Simon Starling


Simon Starling
Simon Starling - artiste conceptuel

biographie


L'artiste Simon Starling naît en 1967 à Epsom au Royaume-Uni. Il a étudié la photographie et l'art au Maidstone College of Art en 1986 et 1987, puis à Trent Polytechnic Nottingham entre 1987 et 1990. Il a ensuite assisté à la Glasgow School of Art de 1990 à 1992, avant de devenir membre du comité de la Transmission Gallery à Glasgow de 1993 à 1996.
Il s'intéresse de près aux problèmes de globalisation et d'environnement. Il a été lauréat du Prix Turner en 2005. Il vit et travaille à Copenhague et Berlin, et enseigne en tant que professeur des beaux-arts à la Städelschule de Francfort.

Artiste conceptuel, Simon Starling est considéré comme l'un des artistes britanniques les plus audacieux de la scène internationale. Il s'intéresse de près aux problèmes de globalisation et d'environnement. En 1999 il a été le premier lauréat et bénéficiaire de la subvention du Blinky Palermo Grant, ouvert aux artistes du monde entier. En 2005 il a remporté le Prix Turner, récompense annuelle décernée par la Tate Britain à un artiste contemporain (généralement britannique) de moins de 50 ans. Starling vit et travaille à Copenhague et Berlin, et enseigne en tant que professeur des beaux-arts à la Städelschule de Francfort.

Simon Starling
Simon Starling en figurine - 2011

Son travail


Le travail de Simon Starling fait de sculptures, d'installations et de voyages, ne relève pas complètement de l'art contemporain mais plutôt de l'art conceptuel comme production de liens, même si son travail évoque parfois l'histoire de l'art moderne. Ses expériences le placent dans le champ des sciences (géographie, botanique) et de l'histoire, mais son approche est plus poétique que scientifique. Son travail , prend en compte l'espace d'exposition, ce qui le rapproche de ses artistes de référence : Robert Smithson, Michael Asher, et Lawrence Weiner.

Il revisite l’histoire des formes, la valeur, la fabrication et le statut des objets. Il décompose méthodiquement matériau et contexte. Simon Starling élabore rarement des objets nouveaux, il favorise les connexions ou les transformations en reprenant à la lettre la loi de Lavoisier : " rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ". Il s'intéresse au processus de transformation d'un objet dans un autre. Son oeuvre est un processus dans lequel se construisent des réseaux de significations sans autres liens apparents que le jeu du hasard et des circonstances. Dans ses sculptures, installations et voyages, il réorganise des liens inattendus entre des domaines sans affinités apparentes et aux temporalités lointaines. Il se déplace physiquement dans le monde pour observer des faits, et il affecte à des objets des transformations matérielles ( hybridations, reproductions, échanges, cycles, rencontres impensées, mélanges de genres, de temporalités et de techniques ), pour leur redonner une nouvelle vie. Il met en scène des pièces qu'il a lui-même manipulées, photographiées et transformées en mélangeant les genres avec un certain humour. Dans les mises en scène qu'il réalise il est impossible de faire la différence entre le documentaire ou la fiction, une image n'est qu'une image.

Work, Made-Ready
Simon Starling - Deux objets d’aluminium sont chacun reconstruits à l’aide du métal provenant de l’autre objet. On obtient alors deux objets dégradés, imparfaits, aux soudures visibles comme autant de cicatrices, empreints de leur ancienne essence industrielle - Work, Made-Ready - 1997

Simon Starling bouscule la réalité et invite le spectateur à porter un autre regard sur les choses qui l'entourent. Ses oeuvres prennent forme au sein d'un contexte social, politique et géographique, déplacées et transformées par l'artiste, elles se révèlent dans leur dimension poétique. "Il élabore une cartographie du réel teintée d’humour, de gravité, de poésie, avec un rien de romantisme"(...).

Ses oeuvres ont été présentées dans de nombreuses expositions individuelles ou personnelles.

Simon Starling et l'écologie


En 2009, Simon Starling a été l'un des artistes de l'exposition "Radical Nature: Art and Architecture for a Changing Planet 1969-2009", à la Barbican Art Gallery, à Londres au Royaume-Uni.

