Patrick SAYTOUR


patrick satour.jpg



PRESENTATION



Patrick Saytour est né à Nice, en 1935. Il vit à Aubais.

Au sein du groupe Supports/Surfaces, Patrick Saytour a toujours occupé, délibérément, une position marginale, critique, voire ironique.
Son travail peut se définir comme une entreprise de déconstruction de la forme, de la couleur, du format, du cadre de présentation, pour reprendre les termes même de l’une de ses déclarations. Il se livrait alors à une sorte de parodie théâtralisée de l’art, mise en scène dans un vocabulaire pauvre et à l’aide d’une technologie primaire : pliages et dépliages systématiques, brûlages, trempages, solarisations, etc.
Les matériaux utilisés étaient et sont toujours choisis parmi les plus vulgaires ou les plus « kitsch » : tissus et fourrures plastiques, synthétiques, que l’on trouve en abondance sur les marchés que fréquentent les travailleurs immigrés.
  • À la fin des années 70, alors que se manifestait un retour à la figuration portant la peinture à renouer avec les mythes, le drame et la tragédie, il propose des assemblages d’objets de bazar : lampes, drapeaux, photos de pin-up, tapisseries décoratives décorées de caravelles, de biches dans des sous-bois, de princesses, de fantasias arabes, etc.

Plus récemment, cette posture parodique a donné lieu sous des intitulés pompeux, Anniversaires, Célébrations, Chroniques, Commémorations, Couronnements, Javas, Noces, Noubas, Monuments, etc., à des œuvres subtiles, dont le dessein de déconstruction et d’accablement de l’art est joué dans les mises en page, d’une grande beauté formelle, de panoplies de costumes de fêtes pour enfants, de chemisettes en toile grossière, de vêtements de poupées, de bandes de carton, de feutre, de caissettes de bois, de maquettes de théatre, de gabarits et patrons de vêtements, de cartes géographiques, etc.
Viennent ensuite des assemblages d’objets qui mettent en scène, monumentalisés à l’excès, des objets à la fois décoratifs et utilitaires dont une lampe métallique sortie du rêve paroxystique d’un bricoleur mégalomaniaque.
Mais comme celles de Claes Oldenburg, ces « sculptures » ne s’en imposent pas moins comme des œuvres raffinées d’où émane une étrange séduction.
Nous ressentons la même attirance en face de ces filets montés sur des cerceaux métalliques, où s’accrochent des fruits en plastique, des flotteurs de filets de pêche, des perles, des plumes, un attirail de décor festif dont l’artifice est exalté par une cosmétique du banal, le « pomponnage », plutôt, pour citer précisément Patrick Saytour, de l’œuvre d’art.
Un pomponnage jubilatoire, arrangé avec un zèle d’étalagiste.

Les œuvres de Patrick Saytour ont été exposées dans la plupart des lieux d’Europe, d’Amérique et d’Asie dédiés à la présentation de l’art moderne et contemporain. Elles figurent dans la plupart des grandes collections publiques et privées.

Patrick Saytour est représenté en France par les galeries : Galerie Bernard Ceysson, Galerie Vasistas, et, Galerie Philippe. Pannetier.



La différence de classe, 1981, techniques mixtes sur moquette, 175 x 400 cm, Musée d'art de Toulon.


EXPOSITIONS PERSONNELLES



  •  2009 Félix, Co-proposition Galerie Philippe Pannetier et Galerie In Extenso Clermont-Ferrand.

