Allan Kaprow et le Happening


intégrer les éléments de
http://stephan.barron.free.fr/1/eymard_milene/kaprow2.htm
et réviser l'article ci-dessous : guillemets, lisibilité, etc

"What is a Happening? A game, an adventure, a number of activities engaged in by participants for the sake of playing.”
–Allan Kaprow


Le Happening:

Ce qui a commencé comme un défi à la catégorie de l'art initiée par les futuristes et les dadaïstes dans les années 1910 et 1920 s'est concrétisée, avec les mouvements de l'art de la performance, dont une branche a été appelé Happening. Happening s'éloigne de l'observation distanciée du spectateur, l'artiste engagé avec les Happenings a nécessairement besoin du spectateur et de sa participation active dans chacune de ses pièces. Il n'y avait pas un style précis ou uniforme pour les happenings, comme ils ont grandement varié en taille et en complexité. Cependant, tous les artistes Happenings fonctionnent avec la conviction fondamentale que l'art pouvait être introduit dans le domaine de la vie quotidienne. Ce virage vers la performance a été une réaction contre la domination de longue date de l'esthétique techniques de l'expressionnisme abstrait et était une nouvelle forme d'art qui a grandi sur les changements sociaux survenus dans les années 1950 et 1960.

Un composant principal du Happening a été l'implication du spectateur. Le spectateur a été utilisé pour ajouter un élément de hasard ainsi, à chaque fois qu'une pièce a été réalisée ou exposée, elle ne sera jamais la même que la fois précédente. Contrairement aux précédentes œuvres d'art qui sont, par définition, statique. L'Happening pourrait évoluer et offrir une rencontre unique pour chaque personne qui participait à l'expérience.

Le concept de l'éphémère est important, la performance doit être une expérience temporaire, et, en tant que telle, n'a pas pu être exposée dans un musée au sens traditionnel. Des happenings originaux, il ne reste que des photographies et des histoires orales. Il s'agissait là d'un défi à l'art qui avait été précédemment définie par l'objet d'art lui-même. L'art est désormais définie par l'action, l'activité, l'occasion, et / ou une expérience qui constitue le Happening, qui était fondamentalement éphémère et immatérielle.
Le but de happenings était de combattre et démanteler les vues classiques de l'art. Ces performances sont si influentes dans le monde de l'art qu'ils ont soulevé le spectre de la «mort» de la peinture.

Les happenings ont été inspirés par les performances des futuristes qui édictaient de courtes pièces de théâtre d'avant-garde et lisaient des manifestes et de la poésie sur scène. La tendance futuriste de briser le «quatrième mur» et de susciter la participation du public est devenue une idée centrale dans le Happening: l'absence de frontière entre le spectateur et l'œuvre d'art signifiait l'œuvre d'art est devenu définie par l'action, par opposition à la physique, à l'objet .
Les dadaïstes qui ont déclaré que l'art n'a pas à répondre aux attentes de ce qu'est «l'art» ont rassemblé et influencé les artistes qui ont créé Happenings. En outre, l'utilisation dadaïste de l'élément de hasard a fortement guidé l'évolution de happenings comme une forme d'art. Ils ont mis l'accent sur l'état perpétuellement changeant de l'apprentissage et de la création; une appréciation pour le prosaïque, qui a influencé de nombreux artistes de l'époque, en particulier Allan Kaprow.


Les Happenings d'Allan Kaprow:

Ils ont débutés en 1959 et ont comptés parmis les premiers événements les plus marquant du mouvement. Au départ, ils s'inscrivaient seulement dans le cadre des interventions des dadaïstes new yorkais (Picabia et Duchamp). Ils prônent leur différence par rapport à l'art contemporain, qui est d'immerger le spectateur dans l'oeuvre d'art. Allan Kaprow organise ses événements dans l'idée d'une participation maximale du public, comme à l'occasion de ce Happening organisé à Cornell University à New York:
image Kaprow_Image_1.jpg (17.7kB)
Household, 1964


Pour lui, le Happening était à l'origine un moyen d'expression plastique, << une solution de peintre à un problème de peintre >> : comment abolir la frontière entre la chose regardée, l'oeuvre de l'artiste et le sujet qui le regarde ?

