NAM JUNE PAIK


"The future is Now."

image Devoir_arts_1.jpg (0.3MB)


Nam June Paik, artiste coréen originaire de Séoul, est né le 20 juillet 1932 et est décédé le 29 janvier 2006 à Miami, bien loin de sa terre natale. Il est l'élément déclencheur de ce que l'on nomme l'art vidéo, expression artistique visant à moduler la vidéo afin d'en trouver de nouvelles utilisations. C'est en mars 1963 que Nam June Paik va proposer une structure formée de 13 téléviseurs préparés pour la distorsion d'image.

image nam_june_paik_6.jpg (62.3kB)


Ayant suivi des études de musique et d'esthétique à l'Université de Tokyo, Nam June Paik s'envole en Allemagne pour terminer sa formation universitaire. Il se spécialise en collage sonore à partir de bandes audio et disques vinyles. En 1958 il a l'occasion de travailler avec Stockhausen (compositeur et pionnier de la musique électroacoustique) dans les studios de Radio Cologne. Il réalise ses propres concerts, expositions et "actions musicales" durant lesquelles il lui arrive de briser un violon sur scène tout ceci dans l'idée de détruire la musique traditionnelle. En 1961 il participe à la pièce musicale de Stockhausen, Originale, et réalise alors une performance en même temps que l'oeuvre du compositeur et ses propres montages sonores sont joués également. C'est à partir de là que son intérêt pour le medium vidéo va réellement naître.

image Hand_and_Face_1961.jpeg (21.9kB)
Hand and Face 1961


Ainsi il rejoint le groupe artistique Fluxus en 1962, groupe éclectique issu du mouvement dada et qui mélange autant la musique que la performance, l'art plastique ou encore l'écriture.

En mars 1963 donc, il présente son installation de 13 téléviseurs (ils sont posés sur le sol et l'image en est déréglée de façon à ne diffuser que des rayures et des striures) lors de l'exposition Fluxus "Music/Electronic Television" à la galerie Parnass de Rölf Jährling à Wuppertal.

En 1964, il rencontre Charlotte Moorman avec qui il va collaborer et travailler pour de nombreuses performances.

image Charlotte_Moorman_and_Nam_June_Paik_Charlotte_Moorman_y_Nam_June_P.jpg (30.9kB)


Dans la période de 1962 à 1967 il réalise quelques films pour Fluxus : les Fluxfilms. Le premier s'intitule Zen for Film : c'est une bande de pellicule de 16mm de 8 minutes vierge et non développée. Le film est donc composé de traces dues aux frottements, à la poussière et autres. Il réduit ainsi le cinéma à sa forme la plus originelle : un écran vierge.

image ZEN_FOR_FILMS.png (0.1MB)


Toute l'oeuvre de Nam June Paik est composée d'installations vidéos dans lesquelles il insère des instruments de musique et des moniteurs de télévision qu'il modulent pour les détourner de leur fonction originelle. En 2008 un centre Nam June Paik a ouvert dans la ville de Yongin. Les installations de cet artiste offrent au public une expérience visuelle et auditive complète.

A few productions -
Zen for TV, 1963
La distortion, 1963
Magnet TV , 1965
TV Cello, 1963 (avec Charlotte Moorman)
Opera Sextronique, 1967 (avec Charlotte Moorman)
TV Bra, 1968 (avec Charlotte Moorman)
Global Groove, 1973
TV Buddha, 1974
TV Garden, 1974
La Famille-Robot, 1986
One Candle, 1989
Olympe de Gouges dans La Fée électricité, 1989, Musée d'art Moderne de Paris
La Madeleine Disco, 1989
Diderot, 1989
Voltaire, 1989
Rousseau, 1989
Robespierre, 1989
Vertical Car, Ga Na Oa Ra Airvvays, 1994, où il utilise des œuvres de l'artiste ghanéen Kane Kwei.
Powel Crosley Jr 1992
Miss Rheingold, 1993
Electronic Superhighway, 1995



TV BUDDHA, 1974 - antithèse transcendantale moderniste
image TV_BUDDHA.jpg (93.0kB)


image electronic_super.jpg (88.9kB)

ELECTRONIC SUPERHIGHWAY, 1995 - choc culturel

ROBOTS, 1989 - Olympe de Gouges
image jpg_Olympe_de_Gouges0edde.jpg (33.7kB)