Nam June Paik


Biographie



Nam June Paik est un artiste coréen considéré comme un des fondateurs de l’art video.
Il est né à Séoul le 20 juillet 1932 et est décédé à Miami le 29 janvier 2006. Son génie est d’avoir compris que l’apparition de la télévision avait changé le monde. Après plusieurs années de travail il reçoit en 1998 le Prix de Kyoto (récompense internationale attribuée à certaines personnes pour leurs contributions dans le développement des sciences, de la civilisation mondiale ou de l'élévation spirituelle), et est notamment lauréat du Prix de la Culture Asiatique de Fukuoka en 1995. Durant toute sa carrière il va collaborer avec de nombreux amis artistes tels que Charlotte Moorman violoncelliste avec qui il réalise plusieurs performances (TV Bra For Living Sculpture, 1969) et John Cage, son mentor, (travail sur la culture du déchet et du ratage). Dans son travail, son outil de prédilection sera le poste de télévision avec lequel il fera de nombreuses expérimentations dans le but de trouver ses limites (il joue, par exemple, avec les électrons du tube cathodique) et d'en détourner l'utilisation.

TV garden (1974)

TV Garden, 1974



Son parcours



Après des études de musique en Corée puis au Japon, il part en 1956 terminer sa formation universitaire en Allemagne. En 1958, il travaille auprès du compositeur Stockhausen - pionnier de la musique électroacoustique - dans le studio de musique électronique de Radio Cologne. Durant cette période, Nam June Païk côtoie l’avant-garde de l’époque (notamment Joseph Beuys, John Cage, Merce Cunningham, le couple de plasticiens Christo et Jeanne-Claude, etc.) et rejoint le groupe artistique Fluxus (issu du mouvement dada qui mélange aussi bien la musique, la performance, l’art plastique et l’écriture) où il produit, dans le cadre de ce mouvement, ses propres concerts, expositions et performances (comme briser son violon sur scène, plonger dans des baignoires, jeter des œufs sur le public, etc.).

En mars 1963, il présente à la galerie Parnassde Wuppertal une installation composée de 13 téléviseurs posés à même le sol dont l’image déréglée par des générateurs de fréquences ne diffuse rien d’autre que des rayures et des striures. Cette "exposition de musique et de télévision électronique" est considérée aujourd’hui comme la première œuvre d’art vidéo.

En 1964, il rencontre la violoncelliste Charlotte Moorman avec qui il collabore pour de nombreuses performances.

"Charlotte Moorman"
Concerto for TV Cello and Videotapes, 1971



Son statut



La vidéo en tant qu'expression artistique naît de la rencontre de plasticiens, d'ingénieurs et de directeurs de chaînes de télévision : ils recherchent de nouvelles possibilités d'utilisation du médium vidéo. En 1959, dans le cahier de notes de George Brecht, on trouve l'ébauche d'une télévision pièce, assemblage de neuf téléviseurs en marche, formant ce qu'on appellerait aujourd'hui un mur vidéo. En 1962, Nam June Paik, invité par le studio de musique expérimentale du Westdeutscher Rundfunk de Cologne, entreprend de faire des expériences avec des tubes cathodiques de téléviseur. Il expose en 1963 les résultats de ses premières recherches à la galerie Parnass de Wuppertal, il fut invité par celui ci à une exposition individuelle. Cette exposition marque la véritable naissance de l'Art Vidéo, et donne à Nam June Paik son statut de fondateur de l'Art Vidéo.

Dans son exposition, Paik explorait deux thèmes : "Exposition of Music" et "Electronic Television", combinés l'un à l'autre sur la base d'une participation du visiteur à l'exposition et de son implication dans les déroulements de celle-ci, caractéristique chez les artistes du mouvement Fluxus (mouvement américain et européen néo-dada). Durant cette exposition, il présente, avec son ami Wolf Vostell sa première installation intitulée Treize téléviseurs préparés. Les téléviseurs sont présentés comme déréglés exhibant des zébrures dues à une diffusion de fréquences sonores dans le tube cathodique, ceci faisant référence au piano préparé de John Cage. Dès lors, "la télévision abstraite" est née.

Paik poursuit sa recherche sur l’abstraction en collaborant avec l'ingénieur Shuya Abe, qui inventa au Japon un des premiers synthétiseurs vidéo (1969-1970). Cet instrument déforme les images des caméras parasitant de même le paramètre des sons poussant alors l’image à son paroxysme.

