Robert Aschley




RobertAshley



« Perfect Lives n’est rien de moins que le premier opéra américain… »



Biographie :



Robert Ashley est née le 28 Mars 1830 dans le Michigan à Ann Arbord et est décédé le 3 Mars 2014. C’est un artiste américain de musique contemporaine.
Il commence par créer dans le domaine du multimédia de l’interdisciplinaire. Il s’affirmera par la suite comme un performer.
Il possède un doctorat en psycho-acoustique, obtenu à l’université du Michigan. Suite à cela, il rentre dans l’école de musique de Manhattan.

Ses enregistrements sont classés dans les classiques du langage musical. Il se sert de la vidéo, de l’ordinateur et de tout se qui a attrait à l’électronique afin de créer des œuvres ayant pour but de montrer la notion temporelle. On peut retrouver cela dans le domaine du son, des paroles, des gestes, etc.
Ses écrits n’abordent jamais les mêmes thèmes : il se retrouve à survoler la religion, puis soudainement passe par du blues.
Il cherche volontairement à traiter l’actualité d’une manière rudimentaire. Son style de musique ressemble de près à la musique minimaliste.
On retrouve dans ses œuvres le côté américain que cela soit des sujets à l’emploi de la langue.



Son parcours et ses oeuvres :


partition

1957-1964 : pour le Space Theater du peintre Milton Cohen et Harold Borkin, il se retrouve à composer des morceaux de musique électronique, aboutissant à des light shows expérimentaux.
Il organise ensuite le Once Festival de déroulant à Ann Arbord ; ce festival a pour principe d’accueillir des artistes de performances contemporaines.
Suite à cela, il se retrouve à la tête d’Once Groupe avec qui il fait une tournée aux Etats-Unis de 1964 à 1969. Ce groupe est un mélange de théâtre et d’innovation musicale.
1966-1976 : avec ses collègues compositeurs Alvin Lucier ,Gordon Mumma et David Behrman, il voyage aux Etats-Unis et en Europe avec leur groupe le Sonic Art Union .
1969-1981 : il est directeur du centre de musique contemporaine du Mills College d'Oakland en Californie. Il partage ce poste avec David Behrman. C’est durant cette période qu’il créée ses tous premiers opéras tel que In Memoriam...Kit Carson en 1963 ou encore That Morning Thing en 1967.
A cela s’ajoute la composition des musiques du film de Gordon Mumma.
A ces 4compositeurs s’ajoutent Pauline Oliveros, Philip Glass et Terry Riley qui, tous ensemble, réalisent en 1976 le téléfilm Music with Roots in the Aether, mi-opéra et mi-documentaire durant 14heures.

PerfectLives

En 1980 : Robert Ashley réalise l’opéra Perfect Lives. Ce dernier se retrouve sur les grandes chaines de télévision anglaise, puis en 1983 se retrouvera même diffusée en Europe.
Le 3ème épisode de cet opéra est un refrain composé de rythmiques pop de Peter Gordon jouant à l’orgue et au synthétiseur ainsi Gene Tyranny jouant au piano préparé. Les chanteurs de ce refrain ne sont autre que Robert Ashley, David van Tieghem et Jill Kroesen chantant en chœur.
Cet opéra est le reflet des préoccupations de son auteur, souhaitant mettre en avant les animateurs des médias de masse.
C’est lui le créateur de l’opéra pour la télévision
C’est grâce à cet opéra qui n’a rien d’un opéra classique que Robert Ashley n’est fait connaître comme étant le créateur d’une toute nouvelle forme d’opéra intitulée « New Narrative opéra ».
Perfect lives est la seconde partie de 3 opéras dont Atlanta (Acts of God) est la première, et Now Eleonor’s Idea est la troisième. Ils possèdent chacun des sous-parties.
Il fait parti des compositeurs qui a écrit pour de nombreuse compagnie de danse, tel que Son of Gone Fishin’ de Trisha Brown en 1983 ou The Park and The Backyard de Steve Paxton en 1978.
En 1997, il créée Balseros, opéra sur les tentatives des cubains ayant pour but de rejoindre les Etats-Unis en radeaux.
En 1998, il compose Dust, opéra demandé au Japon par Kanagawa Arts Foundation.

Vidéo


Perfect Lives Parts 1



Perfect Lives Part 2



Perfect Lives Part 3



Perfect Lives Part 4