Simon Starling s'intéresse de près aux problèmes de globalisation et d'environnement. L'idée de l'efficacité est un thème important dans son travail. Il s'intéresse au processus de transformation d'un objet dans un autre. Il construit des installations, souvent faites d'objets de récupération (chaise, voiture, bicyclette,...), à travers lesquelles il dénonce la globalisation et les travers de la production industrielle. Beaucoup de ces idées apparaissent dans Desert of Tabernas Run (2004) : il a roulé 66 kilomètres à travers l'Espagne dans le désert de Tabernas avec un vélo à hydrogène et oxygène, le seul déchet produit était l'eau, qu'il a ensuite utilisé pour peindre une aquarelle d'un cactus qu'il avait vu lors de son voyage.

Desert of Tabernas Run
Simon Starling - Desert of Tabernas Run - 2004

Désert of Tabernas Run a été exposée pour le Prix Turner 2005. Mais l'oeuvre qui a attiré le plus l'attention des médias lors de cette exposition a été intitulé Shedboatshed, elle est composée d'un cabanon en bois, qu'il a démantelé à un moment et converti en bateau dans lequel il a navigué sur le Rhin, avant de reconstituer le cabanon d'origine à Bâle en Suisse. Les oeuvres Desert of Tabernas Run et Shedbostshed de Simon Starling, sont inspirées de ses voyages et démontrent son intérêt pour la sauvegardes des écosystèmes et des ressources naturelles. Shedboatshed est considérée comme une critique de l'artiste sur la production de masse et le capitalisme.

Shedboatshed
Simon Starling - Shedboatshed - 2005

En 2002, son installation Kakteenhaus (Cactus House), copie un environnement de serre pour des cactées prélevés par Starling de leur écosystème original en Espagne et transportés en voiture en Europe du Nord. Le véhicule est garé à l'extérieur de la Kunsthalle sans son moteur, ôté et transporté à l'intérieur du centre d'art. Des câbles et autres conduits relient la voiture et la structure de manière à fournir la chaleur adéquate pour l'entretien des cactées. Le mode contradictoire de cette installation de plante dans un climat qui lui est impropre étant présenté de façon exagérée, éminemment grotesque, le lien entre les objets matériels présentés et les histoires retraçant leur origine amènent des constructions situées entre documentation et fiction.

En 2000 il a organisé le sauvetage de plants d'orchidées (Rescued Rhododendrons ) qui menaçaient l'écosystème d'Ecosse (la bruyère et la tourbe). Contre ce nettoyage ethno-botanique souhaité par les défenseurs de la campagne écossaise, il a rapatrié dans sa Volvo break plusieurs plants dans le sud de l'Espagne, où cette fleur fut découverte et rapportée en Ecosse au XVIIIe siècle par un savant suédois.
[modifier] Récompenses

Simon Starling a reçus plusieurs récompenses pour son travail artistique, notamment le Prix Turner 2005.

Quelques œuvres

La source
Simon Starling - La source (demie teinte) - exposition à Pougues-les-Eaux

Flaga
Simon Starling — Flaga - 2002

Silver Particle/Bronze
Simon Starling - Silver Particle / Bronze - 2008

Mirrored Wall Head
Simon Starling - Mirrored Wall Head - 2008

Three White Desks
Simon Starling - Three White Desks - 2008-2009.

Expositions personnelles


2011
"Simon Starling", Tate St. Ives, St. Ives, Royaume-Uni.
"Simon Starling - Project for a Masquerade" (organisé par Yukie Kamiya), Hiroshima City Museum of Contemporary Art, Hiroshima, Japon.

2010
"Never the Same River (Possible Futures, Probable Pasts)" (organisé par Simon Starling), Camden Arts Center, Londres, Royaume-Uni.
"Recent History", CAC Malaga, Malaga, Espagne.
"Project for a Masquerade (Hiroshima): The Mirror Room", The Modern Institute, Glasgow, Royaume-Uni.
"Exchange project with Neugerriemschneider at Kamel Mennour", Paris, France.
"The Modern Institute", Glasgow, Royaume-Uni.

2009
"Red White Blue", Casey Kaplan, New York, USA.
"THEREHERETHENTHERE ", Musee D’Art Contemporain Du Val-De-Marne (MAC/VAL), Vitry sur Seine, Parc Saint Léger - Centre d'Art Contemporain, Pougues les Eaux, France. [archive]
  • "Inverted Retrograde Theme, USA (House for a Song Bird)", Bass Museum of Art, Miami Beach, Etats-Unis.
  • "Neugerriemschneider", Berlin, Allemagne.
  • "Paul Henningsen - BLACK OUT, (with Superflex)", Kunsthallen Brandts, Odense, Danemark.
  • "Simon Starling: Under Lime" (organisé par Julian Hevnen), Temporäre Kunsthalle, Berlin, Allemagne.