Il joue sur l’accumulation de téléviseurs et d'instruments, parasitant les téléviseurs les détourant ainsi de leur fonctionnalité première. Il exploite l'art vidéo en tant que véritable sculpture. Dans la série "Robots", Paik donne une valeur anthropomorphique à ses sculptures vidéos.
Par ailleurs, l'artiste montrant Bouddha dans certaines de ses œuvres engage une réflexion sur le culte voué à la télévision en occident. Name June Paik travaille donc énormément avec des postes de télévision, il considère d'ailleurs que ceux-ci ayant remplacés la cheminée dans les foyers, il est logique de l'utiliser comme d'autres le feraient avec du marbre. Il a commencé par explorer les limites de ces téléviseurs : il fut le premier à oser manipuler et jouer avec les électrons du tube cathodique - à l'aide d'un aimant, comme pour Magnet TV (1965) -, ainsi qu'à dérégler complètement et en profondeur le poste de télévision : il en tira les 13 Disotorded TV présentées à partir de 1963.

Video Fish (1975)
Video Fish, 1975

Video Flag(1985)
Video Flag, 1985




Son oeuvre



Collaboration avec ses amis artistes, (sa compagne, John Cage, etc.), culture du déchet, du ratage... comme John Cage qui cultive le défaut pour créer de nouveaux sons avec son piano préparé. Recyclage de formes vidéo "papier-peint".

image paik_magnet_tv.jpg (12.6kB)


L'artiste détourne l'utilisation de la télévision, en l'utilisant comme Tinguely ses machines, il lui fait "faire des tours pour laquelle elle n'était pas prévue". On retrouve ainsi une télévision face contre terre, en forme de lune, de ciel, de croix, ou plus connu, le célèbre TV Bra for Living sculptures (1969) : un soutien-gorge en mini téléviseurs montrant les images des premiers pas de l'homme sur la lune.
Le tout était porté par Charlotte Moorman, violoncelliste avec laquelle il a notamment réalisé L'opéra sextronique (1967) et TV Cello (1971), où elle jouait sur un violoncelle fait de télés.
Suit, la réflexion sur la télévision, qui était déjà à l'époque un objet presque culte dans les sociétés occidentales, dont une œuvre représentative est TV Bouddha (1974) : une statue de Bouddha est installé devant une télé qui lui montre sa propre image, filmée par une caméra placée juste derrière, où l'on ne sait s'il se regarde ou s'il médite.
Vient ensuite, la "Family of Robot", où les robots sont en fait des humains faits en téléviseurs, des vieilles télés pour les grands-parents, du matériel high-tech pour les enfants ; et constituent des familles : la famille-robot, la famille-Paik, la famille-Antiquité et la famille-Révolution (à laquelle appartient la célèbre Olympe de Gouges).Arrivée de Nam June Paik aux Etats Unis et vente au public en 1965 du portapak de Sony (Nam June Paik est le premier acheteur)



Nam June Paik - Magnet TV - 1965

Paik est l’un des premiers à s’acheter une caméra vidéo portable, lorsque Sony met cet appareil sur le marché américain en 1965. Depuis, il n’a pas cessé de réaliser des bandes vidéo. Dans les années soixante et au début des années soixante-dix, il continue à travailler sur les images brouillées, et en 1972, il construit avec l’ingénieur Shuya Abe l’un des premiers vidéo-synthétiseurs; cet appareil va permettre de retravailler les images vidéo en faisant des effets, notamment et surtout des effets de solarisation. L’utilisation de ce synthétiseur est très perceptible dans la plus célèbre des bandes de Paik, Global Groove, de 1973. Mais ce qui ressort également de cette œuvre, c’est que Paik manifeste un intérêt très vif pour l’existence – rendue possible grâce à la télévision et aux images satellites – d’une communication globale ainsi que pour l’existence simultanée de toutes les cultures du monde en tous points du monde.

Depuis lors, la production d’un flux d’images paraissant ininterrompu est une caractérisque stylistique importante du travail de Paik. De ce point de vue également, il semble avoir marqué fortement la jeune génération des artistes vidéo.

  • image paik_tvbra_for_living_sculp.jpg (16.3kB)








Nam June Paik & Charlotte Morman - TV bra for living-sculpture - 1969

Deux TV miniatures sont disposées sur les seins de Charlotte Moorman qui joue du violoncelle. Les images sont diffusées en direct sur les deux TV et d'autres, disposées autour.

