Romina De Novellis


Romina De Novellis est une artiste performeuse italienne née à Naples le 22 mai 1982. Elle a vécu Rome. Après de nombreuses années consacrées à la danse et le théâtre, elle est diplômée de l' Académie royale de danse de Londres et a continué ses études à l'Université de Rome 3, où elle étudie à l'université les disciplines de l'art, du spectacle et de la musique (DAMS). Elle vit à présent à Paris, doctorante en Anthropologie et Sociologie à l'EHESS de Paris. Sa thèse porte sur l' anthropologie du corps. Elle travaille actuellement avec la Galerie Laure Roynette à Paris ou elle y réalise des performances et des installations vidéos. Artiste performeuse, elle est représentée par la galerie Alberta Pane (Paris / Venise), travaille en collaboration avec Kreemart (New York) et Dafna (Naples) et travaille également avec l'université de la Sarbonne (Paris).

Son travail artistique repose sur ​​le concept de l'organisme en termes de processions publiques, installé dans les espaces urbains et suivie par le regard des passants. Le geste est au centre de ces peintures qui viennent à la vie à travers son corps.
L'artiste veut montrer comment un état de transe, d’aliénation et de folie peuvent se manifester sur le corps surtout dans des conditions humaines précaires et aux marges de la société (liées au travail, aux relations sociales et familiales). Femmes, Saintes, Filles, Icônes de la vie quotidienne ... les protagonistes du travail de Romina De Novellis viennent de l'anthropologie et de l'ethnomusicologie et deviennent un message social.
Malgré la notion de « transe » évoqué, il semble important de préciser, qu’elle dit ne pas vivre ses performances comme des expériences spirituelles. « Mon esprit et mon corps sont totalement présents durant tout le temps que dure la performance. Je regarde le spectateur, nous échangeons des regards, je vis totalement cette expérience en communion avec ce qui m’entoure. ». Le regard prend une place importante dans ses performances. Pour elle, c’est un défis de garder l’attention, le regard, du publique. Ses performances sont très longues et composées de répétitions de gestes. Pour elle, la répétition sert de loupe sur les détails de nos vies et ne se limite pas au mouvement, mais également au regard: « pour une fois, ils [les spectateurs] ne font que regarder une chose se répéter encore et encore. ». L'accent n'est, au final, pas tellement mis sur la répétition, mais sur le temps.