'Histoires Naturelles, les zoos... Son travail, qui fait explicitement référence aux cabinets de curiosités, et se nourrit de l’histoire des musées, ne porte pas sur la nature mais sur l’idée de nature. L’artiste collecte des objets ordinaires et spécimens du monde vivant pour les organiser en des installations foisonnantes. De ces objets récupérés dans divers lieux ou par fouilles, Mark Dion crée des mises en scène où le pragmatisme scientifique côtoie une mise en espace aux codes esthétiques contemporains. Ostensiblement grotesques et chargées de références culturelles, ses mises en scène ironiques définissent le cadre de fictions scientifiques.
Par le regroupement d’éléments aussi divers de squelettes, animaux naturalisés et en peluche, végétaux, bocaux étiquetés et livres, il crée des espaces complexes, conçus comme des microcosmes. Ses sculptures et installations tiennent toujours compte de leur environnement géographique et culturel afin de créer des liens à la fois concrets et symboliques entre des situations disparates. C'est d'ailleurs pour cela que l'artiste travaille rarement dans son atelier, et produit très peu de sculptures au sens traditionnel du terme. Méthode, analyse, inventaire, documentation sont les maîtres mots de sa démarche en amont de l'exposition.En soit, c'est un processus qui entend sortir du domaine des formes et des simples résolutions plastiques. Pour cela, il s'emploie dans deux champs d'investigations complémentaires: d'une part en étudiant les collections dans les musées, d'autre part en entreprenant des fouilles archéologiques dans les zones urbaines.

Expositions personnelles


2008 "Concerning Hunting", Kunstraum Dornbirn, Dombirn & Aarhus Kunstbygning,
2007 "The Natural History of the Museum", Carré d'art, Nîmes "Systema permanente"
2005 Atelier Calder, Saché (résidence d'artiste) - Bureau of the Center of Study of Surrealism and its Legacy, The Manchester
2004 "Projets 82: Mark Dion-Rescue Archeology", MoMA, New-York
2003 "Encyclomania", Kunstverein Hannover, Hanovre & Bonner Kunstverein, Bonn
2002 "Micro-cosmographia", University of Tokyo Museum, Tokyo
1999 "Tate Thames Dig", Tate Gallery, Londres

Oeuvres

image dion.jpg (0.2MB)


Lors de l'exposition collective "NéoFutur" aux Abattoirs de Toulouse (2008), Dion présente un oiseau recouvert de mazout totalement méconnaissable et un squelette d'ours à l'allure préhistorique. Avec ces sculptures plus traditionnelles qui réactivent la tradition animalière. Il place le spectateur et visiteur face à ses propres responsabilités quand au respect de l'environnement et des espaces naturelles.