Mieko Shiomi


image 233_Shiomi.jpg (59.6kB)


Mieko Shiomi (née en 1938) est une artiste et compositrice japonaise. Elle a étudié la musicologie à la Tokyo university of music and Fine Arts. Elle fonde en 1960, avec Takehisa Kosugi et d’autres artistes, le groupe de musique expérimentale Ongaku qui explore la performance et la musique concrète.

En 1964, elle se rend à New York à l’invitation de George Maciunas, afin de participer au «Fluxfest» organisé à la Washington Square Gallery. Elle y présente Disappearing Music for Face, un film dans lequel on voir sur le visage de Yoko Ono un sourire qui laisse rès lentement place à une expression neutre.

Fluxus Balance Piece for Mieko Shiomi:

Un bol d'eau est placé sur un côté d'une balance . Le bol est rempli d'eau avec exactement le même poids que tout ce qui est dans le verre l'autre côté de la balance (1991).



Fluxus:


C’est l’artiste Georges Maciunas qui utilise ce terme en 1961. Fluxus est un mouvement artistique formé durant les années 60 et qui proposent un art total réunissant différents langages artistiques . Il amène l’idée d’une identité entre l’art et la vie. Il est crée aux Etats-Unis et est influencés par le courant Dada, par Marcel Duchamp, et par les enseignements de John Cage.

Spatial Poems:


À partir de 1965 , Mieko Shiomi a mené une série de neuf événements qu'elle appelait Spatial Poems. Chacun a commencé par une invitation à un grand nombre d'amis et de collègues. Invitation, donc, à répondre à une instruction simple, qui a souvent pris la forme d'un poème d'actions personnelles. Les réponses qu'elle a reçues on construit son travail. En 1975 , Shiomi a publié une brochure documentant les neuf Poèmes Spatiaux et une collection de réponses à chacune de ses invitation. Cette brochure requiert la participation d’artistes Fluxus résidant à travers le monde, qu’elle traduit sur différents supports, particulièrement des cartes de géographies.

Spatial Poems #2, exposition à La Panacée:


L'artiste Mieko Shiomi réalise des Spatial Poems entre 1965 et 1975 . Pour l’exposition Une lettre arrive toujours à destination(s), l’œuvre Spatial Poem #2 est réactivée avec plus d’une cinquantaine d’artistes du monde entier, qui doivent envoyer par un mail à La Panacée la description de ce qui leur fait face à un moment précis : le vendredi 18 juillet à 16h. Chaque texte est ensuite installé sur une carte du monde, dessinée directement sur un mur. Une carte multiple sera éditée par la suite.