Natacha Merritt

Natacha
Natacha Merritt est née en 1977, à San Francisco, aux Etats-Unis. Depuis son enfance, elle rêvait de devenir avocate, elle étudie donc le droit à l'université de la Sorbonne à Paris en 1996. Cependant, au bout de trois mois, elle abandonne ses études pour suivre sa nouvelle passion : la photographie numérique érotique. Devenant ainsi photographe et conceptrice d'images de projections. Elle se fit remarquer par le photographe fétichiste Eric Kroll qui sera à l'origine des publications à la maison d'édition allemande Taschen de ses "Digital Diaries"en 2000. Depuis, elle connaît une montée fulgurante dans le monde de la photographie.




Son travail


Dans un environnement qu’elle qualifie spontanément de « paradis créatif », elle apporte un regard unique sur le corps humain.
A l’aide d’une caméra numérique, l'artiste crée une série de portraits et d’autoportraits. Elle commente ses expériences sexuelles, seule ou avec ses amant(e)s. Selon l'artiste, la caméra numérique permet d'immortaliser des instants totalement personnels, elle lui permet de dévoiler avec impudeur son intimité sexuelle.
Elle publie d'autre part des clichés numériques sur Internet. Les images de Natacha Merritt sont crues, directes et très sensuelles .


Avec Digital Diaries, Natacha Merritt est une des premières à avoir osé utiliser la photographie numérique avec autant d'audace. Avec ces "journaux intimes digitaux",elle a su tirer partie de la technologie. La caméra numérique fait automatiquement référence à l'intimité, c'est pourquoi elle a choisi ce support afin de révéler son potentiel érotique en choisissant sa propre sexualité comme sujet.
La photographe ne recherche ni la photographie d’art, ni la provocation. Ces autoportraits érotiques illustrent autant de rencontres et d’états qu’elle a souhaité explorer durant son "road movie" sexuel. Natacha Merritt crée les images qu’elle veut donner de sa propre personnalité.

En exposant sans pudeur sa sexualité, l’artiste acquiert une portée critique dans l'élaboration d'une esthétique de l'auto-représentation. En effet, ces images à caractère sexuel déroge les codes de l'imagerie pornographique du web. La différence entre le travail de Natacha Merritt et l'imagerie pornographique se trouve dans l'ambiance intime qui se dégage des images de la photographe et qui détonne du caractère impersonnel qui est mis en relation avec la vision commune de la pornographie. L'exhibitionnisme représentait dans le travail de l'artiste, apparaît comme le déclencheur d'un débat autour de ce sujet propre à notre époque actuelle.


Natacha Merritt n'a aucun tabous : ondinisme, bisexualité, bondage ou encore sadomasochisme. Elle assume ses fantasmes au quotidien. « Digital Diaries, c'est l'amour avec votre copine le frisson du voyeur en plus. Un chef-d'œuvre d'érotisme post-moderne où la femme a la part belle et qui nous rappelle ironiquement que ce que les femmes nous donnent, elles le font avant tout parce que cela leur fait plaisir » d'après le site Fluctuat


La photographe nous donne une nouvelle image de la femme dans son intimité, dans sa vérité, loin des clichés de la femme-objet contre lesquels ces dernières se sont battues depuis des générations. De ses clichés se dégage un érotisme incroyable. La femme est volontaire, prend et donne du plaisir dans un jeu équitable de respect de l’autre.


La grande nouveauté du travail photographique de Natacha Merritt réside notamment dans l’utilisation du numérique. La maîtrise de la prise de vue, de la lumière de la taille d’image et de tous les paramètres de prise de vue numérique, font de son appareil le prolongement de son corps. Les autoportraits qui en résultent sont vrais et respirent l’épanouissement.

Elle participera au spectacle pour adultes du cirque du soleil "Zumanity" à Las Vegas en tant que conceptrice des projections. Elle apporte à ce spectacle son regard sur le corps humain et ses manifestations.

Elle a également exposé son travail au Ars Electronica Festival, en Autriche, en 2002.

A l’initiative du galeriste Olivier Robert, en 2007, quatorze artistes contemporains sont invités à investir 16 chambres de l’hôtel de la Louisiane à Saint Germain des Prés. Il présente une installation dans une chambre qui s’intitule "do not masturb". La présence de Natacha Merritt dans cette manifestation est plus que légitime, les chambres d’hôtel n’ayant cessées d’être le théâtre de ses expérimentations de Digital Diaries à Zumanity. Natacha Merritt devient l'ambassadrice d'une nouvelle forme de sexualité numérisée, diffusée et libérée des contraintes morales. Ses images se démarquent de celles des autres webcamgirls livrées aux internautes, de par leur maîtrise photographique et l’originalité de leurs cadrages. Elles proposent un nouveau regard sur le corps grâce à l’émergence des technologies.



Site Officiel

Digital Diaries

Citations

- « My photo needs and my sexual needs are one and the same » (mes attentes artistiques et sexuelles ne sont qu’une et même chose)

- « Je n'essaye vraiment pas de choquer. Je fais des explorations en essayant de chercher quelque chose de beau, d'intéressant... d'excitant. »

Films

* ''Interface''
* ''Cage''
* ''Loving layers''
* ''Slideshow''
* ''Sexfishbridges''


Quelques Albums Photographiques

*'''1999'''
:*''All America''
:*''Chantee Red Wall''
:*''He She''
:*''Lake Fuck''
:*''Navyblue''
:*''Straps Buckles''

*'''2000'''
:*''Alexis Dunes 2''
:*''Bond''
:*''Flowerpot''
:*''Kissing Sand''
:*''Oasis''
:*''Singapore Am''


*'''2001'''
:*''BK Bitter Lime''
:*''Humping Floppy''
:*''Leaving New-York''
:*''Matisse Bubbles''
:*''Matisse Glass''
:*''Night Fall Nyc''
:*''Planty Tug''
:*''Soulsearch BK''
:*''White 2001''


*'''2002'''
:*''BK Black''
:*''BK Pink''
:*''Before Taschen''
:*''Chelsea Checkers 1''
:*''Chelsea Dark''
:*''First Tendress''
:*''Girls Couch''
:*''Peephole''


*'''2003'''
:*''Redwine Mix''
:*''Retrospective''
:*''Strak Days''


*'''2004'''
:*''Bird Eyes''
:*''Blue Water''
:*''Charcoal''
:*''Familly USA''
:*''Leaving New-York''


*'''2005'''
:*''Aurélie''
:*''Crushed Velvet''
:*''Emilie Tubs''
:*''Grattan Sex''
:*''Pale Suction''
:*''Singapore Sex''
:*''Vasar Mask''



Références

:1. Steve Kettman, (19 Octobre 2000). "The Narcissist". LA Weekly
:2. Maxim Jakubowski, (6 Mai 2000). "The eyes of the beholder". The Guardian
:3. Cirque Du soleil
:4. Paris Art, 2005
:5. Taorama, 25 Mai 2010


Sources

*[http://en.wikipedia.org/wiki/File:Natacha-Merrittsexy_thoughts.jpg Wikipedia
*Fluctuat
*http://lemateurdart.wordpress.com/category/merritt-natacha/
*http://www.secondsexe.com/magazine/Portait-d-artiste-Natacha-Merritt.html
*http://nt2.uqam.ca/repertoire/digital_girly/plus