ZEV


Introduction


image 1.jpg (96.1kB)
Z'EV


« Z'EV est un exemple parfait de la performance contemporaine, de la composition moderne et du théâtre. Il atteint les nombreux objectifs ultimes de l'art moderniste: le primitivisme, l'improvisation, le multimédia /la conjonction de diverses formes d'art, et le fait d'avoir l'artiste en tant que créateur direct. » – Louis Morra (journaliste, 1983).

Pour beaucoup de gens, le terme « art » fait tout d'abord penser à de l'art traditionnel, que ce soit de la peinture, du dessin, ou même de la photographie. Hors, au fil des années, le concept de l'art va énormément évoluer en passant par de nombreuses périodes d'expression artistique, allant de l'art classique à l'art moderne ou contemporain. Qui plus est, l'art moderne va pousser les limites de la discipline, en nous faisant questionner ce que l'on peut considérer comme étant de l'art. Le mouvement des arts sonores s'inscrit dans le registre de l'art moderne et, bien qu'il s'agisse d'un mouvement artistique répandu, il demeure assez méconnu.

L'art sonore remonte aux premières inventions du futuriste Luigi Russolo qui va construire des machines à bruit reproduisant les sons de l'ère industrielle. Ceci délimite les tout débuts de l'art sonore ; mouvement artistique centré sur la manipulation du son. John Cage, un autre grand artiste pionnier de l'art sonore, sera inspiré par Marcel Duchamp pour ses premières compositions. Ceci établit déjà le lien entre l'art moderne et l'art sonore, car Duchamp est lui-même un grand artiste contemporain issu du mouvement Dada ; mouvement d'expression artistique libre qui permet de faire de l'art à partir de tout objet. Dans les années 1950 et 1960, le mouvement de l'art sonore va s'élargir lorsque des artistes visuels et compositeurs tels que Bill Fontana vont utiliser des sculptures cinétiques et des supports électroniques afin de superposer des sons en direct et préenregistrés. L'introduction de la technologie numérique aura donc une incidence incroyable sur l'art sonore, car les artistes sonores peuvent désormais juxtaposer des images visuelles avec des sons pour créer de véritables spectacles audiovisuels, parfois même interactifs. L'art sonore aura toujours eu un lien direct avec l'art performance, et de nombreux artistes accordent une grande importance à l'interaction artiste-public, et à la théâtralité de cette forme artistique.

Afin d'explorer l'aspect théâtral de l'art sonore, nous allons nous appuyer sur le grand artiste sonore et percussionniste expérimental, Z'EV. Z'EV aura été une figure importante du mouvement de l'art sonore, et ceci en grande partie grâce à son originalité et sa créativité. Z'EV va en effet amener une approche nouvelle à l'art sonore, avec ses performances quasi-méditatives qui ne cesseront de fasciner les gens. Son primitivisme, son improvisation incessante et ses dons musicaux auront fait de Z'EV un artiste fascinant, en particulier sur scène.

Nous allons explorer les performances et œuvres de Z'EV afin de comprendre pourquoi cet artiste demeure l'un des plus grands noms du mouvement des arts sonores. Nous allons non seulement parler des influences musicales et artistiques de Z'EV, mais également de son parcours artistique, en allant de ses poésies sonores à ses installations numériques et sa musique électronique, en passant par ses performances de percussionnisme expérimental qui ont fait de lui un artiste unique.