Allan Kaprow détruit cette relation passive en introduisant d'emblée le spectateur dans une << juxtaposition, un collage d'événement >> agencé par l'artiste mais dans lesquels le public intervenait. On en venait ainsi à abolir la notion même de spectateur puisque celui-ci influait, d'une manière irréversible, sur le cours des événements en improvisant de nouveaux gestes et de nouvelles situations.

image an_apple_shrine_1964.jpg (15.0kB)
An Apple Shrine, 1964

Cette oeuvre de Kaprow s'influence des "dripping" de Pollock et des "combine-paintings" de Rauschenberg. Cependant elle est plus désordonnée, plus frénétique << chaos de fragment >> reflétant la violence de la ville, ou, selon ses termes : << la fange et tourbillon anonymes des évènements urbains >>. Ses collages prenant une échelle gigantesque, Kaprow est poussé à en faire des environnements en les reliant aux cloisons et au plafond. Ses oeuvres réduisent alors le fossé qui sépare l'oeuvre d'art de son public.

Ces théories et idées ont conduit à la création du Happening qui était une combinaison de la performance et de l'installation. Les Happenings ont pleinement évolué à partir de Kaprow «Environnements», qui étaient de grands collages sculpturaux. Après avoir pris suivi les conférences de John Cage, il introduit l'élément du son dans son travail et à partir de là est venu le premier Happening. Il a été effectuée sans titre et à la chapelle du Campus Voorhees Douglass, le 22 avril 1958.

<< un Happening est un environnement exalté, dans lequel le mouvement et l'activité sont intensifiés pendant un temps limité (disons une demi-heure) et où, en règle génèrale, des gens s'asemblent à un moment donné pour une action dramatique>>. A. Kapprow

happening kaprow
Allan Kaprow et des participants à l'happening "Yard" de 1967, à New York

happening
happening du peintre Nato, 1999

http://stephan.barron.free.fr/1/eymard_milene/kaprow2.htm

http://www.universalis.fr/encyclopedie/allan-kaprow/


Biographie:

Allan Kaprow:

kaprow portrait

Allan Kaprow est né en 1927 dans le New Jersey. Durant ses premières années, il a souffert d'une maladie chronique qui l'a forcé à se déplacer de New York à Tuscon, en Arizona, où il passa le reste de son enfance. Là, séparé de ses racines juives, de la classe moyenne, il a connu la vie dans un ranch, en lui donnant un sens de l'activité communautaire qui en vint à dominer sa carrière artistique par la suite. Malade et souvent alitée, Kaprow a commencé à développer un intérêt pour les arts et l'artisanat, et par la suite retourné à New York pour étudier à la New York University et de philosophie étude et histoire de l'art.
Kaprow présente un portrait contradictoire, un artiste cherche les relations directes et éphémère entre l'art, l'artiste et le public atteint dans le «ici et maintenant» de la vie quotidienne, et un penseur profond et prolifique, enseignant et écrivain, méticuleusement planifié et théorisé toute instanciation de son travail. Sa quête permanente à la pratique »unart« l'art a eu un impact profond et durable sur ses contemporains et sur les artistes depuis, ouvrant la voie à l'art pop, l'art conceptuel, minimalisme et de l'art nouveau genre publique des décennies suivantes. L'expérience incarnée de l'environnement et les éléments performatifs et en temps réel des événements laissaient présager l'installation et l'art performance courante dans la pratique contemporaine, ouvrant la voie à des artistes comme Vito Acconci, Suzanne Lacy, et Marina Abramovic.

