Masaki Fujihata



Né en 1956 à Tokyo, Masaki Fujihata est un artiste contemporain. Il est notamment reconnu pour ses installations vidéo.
S’il est classé parmi les artistes des nouveaux médias, il n’est certainement pas l’artiste d’un médium particulier.

Biographie
Il fait ses études à la Tokyo University of Arts. Dans les années 70, Fujihata réalise des films d’animation sur les bases d’une technique encore traditionnelle.
Il est un des piliers de l’art des nouveaux médias au Japon. Au commencement de sa carrière dans les années 80 il travailla principalement sur la vidéo et la création d’images numériques. Il s’intéressa très tôt à la pratique des nouvelles technologies et à la création virtuelle. Il a été l’un des tout premiers à utiliser la technique de stereolithographie, technologie qui permet de fabriquer des objets solides à partir d'un modèle numérique. Il créa ainsi les sculptures les plus petites au monde en utilisant ces techniques de manufacture. Dans les années 90 il se plongea dans les systèmes interactifs dont l’un des plus connus étant [''"Beyond Pages"''''': http://www.youtube.com/watch?v=flXXXhe9diY&feature=player_embedded '''] (1995-1997) qui est considéré comme une référence du genre. Elle fait notamment partie de la collection permanente du Zentrum für Kunst und Medientechnologie Karlsruhe dans lequel son œuvre peut être visionnée depuis 1997. Sa pièce pour réseaux Global Interior Project #2 a reçu le prix Golden Nicas à Ars Electronical, Linz, Autriche, en 1996. En 1998, son environnement virtuel partagé Nuzzle Afarest exposé en Allemagne, en Hollande, aux Pays-Bas, en Hongrie, au Japon. Après '''[http://www.ciren.org/artifice/artifices_3/instal/Fujihata.html ''"Impressing Velocity"'']''', une première pièce utilisant le croisement de la vidéo et du GPS en 1992-1994, il entame en 2000 la série des Field-Works. "Field-Work@Hayama" est exposée à la Triennale de Yokohama, à Ars Electronical, Linz, à Viper à Bâle et à Transmediale, Berlin en 2001. Puis viens '''''« Landing Home in Geneva »''''' qui est produite en 2005 à l’occasion d’une résidence à la Haute école d’art et de design de Genève. L’installation '''''"Morel’s Panorama"''''' est produite en 2004 pour le [http://www.ycam.jp/ Yamaguchi Center for Arts and Media] au Japon. En 2005 '''''"Unreflective Mirror"''''' est une installation qui interroge elle aussi la relation du spectateur à son image.
Depuis 2001, associé au biologiste Yuji Dogane, Masaki Fujihata a entrepris une série d’œuvres expérimentales portant sur la communication des plantes, dont '''''« Orchisoid »''''' en 2001 et '''''« Training »''''' en 2007.Depuis 1999, Masaki Fujihata est professeur à la Tokyo National of Fine Arts and Music.

Projets (sélection)

Light on the Net project



C'est une œuvre dans laquelle les internautes peuvent allumer et éteindre les 49 lampes situé dans le hall de l'entreprise Softopia à Gifu au Japon.
Oeuvre avec laquelle l’internaute pouvait, en cliquant sur leur image, allumer et éteindre les ampoules d’un tableau lumineux de sept rangées de sept lampes. L'internaute a aussi accès à une image vidéo de la matrice des 49 lampes dans le hall du building, près d'un escalator."Pas de vision réciproque ici, mais une forme de communication visuelle muette : l’internaute signalait son existence aux passants d’un lieu distant, et pouvait la vérifier en images"[http://www.hyperbate.com/dernier/?p=221].




'''Séries des ''"Field-works 1992/2005"'


