Arte Vidéo Night 2009


5TH STREET
(2006) (Peter Aerschmann)



  • Cette vidéo est composée d’un travelling latéral de droite a gauche sur un paysage plutôt minimaliste réalisé grâce à de la 3D. La première image est simplement composée d’une partie supérieure grise et d’une partie inférieur blanche. Tout au long de la vidéo, les éléments de décors et les personnages présents traduisent une certaine vision de la ville et de la société. On y trouve alors des éléments de travaux, un petit bâtiment gris, un bâtiment en briques, des arbres, un parcmètre recouvert d’un sachet plastique, des panneaux d’indications routière avec un feu pour les voitures. On y trouve aussi des poubelles, un baril, une sorte de hangar.

  • Dans ce décor sont répartis des personnages répétants un mouvement court dans un sens puis dans l’autre. Certains marchent, d’autres mangent, l’un agite un drapeau pour la sécurité routière. Les personnages ont des physiques très variés: ils sont minces, gros, noirs, asiatiques, blancs, petits ou grands. De plus ils semblent, à travers leurs tenues vestimentaires, appartenir à des classes sociales variées. La mise en répétition de leurs mouvements semble vouloir mettre en valeur la redondance du rythme de vie humain dans une société telle. Le cadre est triste voire fade, le son est inexistant. Les personnages se croisent mais ne se regardent pas. Chacun semble vivre dans une bulle ou le contact avec les autres est interdit. Deux personnages apparaissent à deux reprises: une femme qui fait un pas en avant puis en arrière sans arrêt et un homme qui semble s’étirer un instant lors d’une séance de sport.

  • Si j’ai choisis cette vidéo c’est parce que j’ai trouvé le mouvement quelle contient très intéressant, ces répétitions constantes de petits mouvements m’ont renvoyé à certaines pratiques de danse contemporaines qui cherchent à rendre un mouvement du quotidien sensé et dansé grâce au rythme qu’on lui donne et à sa répétition. Je trouve le choix du mouvement de caméra ainsi que ceux des éléments de décors, de la disposition des personnages et de leurs mouvements très réussis car ils permettent vraiment d’indiquer au spectateur où regarder dans le cadre.