  • image paik_human_cello.jpg (19.4kB)






Paik et Morman - Human Cello - 1965 et 1971 (execution de la pièce "26'1 1499 for a string player de Cage)

Concerto for TV Cello and Video tape - 1971








  • image paik_concertofortvcellotape.jpg (11.1kB)








Le développement du travail artistique en vidéo doit également beaucoup, d’un point de vue historique, à un autre artiste, Les Levine.







Les Levine - Iris - 1968
En 1965, Les Levine fait partie, avec Paik, des premiers acheteurs du portapak. Le titre de sa première bande, Bum, reflète toute l’importance qu’il accorde à ce nouveau média. Par la suite, il travaillera beaucoup sur la télévision et les nouveaux moyens de communication.
Différentes images des spectateurs sont injectées en "circuit fermé" sur 6 téléviseurs recouverts de translucide de différentes couleur.

image les_levine_iris.jpg (13.1kB)









Bruce Nauman - Live / Taped video corridor - 1969

Déclaration de Nauman sur Live / Taped video corridor

  • image nau_live_taped_vid_corridor.jpg (9.3kB)


Wolf Vostell - TV Buttertly

image snow_de_la.jpg (20.0kB)



Michael Snow - De La - 1969

Deux robots fonts tourner dans toutes les directions deux caméras vidéo. Les images sont diffusées sur deux moniteurs.
Biographie de Michael Snow




Oeuvres Majeures



Buddha TV, 1974
buddha TV

Global Groove, 1973
Global Groove

Olympe de Gouges dans La Fée électronique, 1989
Olympe de Gouges

Zen for TV, 1963
zen for TV

Magnet TV, 1965
Magnet TV

Miss Rheingold, 1993
Miss Rheingold

La Madeleine Disco, 1989
madeleine disco

La Famille-Robot, 1986
Family of Robots

Diderot, 1989
Diderot

Voltaire, 1989
Voltaire

Rousseau, 1989
Rousseau

Robespierre, 1989
Robespierre

La distortion, 1963
Distortion

Powel Crosley Jr, 1992
Powel



Expositions



  • 1963 : Exposition of Electronic Television, Galerie Parnass, Wuppertal
  • 1965 : Electronic Art, Galerie Bonino, New York
  • 1968 : Electronic Art II, Galerie Bonino, New York
  • 1971 : Electronic Art III, Galerie Bonino, New York (avec Shuya Abe)
  • 1973 : Electronic Video, Mercer Arts Center, New York
  • 1974 : Electronic Art IV, Galerie Bonino, New York
  • 1975 : Paper TV et Video Buddha Art III, Galerie René Block, New York
  • 1975 : Fish on the sky(Installation video), Galerie Martha Jackson, New York
  • 1978 : A tribute to John Cage, Galerie Watari,Tokyo
  • 1978 : TV Garden, Centre Georges Pompidou, Musée National d'Art Moderne, Paris
  • 1981 : Programme de bandes vidéo, Sony Hall, Tokyo
  • 1982 : Tri-color video, Centre Georges Pompidou, Musée National d'Art Moderne, Paris
  • 1984 : Mostly Video, Metropolitan Art Museum, Tokyo
  • 1985 : Family of robot, Galerie Carl Solway, Chicago (à l'occasion de l'exposition d'Art International de Cincinnati)
  • 1986 : Sculpture, Painting and Laser Photography, Galerie Holly Solomon, New York
  • 1988 : Family of robot, Hayward Gallery, Londres
  • 1989 : La Fée Electronique, Musée d'Art Moderne, Paris

Installation view Modulation in Sync: Jacob's Ladder, 2000 "The Worlds of Nam June Paik"
"The Worlds of Nam June Paik" - installation view Modulation in Sync : Jacob's Ladder, 2000


Expositions collectives



  • 1962 : The Artist as a film maker, Jewish Museum, New York
  • 1969 : New ideas, New materials, The Detroit Institute of Art, Detroit
  • 1969 : TV as a creative medium, Galerie Howard Wise, New York
  • 1970 : Happening und Fluxus, Kölnischer Kunstverein, Cologne
  • 1975 : Video Art USA, Biennale, Sao Paulo
  • 1987 : L'époque, la mode, la morale, la passion, Centre Georges Pompidou, Musée National d'Art Moderne, Paris
  • 1989 : Les magiciens de la Terre, Centre Georges Pompidou, Musée National d'Art Moderne, Paris