2008
"Simon Starling: The Nanjing Particles" (organisé par Susan Cross), MASS  MoCA, North Adams, Etats-Unis.
"Richard Long and Simon Starling", Spike Island, Bristol, Royaume-Uni.
"Simon Starling: Concrete Light", Limerick City Gallery of Art, Limerick, Irlande.
"Plant Room", Kunstraum Dornbirn, Dornbirn, Autriche.
"Project for a Public Sculpture (After Thomas Annan)", The Modern Institute/ Toby Webster Ltd., (offsite), Glasgow, Royaume-Uni.

2007
"Immagini, Forme e Natura delle Alpi" (organisé par Danilo Eccher), Fondazione Gruppo Credito Valtellinese, Palazzo Pretrorio, Sondrio, Italie.
"Simon Starling – Kintsugi, Appenzell Biennale", Aktuelle Kunst im Schaukasten Herisau, Suisse.
"Casey Kaplan", New York, Etats-Unis.

Expositions collectives


2011
"Printemps de Septembre", Toulouse, France.
"MOMENTUM 2011 6th Nordic Biennial", Nordic Biennial, Nordic Contemporary Art, Moss, Norvège.

2010
  • "Mexico: expected/unexpected", B.P.S. 22, Charleroi, Belgique.
"Reflection: 15 Years", Casey Kaplan, New York, Etats-Unis.
"A place out of History" (organisé par Magali Arriola), Museo Tamayo, Mexico, Mexique.
"Yesterday’s Tomorrows" (organisé par Lesley Johnstone), Musée d’Art Contemporain de Montréal, Canada.
"Fall Out" (organisé par Mads Damsbo and Merete Jankowski), GL Holtegaard, Danemark.

2009
"Space as Medium" (organisé par René Morales), Miami Art Museum, Miami, Etats-Unis.
"Free as Air and Water", The Cooper Union, New York, Etats-Unis.
"Capturing Time", Kadist Art Foundation, Paris, France.
"The Space of the Work and the Place of the Object", Sculpture Center, Long Island City, Etats-Unis.

2008

"Objects of Value", Miami Art Museum, Miami, Etats-Unis.
"Free Radicals", Artnews Projects, Berlin, Allemagne.
"Mexico: expected/unexpected collection Isabel et Agustin Coppel", La Maison Rouge, Paris, France.
"Cronostasi: Filmic time and photographic time", Galleria Civica d´Arte Moderna e Contemporanea, Turin, Italie.
"Close-Up", The Fruitmarket Gallery, Édimbourg, Royaume-Uni.
"Brussels Biennial 1", Brussels Biennale, Belgique.
"Peripheral Vision and Collective Body", Museion, Bolzano, Italie.
"Ephemera", Green on Red Gallery, Dublin, Irlande.
"Les Ateliers de Rennes – Biennale d’Art Contemporain", Musée des Beaux-Arts de Rennes, Rennes, France.

2007

"This Winter", Casey Kaplan, New York, Etats-Unis.
"Wenn Handlungen Form Werden", Neues Museum, Nuremberg, Allemagne.
"Turner Prize: A Retrospective 1984 – 2006", TATE Britain, Londres, Royaume-Uni.
"Hiram", Galleria Antonio Ferrara, Reggio Emilia, Italie.
"Visiones del Paraiso - Utopias, Distopias, Heterotopias", Espacio 1414, Santurce, Porto Rico.
"Des Mondes Perdus", Musée d’Art Contemporain Bordeaux (CAPC), Bordeaux, France.
"László Moholy-Nagy & Simon Starling", Presentation House Gallery, Vancouver, Canada.
"ARTFutures 2007", Bloomberg Space, Londres, Royaume-Uni.
"Nicolas Bourriaud, 2nd Moscow Biennale for Contemporary Art", Moscou, Russie.

Sources

http://arttattler.com/archivesimonstarling.html

http://www.moreeuw.com/histoire-art/simon-starling

http://groupelaura.free.fr

http://arts.fluctuat.net

http://www.themoderninstitute.com

http://www.kunsthalcharlottenborg.dk/exhibition/view/80?lang=eng

http://www.macval.fr/francais/expositions-temporaires/expositions-passees/simon-starling/article/presentation-4499

https://fr-fr.facebook.com/pages/Simon-Starling/83979767280