Biographie


image 0004054648_10.jpg (56.4kB)
Z'EV


Stefan Weisser, plus connu sous son nom de scène Z'EV, est né à Los Angeles le 8 Février 1951 et est décédé le 16 Décembre 2017 à Chicago. Z'EV était un artiste sonore et poète le plus connu pour son travail en tant que percussionniste expérimental. Z'EV a commencé à jouer de la percussion à l'âge de 3 ans. Il racontera qu'à 3 ans, lorsque sa mère était occupée, il «  utilisait les cuillères pour tambouriner sur toutes les marmites et casseroles qu’elle n’avait pas déjà prises. » Il était déjà évident que Z'EV avait une affinité pour la musique. Il va créer son premier ensemble de batterie à l'âge de 6 ans, avec des caisses, des couvercles de boîtes à biscuits ou à café, etc. Il déclarera que c'est à peu près à cet âge, en 1957, qu'il va découvrir la musique Rock & Roll. Il décrira un jour où sa tante et son amie étaient en train de le garder et qu'elles allumèrent KFWB (la station de radio rock et blues). « Billy Williams chantait […], puis 'Roll Over Beethoven' de Chuck Berry a commencé à jouer, et elles se sont mises à danser », dira Z'EV de ce jour. Ce fut la première introduction pour lui au monde de la musique rock, et ceci influencera grandement son parcours musical par la suite.

En 1959, Z'EV va commencer des cours de percussion avec Arnie Frank, Chuck Flores, puis Art Anton à Valley Drum City, à Van Nuys, en Californie. Ceci lui permettra de continuer à s'améliorer en tant que percussionniste. Z'EV commencera à donner ses premières performances en 1963, au jeune âge de 12 ans, en tant que percussionniste.

Ceci ne fut qu'un début pour lui. En effet, Z'EV fera ensuite partie d'un groupe de jazz rock durant son adolescence, entre 1967 et 1969. Z'EV déclarera de cette phase qu'elle fut « une période d'importance majeure dans [son] développement artistique » et que c'est durant cette période qu'il a véritablement appris à « écouter » et improviser. Son groupe de jazz rock avait pour membres Z'EV, ainsi que ses amis Carl Stone et James Stewart (Stone deviendra par la suite un compositeur de musique électronique). Le nom de leur groupe, le Silent Arts Group, était un hommage au Sonic Arts Union et au premier livre publié des écrits de John Cage, intitulé « Silence ».

Arrivé à l'âge adulte, Z'EV va continuer à consacrer une grande partie de son temps à la musique et la batterie, notamment en faisant des études de poésie et de musique du monde à  CalArts, où il rencontrera les poètes Emmett Williams et Michael S. Bell et l'écrivain Sue-Ellen Case. Z'EV va se mettre à produire des poésies visuelles et sonores après ses études. Il va ensuite commencer à développer une technique de performance particulière en utilisant des instruments qu'il va fabriquer lui-même, ce qui va officiellement débuter sa carrière en tant que percussionniste expérimental et solidifier sa place dans le mouvement de l'art sonore.

Influences


Comme nous avons pu le voir, Z'EV aura évolué dans un contexte musical riche depuis son plus jeune âge. Ceci signifie évidemment qu'il découvrira de nombreuses influences musicales qui l'inspireront dans son évolution artistique. Dans une interview en 1999, Z'EV énumérera les moments musicaux et artistiques clés qui lui auront apporté des nouvelles sources de créativité. Il va mentionner la première fois qu'il aura vu de l'art abstrait ainsi que les premières fois qu'il entendra John Coltrane, un grand saxophoniste de jazz. Z'EV découvrira ensuite la musique rituelle tibétaine et la musique des Indes orientales. Il ajoutera également à sa liste de moments musicaux clés ses rencontres avec les artistes Fluxus venus enseigner à  CalArts lorsqu'il y faisait ses études, ainsi que les nombreux concerts qu'il aura eu la chance de voir, y compris ceux de Jimi Hendrix et The Doors. Toutes ces découvertes vont élargir le champ artistique de Z'EV, lui montrant la grande diversité de la musique. Nous pouvons constater que les influences musicales de Z'EV auront été assez diverses, allant du jazz au rock en passant par la musique du monde.

image ctreecvr.jpg (43.6kB)
Christopher Tree
Une grande source d'inspiration pour Z'EV aura été Christopher Tree, un artiste qui avait un projet solo intitulé Spontaneous Sound et qui faisait de la percussion avec sa collection impressionnante de gongs, de cymbales et de tambours qu'il avait amassé dans le monde entier. Z'EV aura l'occasion de voir ses performances plusieurs fois durant les années 60, ce qui va beaucoup l'inspirer dans son style de percussionnisme.