Citations


  • « Tout comme la technique du collage a remplacé la peinture à l'huile, le tube cathodique remplacera la toile. »
  • « Sometimes I think zen is boring. »
  • « Il existe quelque chose que l'on appelle "art" et quelque chose que l'on nomme "communication". »
  • « Je suis un pauvre homme, d'un pauvre pays : alors, il faut que je sois drôle tout le temps. »


Bibliographie


Olympe de Gouges dans La Fée électronique
Name June Paik, J.G.Hanhardt et J.Ippolito, 2000



Liens
Wikipedia
Stephan Barron
Arts Flurtuat


Liens internes
Art Vidéo
Arts sonores





- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


NAM JUNE PAIK

LE SON A L'EPREUVE DE L'IMAGE ET DU CORPS


image CharlotteMoormannamjunepaikhorz.jpg (0.2MB)


Partie réalisée par TAMBURELLO Julie et CLEMENT Manon, le 21 Avril 2015.


Eléments biographiques :


image paik_lickstamps.jpg (48.9kB)














I. La naissance d'un art personnel et tributaire :


1. Les téléviseurs préparés :


image paikhorz.jpg (0.4MB)









"Piano préparé" par John Cage et "Téléviseurs préparés" par Nam June Paik.





image bildhorz.jpg (0.5MB)


2. La télévision expérimentale, révélatrice d'une société de masse :


image bild4.jpg (17.2kB)


image hqdefaulthorz.jpg (0.2MB)


Cette bande de Nam June Paik est l'une des premières qu'il expérimente au contact de l'image abstraite. Ces images sont représentatives de la société : elles mettent en avant un monde saturé par les médias. Ainsi, les images sont superposées, créant un effet de flou et de mouvement saccadé. Ainsi, entre différentes séquences sont insérées des images comme des publicités de Pepsi Cola entre deux performances. Ces premiers essais ne sont que les prémisses d'un travail approfondi quelques années plus tard par l'artiste. En effet, ce dernier s'inscrit dans une volonté d'universel, désirant que tous les éléments, même épars sur la surface de la Terre, soient réunis en direct.

3. Les « actions concerts » ou l’interaction du mouvement et de la musique :

Cette volonté de direct, se traduit aussi à travers les « actions concerts » : cela consiste à introduire des éléments extérieurs durant des représentations musicales. Ainsi, durant ses représentations, Nam June Paik se livre à différentes expériences :


image hqdefault1.jpg (12.6kB)






image TV_brahorz.jpg (88.7kB)


image 07TVCello2003.jpg (17.7kB)





















II. Le tournant "Robotique" dans la carrière de l'artiste :


1. Le Robot K456 :

image K456.jpg (0.4MB)








image Renversement_de_k456.jpg (49.2kB)









2. Les Familles-Robot :

image Family_of_Robot_2horz.jpg (0.2MB)


Cette entreprise n’est pas neuve puisqu’il avait déjà réalisé auparavant des œuvres avec des téléviseurs représentants des objets ou des animaux. Mais ici ce sont des hommes, des hommes-téléviseurs qui ne peuvent de fait que nous interroger sur notre propre robotique, sur la mécanique humaine qui nous gouverne et qui nous empêche de nous libérer.Il développe par la suite une Famille-Paik en réalisant des installations représentant de véritables personnes comme Cage, Cunningham, Ginsberg… Puis une Famille-Antiquité avec des personnages tels que Cicéron, une Famille-Révolution

image 22222.jpg (34.8kB)







3. La Famille-révolution :

image 11111.jpg (16.4kB)


Celle-ci plus particulièrement mérite que l’on s’y attarde car c’est avec elle que Paik est reconnu dans le monde entier. A l’occasion du Bicentenaire de la Révolution de 1789, on lui demande de créer des robots. Avec toujours ce même procédé de non-hiérarchisation des individus, il va réaliser cinq installations représentant des personnes ayant existé et se faisant reconnaître par un élément précis :

Olympes de Gouges (soie bleu blanc rouge).
Voltaire (plume trempant dans un encrier et un sabre symbolisant le polémiste).
Rousseau (du feuillage pour marquer l’homme amoureux de la nature)
Robespierre (scie tâchée de rouge faisant référence à la guillotine)
Diderot (volumes de l’Encyclopédie).

image Robot_1.jpg (25.8kB)






image robot_2.jpg (48.3kB)


Pour Paik, la vidéo est la liberté pure, la seule liberté vraie possible. Dans nombre de ses œuvres, il représente des oiseaux s’envolant de postes de radio ou de téléviseurs : par les émetteurs-récepteurs, la liberté devient possible et rejoint le monde du réel. Comme l’explique l'onomastique du nom « Paik », « Nam c’est Sud, Paik c’est Blanc, June c’est Presque. » Il n’est pas qu’image, que son, que peinture… Il est tous les arts à la fois comme il est presque tous les arts.