Boniments, Vita nova, Paris


  •  2008 Galerie Philippe Pannetier, Nîmes


  •  2007Carré Sainte Anne, Montpellier

Galerie Vasistas, Montpellier

Patrick Saytour, galerie  ChantiersBoîteNoire, Montpellier


  •  2006 Terra-Ter, La briqueterie, Ciry le noble

Galerie IAC, Saint Etienne


  •  2005 Galerie Philippe Pannetier, Nimes

Galerie Philippe Pannetier, Nimes


  •  2004 Musée d’Art moderne, Céret

Patrick Saytour, galerieChantiersBoîteNoire, Montpellier


  •  2003 Galerie Philippe Pannetier, Nimes

Le Quartier, centre d’art contemporain, Quimper

Musée d’Art Moderne, Céret

Galerie Vasistas, Montpellier


  •  2001 Galerie du Palais des Congrès et cloître des minimes, Perpignan


  •  2000 Aldébaran, Baillargues

Musée de l’objet, Blois


  •  1999 Ecole des Beaux Arts, Nîmes

Salles des cartes, Espace Gustave Fayet, Sérignan

Galerie Vasistas, Montpellier

Ecole des Beaux Arts, Quimper


  •  1996 Galerie de Paris, Paris

Maison de la Culture, Bourges


  •  1994 Puer-Senex, Caslelnou


  •  1993 Galerie de Paris, Paris


  •  1992 Champclause, D 422,




  •  1990 Atelier Calder, Saché


  •  1989 Zone libre, CNAP, rue Berryer, Paris


  •  1988 Galerie d’En Haut, Villeneuve d’Asq


  •  1987 Musée des Beaux Arts, Valence

Galerie de Paris, Paris


  •  1986 Musée Ingres, Montauban


  •  1985 Galerie Christian Laune, Montpellier


  •  1984 Paris –Tokyo, 8+8, galerie Ueda Wharehouse, Tokyo


  •  1983 Galerie T’Venster, Rotterdam


  •  1982 Musée d’Art et d’Industrie, Saint Etienne


  •  1981 Musée savoisien, Chambéry

Galerie Eric Fabre, Paris


  •  1980 Galerie Errata, Montpellier


  •  1979 Galerie Eric Fabre, Paris


  •  1978 Galerie Eric Fabre, Paris


  •  1977 Galerie A16, Perpignan


  •  1976 Galerie Eric Fabre, Paris

ADDA, Marseille


  •  1975 Galerie Eric Fabre, Paris


PHOTOS D'OEUVRES

action attach : paramêtre desc obligatoire pour une image

action attach : paramêtre file manquant

action attach : paramêtre file manquant




EXPOSITIONS COLLECTIVES




  •  2009 "22 MAI(s) pas 19 JUIN" Galerie Philippe Pannetier.


  •  2008 "la dégelée Rabelais" Théâtre de Nîmes commissariat associé FRAC/Galerie Philippe Pannetier


  •  2007 Quasiment Royale, ESBAMA Montpellier

"Surface Surprise" Galere Philippe Pannetier


  •  2006 Galerie Krings-Ernst, Köln

Chauffe Marcel !, FRAC Languedoc Roussillon, CRAC Séte, La Panacée Montpellier

Bang, Bang, Musée d'Art et d'Industrie, Saint Etienne


  •  2005 4 artistes Supports/Surfaces, Fondazione Zappettini, Chiavari, Milano

Questions Peinture, Ancien collège des Jésuites, Reims


  •  2004 Maison témoin, Galerie The Store, Paris

Tenir le fil, FRAC Languedoc-Roussillon, Montpellier


  •  2003 Show room 1, galerieChantiersBoîteNoire, Montpellier

Autour de Supports / Surfaces, dessins et objets de la collection du Musée d’Art Moderne de Saint-Etienne Métropole, Valence

Galerie Léa Gredt, Luxembourg


  •  2002 Eclipse, Aldébaran, Baillargues

Project : Cane, Dolla, Dezeuze, Saytour, Viallat, Galerie David Dorsky, New-York

Les années 70, l’art en cause, CAPC, Musée d’art contemporain, Bordeaux


  •  2001 L’esprit Supports/Surfaces, Musée d’histoire de Shaanxi, Xi’an, Chine

Les collections du FRAC Rhône-Alpes, IAC, Villeurbanne


  •  1999 L’envers du décor, IAC, Villeurbanne


  •  1998 Nouvelle histoire, FRAC Languedoc-Roussillon, Montpellier

Les années Supports/Surfaces dans les collections du Centre Georges Pompidou, Galerie Nationale du Jeu de Paume, Paris

Supports/Surfaces, passé et présent, Galerie Charlotte Moser, Genève

L’envers du décor, Musée d’Art Moderne, Villeneuve d’Asq.



LIENS WEB



  • - Galerie Vita Noba

  • - Galerie Philippe Pannetier