Les sources d'inspiration de Z'EV sont diverses et, comme mentionné précédemment, il apprécie beaucoup la musique tibétaine et la musique des indes orientales. Lorsque Z'EV est questionné sur l'impact de la musique ethnique sur ses propres œuvres musicales, il va déclarer que selon lui l'inspiration peut venir de plein d'endroits. « J'ai une très grande collection d'instruments indonésiens, indiens et tibétains à Amsterdam que j'ai utilisés pour l'enregistrement "Opus 3.1" qui est sorti avec "Ghost Stories" », dira-t-il à ce sujet. Durant ses études supérieures, il va étudier l'ethnomusicologie, une science humaine qui étudie la musique en lien avec ses aspects culturels et sociaux. Même après ses études, il continuera à étudier les musiques de nombreuses cultures, ceci lui permettant de développer un style de musique assez universel.

image gamelanensemble_header_01.jpg (0.4MB)
Ensemble de Gamelan
Dans le registre des musiques dites ethniques, Z'EV déclarera que l'une des influences majeures sur la musique qu'il produira lui-même par la suite aura été le gamelan. Le gamelan est un « ensemble instrumental traditionnel caractéristique des musiques javanaise et sundanaise » composé essentiellement de percussions, notamment de gongs, cymbales, xylophones et métallophones de différents types. « La seule fois où j'ai eu l'occasion de prendre [une drogue] psychédélique rare qui m'ouvrait à entendre les sons de métal en écoutant un disque de gamelan que j'avais, je dois dire que ce fut une influence majeure sur la musique connue sous le nom de Z'EV », dira Z'EV à ce sujet. Étant donné qu'il basera la majorité de ses performances sur la percussion en utilisant différents types de métaux, l'influence du gamelan sur la musique de Z'EV paraît évidente.

Mais, Z'EV ne va pas trouver de l'inspiration juste dans la musique. En effet, il avouera que la littérature aura également eu une influence majeure sur tous les aspects de sa créativité. Il cite entre autres les écrivains Gertrude Stein, James Joyce et Thomas Pynchon, tous trois des grands écrivains anglophones. Selon Z'EV, ces trois écrivains en particulier sont des écrivains qui « changent votre façon de penser, […] mais surtout si vous faites un travail créatif ». Selon lui, ce qu'il y a à tirer de ces auteurs est que le travail créatif est censé exister pour le plus grand nombre, et il doit donc avoir une qualité universelle afin de parler à tous. Il est clair que Z'EV tient ces propos à cœur car au fil de sa carrière il aura donné des performances dans plus de 80 villes et 19 pays. Ceci démontre la qualité universelle de l'art sonore de Z'EV, sur lequel nous allons maintenant approfondir.

Techniques


image zev1975.jpg (0.3MB)
Z'EV en 1975
Ayant parlé en détail des influences artistiques de Z'EV, nous allons maintenant pouvoir nous pencher sur les techniques artistiques dont il aura fait usage au fil de sa carrière. Ce qui fera de Z'EV un artiste unique sera sa façon d'aborder le percussionnisme par le biais de différents instruments, qu'il concevra souvent lui-même. Son évolution technique se fera progressivement. Comme nous avons pu le voir, Z'EV a commencé a jouer de la batterie à un très jeune âge. Il commencera en étant un batteur assez traditionnel, et ce fut seulement vers le milieu des années 70 qu'il va modifier son approche au percussionnisme. Durant cette période il va commencer à jouer avec un groupe de musiciens qui utilisaient des synthétiseurs électroniques, et il se dit qu'il faudrait « trouver des sons acoustiques pouvant correspondre à la complexité des sons électroniques qui n'existaient pas auparavant ».

