Gaïa de James Lovelock


image Capture_decran_20150117_a_105510.png (88.3kB)














James Lovelock se met dans la peau d’un médecin, il veut soigner le vivant, il devient praticien d’un organisme qu’on détruit par des avancées technologiques et scientifiques rapide dont l’évolution et l’utilisation deviennent destruction ; il nous montre que la terre est vivante et malade.

Quesque la théorie de Gaïa ?


James Lovelock est l’un des penseurs les plus originaux de notre temps. Controversée et fascinante, sa théorie Gaia est aujourd’hui plus que jamais au cœur des débats environnementaux qui nous animent.
Pour lui la terre est un organisme doué de vie, et aujourd’hui il est malade, son équilibre, ses flux de vie, sont mis à Mal, c’est par la faute de l’homme qu’il est menacé. La maladie sera-t-elle fatale à notre civilisation, ou Gaïa finira t-elle par trouver d’autres ressources pour survivre, aux pluies acides, la surpopulation, l’effet de serre ?
C’est en suivant un protocole médical basique que l’auteur fait un bilan de santé de la Terre (anatomique, biochimique, physiologique), il nous fait part d’un diagnostique, passionnant et terrifiant.
Prendrons nous acte de ces mots, ce constat ? L’histoire de l’avenir de notre Terre se joue ici et maintenant, et ce sera avec ou sans nous.

A la lecture de Gaïa…


James Lovelock qui me paraissait être un penseur au début de ma lecture, certes sa pensée m’a tout de suite parue être empreinte de science.
Mais c’est en poursuivant ma lecture que l’auteur a prit position de chercheur, scientifique, théoricien…
En effet pour permettre au lecteur de « reconnaître Gaïa », James Lovelock nous parle de ses travaux pour la NASA, concernant la vie sur Mars, et très vite il évoque L’atmosphère de la Terre, il nous démontre de quel façon cette atmosphère fait preuve d’un système vivant qui se régule. Selon lui l’atmosphère de la Terre est improbable, notre air serait un invraisemblable cocktail de gaz oxydants et réducteurs hautement réactifs. C’est la coexistence de l’oxygène et du méthane. Ainsi, si la vie sur terre devrait disparaître, tous les éléments qui composent la surface des continents, l’atmosphère et les océans réagiraient ensemble jusqu’à épuisement de toutes les réactions possibles et la stabilisation dans un état proche de l’équilibre chimique. La planète deviendrait un lieu brûlant, aride et inhospitalier.

L’auteur nous fait partager le danger dans lequel se trouve la Terre, nous ne prenons pas garde à elle, et pire nous ne nous préoccupons que très peu des conséquences de nos actes. Les évènements climatiques, les catastrophes naturelles surgissent souvent de façon soudaine, c’est pour cela qu’il faut s’y préparer dans un premier temps, et surtout engager une réflexion à plus long terme sur la façon de faire le moins de mal possible à cette Terre, à Gaïa, et par la même, à nous même.
Il faut aussi prendre garde à ne se préoccuper que de la survie de l’Homme. Cet anthropocentrisme néglige tout organisme vivants, ces mêmes organismes que nous utilisons pour nous nourrir, nous soigner…

Considérer que la Terre est douée de corps et d’esprit, que nous devrions la voir comme lieu de culte, est peut être la seul chance de la sauver, ou du moins commencer à la respectée.

James Lovelock remet en cause la science d’aujourd’hui, son pouvoir pourrait être grand, mais ses actions ne font pas avancer beaucoup les choses :
L’auteur relève sa lenteur à résoudre des problèmes environnementaux, jugés trop simple par ailleurs (présence de cancérogènes dans l’environnement, les phénomènes stratosphériques).
De plus il redéfinit le concept de science, pour lui une science qui évolue et découvre à grande échelle grâce à des injections financières considérables (énergie atomique, génie génétique, informatique..) ce n’est pas de la science, mais une mise en pratique réductrice d’ingénieurs d’une science déjà existante.
Pour lui le réel progrès scientifique est lent et souvent tributaire d’une pensée d’un génie.
Pour comprendre le mécanisme de Gaïa, la physiologie de la Terre, il faudrait une vision en hauteur qui envisagerait la Terre comme un système et un tout : quelque chose de vivant.

L’ouvrage pour l’auteur : est un ouvrage médical où la Terre est le patient. C’est la préoccupation autour de notre planète qui prime, elle s’impose aux problèmes humains, aux droits d l’Homme, à ses souffrances. Car puisque nous vivons et profitons abondamment de la Terre, et que c’est elle aussi qui nous maintien en vie, nous ne pouvons pas envisager les problèmes humains et de la Terre de façon séparée.