Équipé de son matériel, Fujihata enregistre les régions qu'il traverse, nous invitant à de singulières balades. Chacun des différents lieux où se déroulent ces promenades est choisi en fonction de la possibilité d'y développer un projet spécifiquement lié à sa géographie et à son histoire.
L'auteur nous explique son œuvre :''" Vous pouvez voir d'abord sur le moniteur la trajectoire des données collectées grâce au GPS. Celle-ci se présente sous la forme d'une image fil de fer tridimensionnelle. Chaque point de cette forme est connecté avec une image vidéo d'une minute. Lorsque vous cliquez sur l'un de ces points, la vidéo qui présente ma vision subjective de l'ascension de la montagne à ce point précis apparaît. En les cliquant successivement, vous pouvez suivre mon expérience et surtout comprendre la cause et l'effet des formes recomposées du mont Fuji telles qu'elles sont produites à partir des données collectées par le GPS."[http://fr.wikipedia.org/wiki/Masaki_Fujihata]
Cette cartographie tridimensionnelle inaugure une topographie qui immerge le spectateur dans l'expérience d'une excursion virtuelle. Face à l'écran, il navigue, construit d'autres histoires tout en suivant le tracé du GPS, qui le guide dans les méandres d'un paysage dessiné par de multiples regards.''
''Dans ''"Field-work@Alsace"'', c'est la frontière entre l'Allemagne et la France qui est explorée, dans ''"Field-work@Mersea"'', c'est la constitution d'une mémoire collective qui détermine les promenades des participants autour de l'île.
'''

Morel's panorama



Le titre fait référence au roman de l’écrivain argentin Adolfo Bioy Casares, L’Invention de Morel . Ce court récit fantastique/rationnel publié en 1940 se situe sur une île apparemment déserte, ou plus exactement désertée, car de nombreuses constructions (un musée notamment) attestent d’un passé récent très différent. Le narrateur, venu là pour échapper à la justice, découvre peu à peu la présence d’un groupe d’estivants qui apparaissent régulièrement, semblent parfois revivre des moments mais ne semblent jamais prêter attention à sa présence.
Masaki Fujihata présente des images captées par une caméra panoramique dans un espace carré. Une façon détournée de questionner l’immersion. Des images captées par une caméra panoramique installée au centre de la pièce sont traitées en temps réel par un ordinateur et plaquées sur un écran cylindrique pour être ensuite projetées sur les murs de l'espace d'exposition. En plus de ces images en direct, des images de l'artiste pré enregistrées et préalablement mises en espace montrent Fujihata lisant un extrait de ''"Morel's Invention"''.




Landing Home in Geneva


*2005
''«Landing Home in Geneva»'', Centre pour l'image contemporaine, Saint-Gervais, Genève.
http://www.field-works.net/05_landing_home/
Masaki Fujihata introduit ces nouvelles données dans une démarche purement artistique, par un regroupement organisé et sélectif des moyens numériques qui le passionnent, à savoir l’introduction du GPS et de la vidéo-panoramique dans un univers virtuel neutre, dénué de tout artifice graphique. Masaki Fujihata s’interroge sur l’identité et la construction de l’individu en relation à son territoire. A Genève ville cosmopolite, il questionne interprètes et traducteurs d’origine étrangère à propos de leur ressentis, leur attachement à la langue maternelle, leur nation d’origine, et les particularités du territoire genevois.



Orchisoid


Fujihata veut entraîner les orchidées à marcher. C’est pourquoi le nom de son œuvre est composé du nom de la fleur avec -oid pour montrer le caractère de robot-humain. A l'aide de nombreux capteurs qui réagissent aux ondes électriques la plante doit pouvoir bouger et apprendre à marcher. C’est pourquoi la durée de l’expérience est fixée à 10 000 ans. L’auteur a donc pensé à la possibilité de l’évolution et de l’adaptation de la plante à de nouveaux systèmes.
Avec le chercheur en biologie Yuji Dogane, Masaki Fujihata se met en tête de révéler le désir des plantes de se mobiliser. Il réintroduit de la réciprocité dans les échanges hommes/machines. Les robots traitent généralement l’information de l’intérieur vers l’extérieur pour nous la transmettre. Il s’agit ici d’apprendre à la plante à marcher mais pour elle-même, pas dans un but égoïstement utilitaire, à l’instar du robot Asimo auquel on apprend la mobilité afin d’effectuer des tâches dangereuses ou de venir en aide aux personnes vulnérables.
http://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ja&u=http://plaza.bunka.go.jp/museum/file/vol1/000036.php&ei=LvMsT-qbI-ei0QW49NytCA&sa=X&oi=translate&ct=result&resnum=2&ved=0CC0Q7gEwAQ&prev=/search%3Fq%3DOrchisoid%26hl%3Dfr%26client%3Dfirefox-a%26hs%3DDDx%26rls%3Dorg.mozilla:fr:official%26prmd%3Dimvns


Global Interior Poject 2"'' (1996)

Il qualifie ce travail d'art expérimental. Il réalise un espace virtuel ouvert à plusieurs personnes; On explore ainsi l'espace virtuel en faisant un lieu de rencontre et d'échange; On évolue dans un monde virtuel où l'image identitaire est représentée par symbole. Cette réalisation donne une "clé" et permet d'ouvrir l'imagination pour comprendre l'espace cybernétique.




