SERGE PEY



QUELQUES ELEMENTS BIOGRAPHIQUES :


Serge Pey est poète au sens le plus large et engagé du terme. En effet, né à Toulouse en 1950, Pey est un enfant de l’immigration et de la guerre civile espagnole, son adolescence fut donc rythmée par la lutte antifranquiste et les mouvements révolutionnaires qui secouèrent la planète. De plus, militant contre la guerre du Vietnam, il participa activement aux événements de mai et juin 1968.

Puis, il découvrit très tôt la poésie qui fut par ailleurs l’expression de son engagement politique. Il commença alors la traversée d’une histoire de la poésie contre la dominance française des écritures de son époque puis inaugura son travail de poésie d’action, et expérimenta dans toutes ses formes, l’espace oral de la poésie au début des années 70. Par la suite, il fonda la revue « Emeute » en 1975, suivie de « Tribu » en 1981 et publia de nombreux livres. Il mit également en œuvre la poésie d'action-Flamenco avec l’œuvre « Les aiguiseurs de couteaux ».


Créateur de situations, Serge Pey déplace le poème hors du livre, ses textes sont rédigés sur des bâtons avec lesquels il réalise ses performances et les rituels de ses poèmes d'action. Son travail dans la poésie contemporaine se définit comme une articulation entre écriture et oralité. Il porte un nouveau rapport à la diction et la réalisation physique et revendique sa poésie comme étant publique. Son art mêle à la fois certains aspects du happening, de la poésie sonore, de l’installation, de l’agit-prop et de l’art-action…

Serge Pey se déclare comme étant un héritier des poésies du monde, il ouvre des passages dans les poésies traditionnelles des peuples sans écriture ou dans la poésie médiévale.
De plus, indissociable de son combat pour la libération de l’humanité, son chemin de poète l’a mené à partager les luttes des peuples du monde que l’on retrouve notamment dans la revue « Émeute » dans laquelle s’inscrit un débat entre poésie et révolution.

Actuellement, enseignant de poésie contemporaine au Centre d’initiative artistique de l’Université de Toulouse-Le Mirail, Serge Pey est l’un des performeurs les plus importants sur la scène poétique actuelle. Sa pratique de la poésie directe l’a conduit à approfondir les phénomènes de possession et de dépossession dans la pratique orale du poème.



QUELQUES ŒUVRES :

En décembre 1982, Serge Pey et Allen Ginsberg s'enregistrent sur une cassette avec Yves Le Pellec pour produire un disque dans lequel ils récitent Howl et Kaddish une œuvre de Ginsberg publiée en 1956 -> http://sergepey.fr/media/howl/


Serge Pey est un artiste qui utilise une multitude de techniques, allant du bâton de pluie, passant par des paroles chamaniques, mais aussi le rythme des pieds qui accompagnent son récit -> https://www.youtube.com/watch?v=PVz4e0cLZew

Ses performances sont ponctuées de divers objets, qui peuvent être des lampes à souder, des plaques de verre, des tomates où encore des barricades d’adhésif -> http://www.dailymotion.com/video/xitpec

Il arrive à créer des situations et déplacer le poème hors de son livre.
Il nous dévoile ses engagements dans différentes langues et de plusieurs façons (langage des signes). C’est en ce sens qu’il a créé le 2 avril 1994 Alerte Radioactive, une performance à Nice afin de mettre en lumière la catastrophe de Tchernobyl et ses dévastations sur la nature -> http://sergepey.fr/media/alerte-radioactive/

Il a aussi réalisé des concerts avec son ami André Minvielle et un disque qu’ils ont publié ensemble : « Nous sommes cernés par les cibles » ainsi que le disque réalisé avec Eric Fraj interprète et traducteur en Occitan de l'Évangile du serpent. L'Évangile du serpent, Nihil et Consolamentum, Les diseurs de musique, la Mère du cercle, Poème de l’urine, le Complexe de la viande…