Bien qu’ayant pour objectif une théorie et le développement d’une pensée nouvelle. Cet ouvrage n’est pas à proprement parlé philosophique. En effet beaucoup de faits et concepts scientifiques y sont exposés :
Il revient sur la naissance de la vie sur Terre, pour lui rien n’est du au hasard. Il y a eu pour lui une période où le climat de la Terre et la chimie auraient été propices à la vie, mais cet état favorable ne pouvait persister indéfiniment, période qui se situe au moment où la Terre posthadéenne se refroidissait et élaborait sa chimie. Etat qui n’a pas pérennisé du fait de l’effet de serre et de la réaction des roches avec la perte d’eau dont l’hydrogène a asséché la Terre.
Pour l’auteur, sans Gaïa l’évolution physique et chimique de la Terre aurait pu aboutir à un état hostile à la vie. C’est finalement l’évolution des systèmes de vie, liée à l’évolution de l’environnement, qui ont permis la vie sur Terre et la permette encore.

L’auteur fait état des actions humaines destructrices (gaz à effets de serre, et pluies acides), ainsi que des phénomènes naturels riches qui permettent la vie et le maintient de notre environnement (comme la photosynthèse), tout en rappelant que nous modifions cet environnement sans réaliser que nous rendons Gaïa malade.

« Se pourrait-il que par un acte de volonté unanime nous changions notre nature et devenions des gestionnaires compétents, d’aimables jardiniers prenant soin de toute la vie naturelle de notre planète ? Je crois qu’il est déjà présomptueux de notre part de poser pareille question ou d’envisager la modalité de nos fonctions de gestionnaire de la Terre. Il n’est que trop évident que nous n’arrivons même pas à gérer nos personnes ni nos institutions.. »
L’auteur nous fait réfléchir et nous interroge sur l’avenir que nous voulons donner à Gaïa. James Lovelock, médecin planétaire qui fait le constat de la détresse de notre planète et de notre incapacité à vivre avec elle, il nous rappel qu’à terme, l’organisme qui ne sera plus le bienvenu sur Terre ce sera l’Homme.

Quelques mots sur l’auteur


James Lovelock vit et travail en Angleterre, ce spécialiste en sciences de l’atmosphère à été entre autre sous contrat avec la NASA et aidé à la mise en œuvre d’instruments utiles pour ceux qui vont explorer les planètes, ce dans les années 1960. Il revendique que Mars n’a pu abriter la vie. Ce travail ne lui permettra pas d’être reconnu parmi ses pairs.
Il a travaillé ensuite avec Lynn Margulis, biologiste, avec laquelle il écrira sn tout premier article scientifique.
Ses théories sur les porteurs moléculaires naturels des éléments de soufre et d’iode l’aideront plus tard à fonder sa théorie.
Il dirige en 2009 Population Matters qui prône la décroissance de la population pour arriver à un niveau soutenable.


James Lovelock vit et travail en Angleterre, ce spécialiste en sciences de l’atmosphère à été entre autre sous contrat avec la NASA et aidé à la mise en œuvre d’instruments utiles pour ceux qui vont explorer les planètes, ce dans les années 1960. Il revendique que Mars n’a pu abriter la vie. Ce travail ne lui permettra pas d’être reconnu parmi ses pairs.
Il a travaillé ensuite avec Lynn Margulis, biologiste, avec laquelle il écrira sn tout premier article scientifique.
Ses théories sur les porteurs moléculaires naturels des éléments de soufre et d’iode l’aideront plus tard à fonder sa théorie.
Il dirige en 2009 Population Matters qui prône la décroissance de la population pour arriver à un niveau soutenable.


Sources


Livre de l'auteur
http://www.jameslovelock.org/
http://fr.wikipedia.org/wiki/James_Lovelock
http://www.google.fr/imgres?imgurl=http%3A%2F%2Fwww.elrst.com%2Fwp-content%2Fuploads%2F2007%2F12%2Frevenge_of_gaia.jpg&imgrefurl=http%3A%2F%2Fwww.elrst.com%2Ftag%2Fjames-lovelock%2F&h=400&w=400&tbnid=mLwujnLRVPCREM%3A&zoom=1&docid=8SOuRGW0H8IkEM&ei=dXe7VOTpH8n7UuupgqAC&tbm=isch&iact=rc&uact=3&dur=1&page=1&start=0&ndsp=22&ved=0CDQQrQMwBg