Iannis Xenakis,Musique de l'architecture. Textes, réalisations et projets architecturaux choisis, présentés et commentés par Sharon Kanach, Marseille, Ed. Parenthèses, 2004.



image x_xenakisupic600.jpg (40.1kB)
Iannis Xenakis au travail

Présentation de Iannis Xenakis (1922-2001)
Compositeur, architecte, mais aussi ingénieur civil et mathématicien, Iannis Xenakis, s'est sans répit investi dans la création, produisant une oeuvre protéiforme marquée d'un engagement personnel très fort.
Né en Roumanie, il achève ses études en Grèce tout en s'engageant dans la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale. Il est gravement blessé puis condamné à mort dans son pays; il est réfugié politique en France à partir de 1947, et débute sa carrière d'architecte chez Le Corbusier.

Pour plus d'informations, je vous invite à lire la page artwiki consacrée à Xenakis en suivant ce lien: http://www.artwiki.fr/wakka.php?wiki=IannisXenakis



Présentation de l'ouvrage
image 41AR7BZC8XL_SY344_BO1204203200_.jpg (16.5kB)
Page de couverture
L'ouvrage Musique de l'architecture prend la forme d'un épais manuel proposant une retrospective sur la vie de Xenakis (1922-2001). Il rassemble pour la première fois l'ensemble des écrits de Iannis Xenakis consacrés à l'architecture et aux relations entre musique et architecture - à commencer par le texte fondateur Musique, Architecture de 1971-. Les 443 pages de l'ouvrage se divisent en six chapitres : les années Le Corbusier, la Ville cosmique et autres écrits, Architecte indépendant, Les Polytopes, Annexes, Tableau chronologique, au cours desquels nous apprenons que Xenakis n'était pas seulement un musicien mais aussi un architecte. En effet, il était parvenu à considérer l'architecture sous un nouvel angle. Il s'est convaincu que l'architecture pouvait devenir un domaine de recherches aussi riche que la musique, qu'elle pouvait être traitée d'une manière abstraite et non pas uniquement formelle. Xenakis disait : « l'avenir de la musique réside dans le progrès de la technologie moderne », c'est pourquoi il a tenté, à travers ses créations architecturales, que la musique devienne visuelle grâce à l'utilisation de l'espace.

L'ouvrage est construit autour de quatre pôles : le matériel et les textes originaux de Xenakis (accompagnés de commentaires), l'« Index critique des projets architecturaux » de Sven Sterken, la « Bibliographie » due à Makis Solomos et le « Tableau chronologique ».

Les textes et projets de Xenakis s'articulent en quatre chapitres, c'est ce que nous allons ici développer afin de présenter le livre dans sa globalité.

Les années Le Corbusier rendent compte des douze années de collaboration entre Xenakis et l'architecte, années de mûrissement, d'affirmation et d'individualisation. Douze années qui ont été primordiales et décisives dans son développement futur en tant qu'« artiste-concepteur ».

La Ville cosmique et autres écrits, ce chapitre comporte des écrits traitant de l'architecture, qui pour la plupart font appel à une nouvelle conception de l'art, de l'artiste et de l'oeuvre d'art et donc la lecture, d'après Sharon Kanach, doit être complétée par les textes de Xenakis consacrés à la musique.

Architecte indépendant, cette partie s'attarde sur la vision novatrice, le rôle de pionnier de Xenakis tant dans sa conception particulière du rôle de l'artiste que dans son travail de compositeur.

Les Polytopes : Xenakis ayant exercé dans de multiples domaines (compositeur, architecte, ingénieur civil et mathématicien), ses œuvres les plus élaborées -tous moyens et médias confondus- restent les Polytopes, parfaits reflets de sa pluridisciplinarité. Ses Polytopes résultent de la réunion de plusieurs concepts appliqués simultanément dans les domaines musical, architectural et visuel. C'est l'accomplissement d'un art total.

image Unknown.jpeg (11.2kB)
Le Pavillon Philips (1958


La motivation de cet ouvrage est de susciter chez les architectes ou amateurs d'architecture un nouvel intérêt : la musique de Xenakis. Et inversement, que les musiciens et les critiques qui connaissent déjà Xenakis en tant que compositeur, relisent son œuvre en l'éclairant de sa dimension architecturale, restée méconnue jusqu'à présent.

Pour voir la vidéo de Metastasis: https://www.youtube.com/watch?v=SZazYFchLRI&feature=player_embedded#!
image metastasisa1.png (0.1MB)
Metastasis

En effet, Xenakis a initié la mise en pratique d'une relation directe entre musique et architecture. Il composait ses œuvres musicales avec les mêmes moyens que ceux qu'il utilisait pour concevoir des bâtiments (Modulor, calculs mathématiques, Upic -machine conçue par Xenakis qui relie dessin et sons-...).
Tout au long de ses recherches et de ses rencontres avec des personnalités telles que Le Corbusier, Olivier Messiaen, Pierre Schaeffer, il a cherché à imbriquer étroitement art et architecture, relier musique et mathématiques.
Ses œuvres majeures : Metastasis, le Pavillon Philips, Le Diatope... montrent qu'il y est parvenu. Metastasis est une œuvre musicale, pour orchestre, contemporaine des travaux sur le Couvent de la Tourette (1953-56) qu'il met en lien avec sa création pour le Pavillon Philips en 1958 pour l'Exposition Universelle de Bruxelles en reprenant les glissandos de Metastasis et les lignes pentues du pavillon Philips qui sont calculés avec les mêmes principes mathématiques. Le Diatope de 1978, est quant à elle, l'oeuvre qui inaugure la création d'un spectacle total.


Si vous voulez en savoir d'avantage sur l'oeuvre Metastasis: http://02.10.over-blog.com/75-index.html
Autre site très intéressant sur le sujet: http://www.iannis-xenakis.org

  • Mathilde Lubac