C'est ainsi que Z'EV va commencer à fabriquer ses propres instrument, sa solution étant d'utiliser des matériaux issus de la même base technologique que les synthétiseurs afin de mieux les accompagner. Il va fabriquer ses instruments à partir de divers matériaux comme de l'acier inoxydable, du titane, et du plastique PVC. Ces sons furent mieux adaptés aux synthétiseurs car ils étaient plus éloignés de ceux produits par des batteries traditionnelles, et plus proches des sons produits par des batteries électroniques.

image Arika_Instal04_Zev_Bryony_McIntyre_P1010017_9.jpg (0.7MB)
Performance de Z'EV avec ses instruments
Ceci ne fut qu'un début car, très vite, Z'EV va commencer à donner des performances solo et il dût donc adapter ses instruments une nouvelle fois afin de répondre à toutes ses demandes. Il va commencer à nouer ses multiples instruments en des groupes d'instruments afin de créer un véritable ensemble. Il s'amusera aussi à déplacer les instruments sur la scène durant ses performances afin de modifier les sons produits, car cela permettrait au public d'entendre une multitude de sons différents durant une même performance.


Parcours Artistique


Z'EV était un artiste unique et prolifique, ayant donné un nombre incroyable de performances et ayant réalisé de nombreuses œuvres au fil de sa longue carrière, jusqu'à sa mort inattendue en 2017. Son parcours artistique fut éclectique et traversera différentes phases notables, ce que nous allons maintenant explorer dans le reste de ce dossier. Nous allons commencer avec la période la plus connue de la carrière de Z'EV, son « Wild Style », avant d'aborder son « elemental music » pour ensuite finir avec son expérimentation avec la musique électronique. Bien que l'art sonore de Z'EV évoluera énormément au fil des années, sa dimension spirituelle, méditative et primitive demeurera et unifiera toutes ses œuvres et performances.

« Wild Style »

Comme nous l'avons dit précédemment, Z'EV va commencer à fabriquer ses propres instruments avec des matériaux industriels tels que de l'acier inoxydable, du titane et des plastiques PVC en 1978 environ. Non seulement était-ce pour mieux accompagner les performances à synthétiseurs des musiciens avec lesquels il jouait, mais aussi car il était assez intrigué par les qualités physiques des matériaux qu'il utilisait pour fabriquer ses instruments. Z'EV va commencer à donner des performances où il pouvait jouer avec les différentes sonorités de ses instrument afin de créer des séries de sons uniques et complexes. Ses performances durant cette période seront non seulement basés sur le son, mais aussi sur le mouvement et la corporalité.

Z'EV va nommer ce type de performance « wild style », ce qui signifie « style sauvage », car il donnait des prestations assez énergétiques, parfois décrites comme étant primitives ou même sauvages. Selon lui, ses performances étaient basées sur la sonorité produite par ses mouvements parfois brusques et l'effet captivant que cela engendrait. De ce fait, ses performances étaient toujours improvisées, Z'EV étant toujours en train de tester différents sons, différents mouvements. Dans une vidéo d'une de ses performances datant de 1980, nous pouvons voir exactement ce que Z'EV entendait par « wild style ».

image wild.jpg (30.2kB)
Lien vers: https://www.youtube.com/watch?v=jJJcS_5NEbc
Vidéo d'une performance de Z'EV en 1980; cliquez sur l'image afin de visionner
Dans cette vidéo, on peut voir le déroulement d'une performance typique de Z'EV durant sa période « wild style ». Dans le début de la vidéo (de 0:20 à 0:28), on peut le voir en train de faire de lancer des assemblages métalliques en l'air puis les traîner sur la scène, produisant ainsi des sons assez uniques, qui font penser à des sons industriels que l'on pourrait entendre dans une usine. Ceci démontre donc la dimension du mouvement que Z'EV mentionne assez souvent lorsqu'il décrit ses performances. Dans le restant de la vidéo, on peut le voir faire de la percussion avec des objets métalliques divers, comme le montre l'arrêt sur image ci-dessus. Encore une fois, la notion de mouvement entre en vigueur car pendant son segment de percussion, l'objet métallique ne va cesser de se déplacer et vibrer avec chaque contact qu'il ferait avec.