III. Une volonté d'émancipation :


1. Un désir de liberté :

image jambes_2_.jpg (0.2MB)









image ebdbab2fb6a069484a3c6e42d769f7d4.jpg (35.7kB)




3. Une redéfinition des arts :


image ArtistPaikTVBuddha.jpg (0.3MB)

Dans TV Buddha (1974), Nam June Paik filme un buddha en train d'être filmé et dont l'image est retransmise dans un téléviseur. Comme c'était également le cas avec Reclining Buddha, l'idée d'une boucle continue et infinie revient sans cesse dans le travail de l'artiste comme pour symboliser l'éternel tourment des hommes pris dans un labyrinthe sans aucune issue, condamnés à répéter les mêmes gestes et à être sujets aux nouvelles technologies.







image 0220452w_namjunepaikzenfortv1961975.jpg (9.4kB)


« Ainsi le rapport de Paik aux médias peut-il être défini comme un rapport d'abstraction qui puise son principe dans une compréhension musicale de l'acte de création. Il s'agit pour lui de dépouiller l'objet télévisuel de l'image vidéo de tout message afin de les livrer à l'expérimentation formelle et de leur donner une existence plastiaue qui, libérée de la question du sens, peut déployer à l'infini son activité ondulatoire et entrer en résonnance avec la rumeur cosmique du monde que la spiritualité zen cherche aussi à rejoindre. »
Hélène Raymond, dans Nam June Paik : Zen for TV, médiamorphoses.






Bibliographie :


• Jean-Paul Fargier, Nam June Paik, artpress, 1989


Sitographie :


• Cahier de Séoul, Nam June Paik : créateur de l'art vidéo, [consulté le 9 Avril 2015]. Disponible sur http://cahierdeseoul.com/
• Hélène Raymond, Nam June Paik : Zen for TV, médiamorphoses [consulté le 10 Avril 2015]. Disponible sur http://documents.irevues.inist.fr/
• TV5 Monde, « TV Buddha » 1974 de Nam June Paik, 8 Mai 2013 [consulté le 9 Avril 2015]. Disponible sur http://www.tv5mondeplus.com/

Vidéographie :


• INA. Interview Pinceau : Nam June Paik. [Vidéo en ligne] http://www.ina.fr/video/I08007311 (consulté le 11 Avril 2015)
• Youtube. For Nam June Paik's Piano. [Vidéo en ligne] https://www.youtube.com/watch?v=8XcoJEBXm90 (consulté le 11 Avril 2015)
• Youtube. Strange music for Nam June Paik : Ryuichi Sakamoto and Stephen Vitiello. [Vidéo en ligne] https://www.youtube.com/watch?v=T2DdquQ2BS4 (consulté le 11 Avril 2015)
• Youtube. Nam June Paik : Venus. [Vidéo en ligne] https://www.youtube.com/watch?v=hP03QNPvs80 (consulté le 11 Avril 2015)
• Youtube. Nam June Paik – Global Groove, 1973. [Vidéo en ligne] https://www.youtube.com/watch?v=7UXwhIQsYXY (consulté le 11 Avril 2015)
• Youtube. Nam June Paik / Charlotte Moorman – TV Bra For Living Scupture (1969) and Chamber Music (1969). [Vidéo en ligne] https://www.youtube.com/watch?v=3G3XomkkTPY (consulté le 11 Avril 2015)
• Youtube. Nam June Paik – Good morning Mr. Orwell (1984). [Vidéo en ligne] https://www.youtube.com/watch?v=SIQLhyDIjtI (consulté le 11 Avril 2015)
• Youtube. Joan Logue – 30 Second Spots : TV Commercials for Artists – Nam June Paik (1982-83). [Vidéo en ligne] https://www.youtube.com/watch?v=cGnDrJu-Xf4 (consulté le 11 Avril 2015)
• Youtube. Nam June Paik : Becomin Robot / Asia Society Museum, New York. [Vidéo en ligne] https://www.youtube.com/watch?v=k7RqvHpghzo (consulté le 11 Avril 2015)