Cedric JOLIVET


La structure, coiffée de miroirs circulaires, reflète à elle-seule les multiples référents contenus dans le travail de Cédric Jolivet, jouant sur la circulation et la manipulation des matériaux et des informations, sur les glissements de contexte et de sens.

Comme le totem de l’Homme branché et relié, l’oeuvre General.Space.Mobility évoque les antennes relais des téléphones mobiles et les miroirs qu’elle comporte ont tout l’air de paraboles. Ces objets de transmission et de réception ont intégré nos paysages et leur portée élargit les limites de nos espaces familiers à un monde bien plus vaste. Voies virtuelles, ils sont liés aux technologies de la communication et constitutifs de réseaux. À son échelle, la pièce est un miroir à ces fonctions. Elle capte et renvoie les alentours, relie les éléments qui s’y trouvent, fait converger les regards, en souligne la fragmentation. Bombés et amovibles, les miroirs multiplient les angles de vue. On pense aux miroirs du réseau routier servant à franchir un carrefour ainsi qu’aux glaces anti-vol des magasins, vigies qui ont l’oeil sur tout. Le jeu d’analogie des formes et de mise en abîme continue avec la pièce White Handling, constituée de ronds blancs posés au sol, à l’inspiration plus architecturale. Puits imaginaires, trous stylisés, points matérialisant un parcours, ces ronds moulés dans le plâtre renvoient aux matériaux du bâtiment et de l’industrie.

Alors que d’autres ronds tracés avec du charbon de bois, déplacent le travail vers le dessin. Volume et plat, global et détail, norme et singularité, Cédric Jolivet fait cheminer les oppositions.

À la fois installation, sculpture, peinture, ses pièces fonctionnent ensemble, sont facilement démontables et réfléchissent tous les environnements.

jolivetoeuvre

Oeuvres


EXPOSITIONS PERSONNELLES


2008 : Participation à deux expositions à la galerie AL/MA à Montpellier Paradigmes & Absence entre totalité.