Comme nous avons donc pu le voir dans cette vidéo, une des rares si ce n'est la seule que l'on peut trouver en ligne d'une de ses performances « wild style » des années 70 et 80, il arrivait à Z'EV de traîner ou manipuler des assemblages métalliques sur la scène afin de produire différents sons. Il lui arriver aussi de faire de la percussion avec des objets métalliques divers, ceci mettant en usage son talent de percussionniste. Ces performances étaient réalisées en solo. Z'EV était souvent sans vêtements de protections, une cigarette à la bouche, souvent en train de faire trembler de lourdes chaînes et de secouer de longues bandes de tôles qui lui ensanglantaient parfois les mains (ce qui ne l'empêchait néanmoins pas de continuer). Grâce non seulement à son style musical mais aussi à son attitude de rebelle, les performances de Z'EV vont être une source d'inspiration pour la musique industrielle et punk qui émergeait à l'époque.

image Zevlive5.jpg (0.3MB)
Z'EV durant l'une de ses performances Wild Style

image z7.jpg (10.1kB)
Z'EV durant une autre performance Wild Style
Le critique John Buckley va décrire les performances de Z'EV à cette époque de façon assez détaillées en déclarant, « les instruments sont des collections d'objets suspendus avec des cordes et oscillant à des vitesses différentes dans diverses directions, produisant ainsi une gamme assez étonnante de fréquences et de timbres. » Ceci renforce l'idée que Z'EV était en train de faire quelque chose d'assez unique avec ses performances, créant des sons différents grâce à son percussionnisme inconventionnel, souvent décrit comme étant du percussionnisme « expérimental ». John Buckley va poursuivre en décrivant les mouvements de Z'EV durant ses performances, disant à ce sujet que ce dernier parvenait à faire mouvoir des objets parfois lourds de manière gracieuse et avec beaucoup d'athlétisme. Buckley parlera également des performances de Z'EV dans leur globalité, disant que Z'EV était fascinant dans sa manière d'unir le visuel et le sonore car « les vibrations physiques des objets que vous pouvez voir avec vos yeux sont les mêmes que celles captées par les oreilles sous forme de son. » Ceci est un point important car une dimension des performances de Z'EV qui peut être facilement oubliée est celle du lien entre les différents sens. Selon Buckley, ceci ainsi que le fait que les rythmes de l’œuvre sont entièrement dictés par chaque mouvement de l'artiste sont ce qui unifie l'acte de façon cohérente, remettant ainsi de l'ordre dans ce qui pourrait être considéré comme du chaos.

Lorsqu'il va décrire ses performances, Z'EV va dire qu'il ne les considère pas comme étant de la musique « en soi » mais plutôt comme étant des prestations audiovisuelles à dimension spirituelle, ce qui confirme les propos de John Buckley sur le lien entre le visuel et le sonore dans ses œuvres. Dans un documentaire intitulé « Heart Beat Ear Drum » (2016) sur Z'EV, nous pouvons voir la façon dont il va amener une dimension méditative non seulement dans ses performances, mais également dans sa vie de tous les jours. Ceci montre que ses œuvres sonores sont véritablement une expression de lui-même, comme une extension de son esprit.

« Elemental Music »

Bien que son style va évoluer au fil des années, Z'EV restera toujours focalisé sur l'aspect spirituel de ses performances. Dans le documentaire « Heart Beat Ear Drum » mentionné précédemment, Z'EV va déclarer qu'il considérera toujours ses performances comme des interactions uniques entre cinq éléments : lui-même, ses instruments, l'espace physique dans lequel il sont joués, le temps précis et le localisation géographique, ainsi que les énergies du public. Selon lui, cela rendrait chaque performance unique.

image ZEV_1crop.jpg (0.1MB)
Z'EV faisant de la percussion avec des maillets
image ZEVElementalMusicSUBTERRANEAN82OGIndustrialNoise_1.jpg (34.8kB)
Une des couvertures de l'album Elemental Music de Z'EV























Dans les années 80, Z'EV va abandonner son « wild style » chaotique et reprendre la percussion avec des maillets tout en continuant à créer ses propres instruments. En 1982, il va sortir un album de percussion expérimentale intitulé « Elemental Music ». Il s'agit de l'enregistrement de l'une des performances où il utilise des maillets et qui est donc bien plus structurée que ses performances précédentes.

