Thierry DURAND

BIOGRAPHIE

Philosophique et poétique, la démarche de Thierry Durand repose sur le socle solide d’une tête bien faite.
Il perpétue, en conscience et à distance critique, la tradition des artistes influencés, sinon inspirés par la science. Nourri par une curiosité tous azimuts qui fait le pont entre rationnel et science-fiction, entre histoire des sciences et histoire de l’art, il explore les strates du savoir comme un échafaudage conduisant aux visions contemporaines.

Ses oeuvres vulgarisent sa propre démarche et interrogent la notion de progrès, se méfiant du désir astronomique de connaissance qui refuse le flagrant délit d’ignorance. En relativisant l’intelligence humaine, le plasticien en souligne les limites.
La série Corps noirs, images abstraites qui rendent visible ce que la pupille ne capte pas, réinvente une façon de photographier le vivant. On voit sur ses clichés, non pas les sujets mais leur spectre électromagnétique saisi grâce à un appareil thermographique. Ces intenses tâches de couleur qui dansent sur fond bleu sont le rayonnement de leur propre matière. Sa seconde pièce est un satellite « rasta » jaune, vert, rouge.
Vu comme icône du progrès, cet objet cristallise la suprématie des pays développés et le rapport ancestral de l’homme à l’univers dont il sait à présent qu’il n’est pas le nombril. Cet oeil artificiel aide l’humain à ouvrir ses orbites,à s’observer de loin avec une vue plongeante sur son monde. Semblable à un jouet, la pièce traduit le plaisir éprouvé par l’homme qui cherche et tourne en dérision ses trouvailles.

« Un satellite peut faire le tour de la terre et traverser toutes les saisons le temps d’un film ». Chez Thierry Durand le sens critique n’exclut pas une certaine fascination pour la découverte.

OEUVRES

PRINCIPALES EXPOSITIONS COLLECTIVES
Février 2009 : Exposition collective à la Maison des Arts de Genève - Suisse.
Juillet - août 2008 : Résidence et exposition collective au Fort Vauban de Mont-Dauphin Arsenal et Poudrière.

EXPOSITIONS PERSONNELLES
Février 2008 : Ce que l’on nous donne à boireà la galerie le Hangar à Liége - Belgique.
Décembre 2007 : Exposition au Mur Foster, au Carré d’Art à Nîmes
Intervention dans les salles d’expositions du Carré d’Art durant l’exposition de Chloé Piene et Jeppe Hein.

CONTACTS

titaou@voila.fr