Unreflective Mirror


L'expérience de dé-familiarisation du miroir devient l’argument central dans ''"Unreflective Mirror"'' (2005). Le spectateur porte des lunettes 3D à verres polarisés ainsi l'utilisateur peut voir le miroir mais via un système qui capture la position des lunettes il ne peut apercevoir son reflet. le miroir peut également fabriquer des images et faire par exemple croire au spectateur qu'il n'est pas en mouvement alors qu'il bouge... cette œuvre très sophistiqué et à la pointe de la technologie est conçue de sorte a provoquer un profond questionnement sur la réalité virtuelle et la notion de réalisme, de ce qu'un miroir est vraiment.



[ ''"Nuzzle Afar"'']


*1998
''"Nuzzle Afar"'', ICC, Galery, Tokyo
C'est une présentation exemplaire de communication en trois dimensions. Il y a trois niveaux de rencontre, et l'expérience est partagée: Échange simultané de positions et d'orientations. Il y a un sens de découverte et une volonté de communiquer en s'orientant dans un espace virtuel.Techniquement il s'agit d'un environnement virtuel avec 3 PC connectés en réseau, deux écrans et un moniteur reliés aux PC: les spectateurs peuvent communiquer entre eux via le réseau.



Autres Projets
*2009
[ ''"Simultaneous Echos"'']
*2006
''"Unformed Symbols 2006"'' , ''"Off-Sense 2002"'', CANON Gallery, Shinagawa, Tokyo

*2005
''«Friends' Tree»'', the Kunsthaus, Graz, Autriche

*2002
''«Field-Work@Lake_Shinji»'' , Simane Art Museum, Shimane

*2001
''«Field-Work@Hayama»'' Ars Electronica, Linz, Transmediale, Berlin

*1996
NIKA Prize Festival Ars Electronica, Linz

*1994
''"Impressing Velocity"'', ICC Galery, Tokyo


Masaki Fujihata, est né en 1956 à Tokyo.
Il a réalisé récemment Light on the Net. Cette oeuvre permet aux internautes d'allumer ou d'éteindre à distance une des 49 lampes disposées en matrice dans le hall de l'entreprise Softopia à Gifu au Japon. L'internaute a aussi accès à une image vidéo de la matrice des 49 lampes dans le hall du building, près d'un escalator. Dans Global Clock Project, l'internaute visualise la Terre en tant qu'horloge en utilisant des petits capteurs connectés à des sites autour de la Terre par le biais du réseau Internet.

  • image fujihata_light_onthenet.jpg (21.1kB)
    Light on the Net
En 1992, pour réaliser Impressing velocity, il escalade le Mont Fuji avec un GPS, outil permettant de donner la longitude et la latitude, et avec une caméra vidéo huit millimètres. Il rassemble ensuite dans une même installation montrée au centre ICC au Japon et à Paris dans la manifestation Artifices, les données du GPS et les images vidéo. Il décrit ainsi cette installation. « Vous pouvez voir d'abord sur le moniteur la trajectoire des données collectées grâce au GPS. Celle-ci se présente sous la forme d'une image fil de fer tridimensionnelle. Chaque point de cette forme est connecté avec une image vidéo d'une minute. Lorsque vous cliquez sur l'un de ces points, la vidéo qui présente ma vision subjective de l'ascension de la montagne à ce point précis apparaît. En les cliquant successivement, vous pouvez suivre mon expérience et surtout comprendre la cause et l'effet des formes recomposées du mont Fuji telles qu'elles sont produites à partir des données collectées par le GPS.
Nous pouvons mémoriser notre expérience de deux manières. L'une est la mémoire de notre cerveau (de notre corps) et l'autre est le système en dehors de notre corps (par exemple le bloc-notes sur lequel on écrit à la main ou l'enregistrement sur cassette). Nous avons ainsi deux possibilités de construire l'impression d'une même expérience. Mes souvenirs d'enfance ne résultent pas seulement de mes expériences réelles directes, mais aussi de l'information indirecte donnée par mes parents, comme les photos prises quand j'étais bébé. Plusieurs couches composent un même souvenir : l'expérience directe, le souvenir à partir d'éléments enregistrés, le montage qui en est fait. Et tout cela se passe au même moment.
Dans ce projet, je peux constater les différences entre l'impression de la vitesse de mon ascension issue de mon expérience directe et l'impression venant de l'image composée par l'ordinateur. Je ne saurais dire laquelle est juste ou non.
Cette différence des images montre la différence des points de vue en fonction de la vitesse ou de la distance. Ce document donne à l'utilisateur la possibilité d'accéder aux images d'une expérience, qui n'est pas l'expérience réelle que j'ai eue, et de saisir les choses dans leur propre déroulement ».