image R12553615285480921323jpeg.jpg (36.6kB)
Lien vers: https://www.youtube.com/watch?v=r59_z3u7cqY
L'album Elemental Music de Z'EV; cliquez sur l'image pour l'écouter
Dans cet album de percussion expérimental, nous pouvons clairement voir l'évolution artistique de Z'EV, qui expérimentera avec des sons et des structures plus complexes, moins chaotiques, et plus musicales que ses œuvres « Wild Style ». Cet album comprend des sections distinctes, avec des moments assez relaxants, quasi-méditatifs, suivis par des murs de sons imposants. Z'EV va dire que ses modes de performance ont souvent été décrits comme « cacophoniques par rapport à la musique traditionnelle orientale, [et ce] en raison des phénomènes acoustiques élémentaires denses produits par ses instruments ». Voilà pourquoi Z'EV va intituler ce style musical « elemental music », en référence aux types de sons qu'il produira durant cette période.

L'album « Elemental Music » révèle l'aspect musical des œuvres de Z'EV, ainsi que la possibilité de créer des arrangements qui s'approchent de la musique plus traditionnelle, ressemblant même vaguement de la musique classique par sa constante évolution et ses différentes sections plus ou moins intenses. Cependant, bien que plus « conventionnelle », l'approche de Z'EV à la musique demeure unique et reste inscrite dans l'art sonore et non dans la sphère de la musique à part entière. Nous pouvons toujours entendre le chaos des du « Wild Style » dans certaines sections de l'album, ainsi que le son indubitable des instruments métalliques conçus par Z'EV.






Musique Électronique et « Cine-Cussion »

Dans les années 90, Z'EV va encore évoluer. Il va commencer à s'intéresser à la musique électronique et va travailler avec le producteur de house music DJ Dano sur quelques projets musicaux, notamment des pistes à grande vitesse qui présageaient le genre de musique de danse underground appelé « gabber ». Cependant, pendant plusieurs années Z'EV va se retirer de la scène musicale afin de s'occuper de sa mère malade, ne faisant un retour qu'en 2003. Il replongea très rapidement dans la musique suivant son retour, faisant des collaborations avec de nombreux artistes tels Charlemagne Palestine, Merzbow, Oren Ambarchi et John Zorn.

image coverki.jpg (0.1MB)
Couverture de l'album Headphone Musics 1-6 de Z'EV
En 2004, Z'EV va sortir un album intitulé « Headphone Musics 1-6 » qui illustre parfaitement son évolution musicale et son intérêt pour la musique électronique. Les pistes 1 à 6 sont une collection de sons qu'il aurait amassés au cours des 30 années qui ont précédé la sortie de l'album ; des paysages sonores qu'il aura enregistré lui-même pour la plupart. Dans cet album, Z'EV se sera concentré sur l'édition et manipulation de ces sons par des biais technologiques afin de rendre le tout une œuvre musicale électronique. Selon lui, il va se contenter de dilater et manipuler les sons sans boucles ou traitements sophistiqués afin d'atteindre l'effet désiré. La 7ème piste, quant à elle, est un simple enregistrement d'un poème sonore de Z'EV qu'il aura récité lors d'un festival de poésie sonore en 1976.

Dans le restant des années 2000, Z'EV va s'intéresser de plus en plus aux percussions électroniques et aux sons numériques. Il va entamer un projet audiovisuel intitulé « Cine-Cussion », ce qui signifie la production d'images avec la percussion. Dans ce projet, des images d'eau vibrés par des ondes produites par la percussion sont projetées sur un écran durant les performances.

image Untitled.jpg (0.5MB)
Lien vers: https://ksr-video.imgix.net/projects/291647/video-151592-h264_high.mp4
Une vidéo Cine-Cussion; cliquez sur l'image afin de visionner


