Organic


Arte Vidéo Night 1
Session : Corps/Korper
Organic, réalisé par Chloé Tallot, en 2007

Cette série de photos est à la fois fascinante, et effrayante, puisque C.Tallot travaille sur les phobies et met en scène des corps recouverts d'animaux, à travers de magnifiques clichés liants le corps à l'animal souvent révulsif comme la chenille blanche ou le poulpe sur la tête d'une femme. Il y a ici une opposition entre la fixité de l'image se rapportant au caractère figé de l'animal sur l'Homme et le mouvement créé par le déroulement des clichés de manière disparate selon l'émotion que l'artiste veut mettre en place chez le spectateur. Le mouvement des images est lié à une phase de découverte, où un être apparaît avec un animal de manière rapide, le défilement créé un faux déplacement de l'animal. La phase démonstrative se termine par un une pause temporelle du rythme en laissant un temps plus important à une image. C.Tallot met ici en place sa volonté de relier les différentes formes d'arts à travers la photographie jusqu'à la vidéo. Le spectateur traverses différents stades d'émotions à travers le parallèle créé par la beauté des images ou la peur, pour les êtres photographiés avec des insectes. Malgré le fait que nous savons dès le départ qu'il s'agit de clichés photographiques, nous avons peur pour la suite des images montrées, avec la disposition de certains animaux sur les yeux ou la bouche.
La musique électronique utilisée est désaturée et renforce le côté envoûtant mais sauvage lié aux photographies. La désaturation du son est similaire à l'image car il n'y a pas de souvent d'arrière plan montré dans les photographies souvent lié à un cadrage assez serré et à un fond réalisé en studio, dans le cas contraire le fond est flouté créant une certaine perte chez le spectateur d'un espace et d'un temps, qu'il pourrai alors associé à une image qui lui est propre.
Le côté intime est renforcé par la nudité des personnes montrées créant un parallèle entre l'Homme et l'animal qui l'accompagne.
Le travail sur l'image apparaît de manière réaliste ou est retravaillé numériquement de manière à renforcer les dominantes chromatiques et un travail apparaît sur l'usure, tel un passage du temps sur la photographie.