Dans une interview où on lui demande pourquoi il a fait cette oeuvre, Fujihata répond que c'est parce qu'il existait une technologie appelée GPS.

« Mon imagination a fait le reste ». Dieter Daniels souligne que cette réponse dénote une étape préliminaire dans l'émergence de nouvelles technologies, qui créent une seconde nature. Il fait un rapprochement avec la phrase d'Hillary qui avait répondu quand on lui a demandé pourquoi il avait fait l'ascension du Mont Everest : « Parce qu'il était là ». Daniels poursuit « Dans notre relation aux nouvelles technologies nous devons dépasser la phase de bataille pour survivre pour nous voir comme partie intégrante de l'univers technologique » .


Citations
''« Je vois l’art des médias non pas tant comme celui qui “utilise” les nouveaux médias mais comme une créativité appliquée à fabriquer ces médias. Si l’on considère que l’art des médias consiste à utiliser les nouveaux médias, on finit par parler d’”art des nouveaux médias” ou d’”art des médias numériques” comme on dit “peinture à l’huile” ou “sculpture”. L’essence de l’art des médias n’est pas là mais dans la création de nouveaux médias. C’est pourquoi je crois qu’un nouveau médium doit être trouvé pour chaque œuvre particulière. »'' M''asaki Fujihata, entretien avec Tetsuya Ozaki, Art it, « Wat Is Media Art ? », 2005, vol. 3, N° 1, Tokyo.''

"Peut-on y voir un début de réponse à l’angoisse perpétuelle de l’oubli — oubli de soi, oubli des autres — à travers les images que notre mémoire enregistre et efface lorsqu’elle se sature ? Ou bien une nuance subtile, dérivée, si l’on en croit certains propos ayant trait à la science fiction, d’un illusoire désir d’immortalité…" Cet article a été publié par Sara Coet dans '"Landing Home in Geneva interroge la mémoire"''
Liens


* [http://www.fujihata.jp/ site officiel Masaki Fujihata]
* Action inconnue "fr"[http://www.arpla.fr/canal20/adnm/?cat=110&paged=2 Arts des nouveaux médias ( AdNMblog)entretiens avec Masaki Fujihata]
*Action inconnue "fr"[http://stephan.barron.free.fr/technoromantisme/fujihata.html site d'enseignement de Stéphan Barron]
* Action inconnue "de"[http://www.zkm.de/ site du ZKM]
*Action inconnue "en"[http://www.field-works.net/ site projet "field-works"]
*Action inconnue "fr"[http://fr.wikipedia.org/wiki/Masaki_Fujihata page wikipedia Masaki Fujihata]
*Action inconnue "en"[http://www.ycam.jp/en/ site du Yamaguchi Center for Arts and Media (YCAM))

'''Publications'''
*1987: ''"MASAKI FUJIHATA - Geometric Love"'' - PARCO publications
*1987: ''"The Company FROGS Inc."'' - Kadokawa Shoten
*1991: ''"Forbidden Fruits"'' -  LibroPort
*1995: ''"The Future of the Book of the Future"'' - JustSystem
*1995: ''"Rewinded Future"'' -  JustSystem
*1997: ''"Color As A Concept"'' - Bijutsu Shuppan Sha
*1998: ''"The Treasure of Computer Graphics"'' - JustSystem Publication

'''Prix'''
*1983: ''" Mandala1983"'' computer animation
- Grand Prize recieved from VIDEO CULTURE CANADA
Toronto Harbor-Front,CANADA
*1996: ''"Global Interior Project #2"'' Interactive Shared VR
- Golden NICA recieved from  ArsElectronica
Linz Austria
*1997: ''"Color Cubic Palette"'', special plug-in software for
educational use.  LoReal Science and Art prize from
 LoReal company.
*1997: ''" BeyondPages"'' category event and show,  MultiMediaGrandprix
organized by Multimedia Contents Association, Japan
action attach : paramêtre file manquant