Le projet « Cine-Cussion » est basé sur la cymatique qui est un terme utilisé pour désigner un travail qui utilise les phénomènes de motifs géométriques modaux (vagues) qui émergent sur des surfaces généralement recouvertes d’une poudre et vibrées de tons purs ou simples. Z'EV va réaliser son projet en recouvrant un haut-parleur avec une fine membrane de plastique elle-même recouverte d'eau. Lorsque les vibrations du haut-parleur dynamisent l'eau, cela provoque des vagues qui, lorsqu'elles se déplacent vers le bord de leur enceinte, se reflètent ensuite dans l'eau. Souvent, Z'EV va produire les sons sortant des haut-parleurs lui-même en direct durant ses performances, grâce à ses percussions. Ce projet va une nouvelle fois jouer avec le lien direct entre le son et le visuel, comme dans ses performances « Wild Style ». Une nouvelle fois, Z'EV contrôle directement ce que le public voit et entend, en direct, ce qui crée un atmosphère unique et une véritable exploration de l'audiovisuel.

Impact


image iaia_zev.jpg (0.1MB)
Z'EV


Au final, le parcours artistique et musical de Z'EV aura été très riche et varié, ce qui explique pourquoi il est tant respecté en tant qu'artiste sonore à ce jour. Au fil de sa carrière, il aura collaboré avec des musiciens, des danseurs, des poètes, et des artistes visuels. Z'EV aura eu un impact indéniable sur l'art sonore et la musique expérimentale grâce à sa créativité et son évolution constante. Un artiste dès son enfance, Z'EV aura su exploiter son don pour la musique en expérimentant avec des sons divers et un style de percussionnisme propre à lui. De son « Wild Style » à son « Elemental Music », en passant par sa musique électronique, il est clair que Z'EV aura été un artiste sonore talentueux.


Références

1. http://lastdaydeaf.com/wp-content/uploads/2017/12/1.jpg
2. Morra, Louis (1983). "Review of Elemental Music". [East Village Eye]
3. https://www.tate.org.uk/art/art-terms/s/sound-art
4. https://f4.bcbits.com/img/0004054648_10.jpg
5. http://www.rhythmajik.com/sweisser-bio-1951-78.html
6. Bohn, Chris (1982-05-08). "Sixophrenic, The Six Faces of Z'EV". New Musical Express: 15–16.
7. http://drugie.here.ru/achtung/new/zevint_e.htm
8. Sumarsam (1998). Introduction to Javanese Gamelan. Middletown.
9. https://bit.ly/2IUwKcN
10. http://www.cardas.com/music_christopher_tree.php
11. http://www.cardas.com/images/ctreecvr.jpg
12. Seeger, Anthony. 1983. Why Suyá Sing. London: Oxford University Press. Pp. Xiii-xvii.
13. http://coldspring.co.uk/artists/zev/#.XNgUe477RPb
14. https://bit.ly/2Uq1Mih
15. https://bit.ly/2EfBA0D
16. https://www.youtube.com/watch?v=jJJcS_5NEbc
17. https://www.nytimes.com/2017/12/26/obituaries/zev-percussionist-and-industrial-music-pioneer-dies-at-66.html
18. http://apo33.org/wp-content/uploads/2017/12/Zevlive5.jpg
19. John Buckley, New York Rocker, Issue #30, July–August 1980, p.51
20. https://www.kickstarter.com/projects/1635305207/heat-beat-ear-drum-a-film-about-zev
21. http://drugie.here.ru/achtung/new/z7.jpg
22. https://bit.ly/2IagbbO
23. https://bit.ly/2I7teuw
24. https://www.youtube.com/watch?v=r59_z3u7cqY
25. https://bit.ly/2FS3QX7
26. https://media.kudosdistribution.co.uk/to63/800/cover.ki
27. https://touch.kudosrecords.co.uk/release/to63/zev-headphone-musics-1-6
28. https://ksr-video.imgix.net/projects/291647/video-151592-h264_high.mp4
29. https://www.kickstarter.com/projects/643533832/launch-cine-cussion-into-the-future/description
30. https://iaia.edu/wp-content/uploads/iaia_zev.jpg




Posté par Lisa Durdeyte (Juin 2019)