Allan Kaprow a suivi ses études dans des universités et écoles de New York, auprès notamment du peintre Hans Hoffman et de l’historien d’art Meyer Shapiro. Il a suivi deux séminaires du compositeur américain John Cage en 1956 et 1957 à la New School for Social Research de New York. Il y rencontre les futurs membres du groupe Fluxus comme Dick Higgins, George Brecht, et, sous l’influence du musicien, il étend dans l’espace réel ses expérimentations peintes, ses collages et assemblages et invente des environnements et des happenings dès 1958. Le happening se présente comme un assemblage d'événements joués par des participants en temps réel et dans divers lieux extérieurs ; les happenings empruntent le plus souvent gestes, comportements, postures à nos expériences du quotidien. Dans les années 70, les happenings deviennent des activities ; plus intimistes, elles mettent en jeu l'inter-subjectivité des participants. Kaprow enseigne de 1974 à 1993 à l’université de Californie à San Diego. Dès les années 80, il engage une réflexion sur la rétrospective d’un art expérimental, immatériel et participatif et introduit l’idée de ré-invention.


Son travail:


Allan Kaprow accompli son premier happening public, "Communication", en avril 1958 sur le
campus du Douglas College dans le New Jersey. Ce premier happening est présenté toutes les semaines dans le cadre de conférences, destinées aux étudiants et aux enseignants organisées par Robert Watts, le thème porte sur les "communications" (sont invités parmi d'autres John Cage, David Tudor, Robert Rauschenberg). Allan Kaprow sur la scène est silencieux. Il est vêtu d'un costume blanc de tennisman et se tient assis sur une chaise rouge. Des enregistrements diffusent ses propos qui sont très vite désynchronisés jusqu'à devenir inaudibles. De longues banderoles colorées, une balle rouge lancée lentement, des boîtes colorées, une lampe rouge qui s'allume puis s'éteint alternativement. Après quelques secondes, Allan Kaprow marche jusqu'à des miroirs, tourne le dos au public et allume
minutieusement une à une des quantités d'allumettes qu'il éteint ensuite en soufflant dessus, puis il se remet à sa place.
À cette date, personne ne sait qu'il s'agit d'un « happening », pas même Kaprow qui n'a pas encore inventé le terme.


«L'intégration de tous les éléments - l'environnement, les sections construites, le temps, l'espace, et des personnes - a été mon principal problème technique ..."


Allan Kaprow était une figure de proue dans le monde de l'art des années 1960, ses «happenings», une forme d'avortement spontané, non-linéaire, l'action a révolutionné la pratique de l'art de la performance. Alors que Kaprow a commencé comme peintre, au milieu des années 1950 son intérêt s'est tourné vers la théorie, basée principalement sur les concepts mouvants de l'espace comme subjectivement vécus par le spectateur. Kaprow a émergé du groupe d'artistes connu sous le nom du Groupe de Rutgers, basée à l'Université Rutgers, où Kaprow a enseigné histoire de l'art. Kaprow était parmi les nombreux artistes et critiques qui se sont concentrés sur l'intellect et ont théorisé l'art, en rejetant le caractère monumental des Abstraction Expressionnistes pour se concentrer plutôt sur l'acte que leur production. En particulier, son essai influent, «L'héritage de Jackson Pollock», (1956), a appelé à mettre fin à l'artisanat et à la permanence de l'art et de la place accordée aux modes de production .

L'événements Kaprow a changé la définition de l'objet d'art. "Art" n'était plus un objet à visualiser, accroché à un mur ou posé sur un piédestal, mais plutôt, il pourrait maintenant être rien du tout, comprenant le mouvement, le son, et même le parfum. Kaprow a déclaré: «Le monde quotidien est la source d'inspiration la plus étonnante concevable. Une promenade dans la 14e rue est plus étonnant que tout chef-d'œuvre de l'art."
Kaprow était très clair, ses œuvres étaient liés à l'art et non au théâtre. Il a souligné que ses happenings étaient dans la même catégorie que l'action painting des expressionnistes abstraits et non des scènes scriptées impliquant des acteurs jouant des pièces. Les pièces de Kaprow impliquaient des espace qu'il modifiait physiquement, avec des vues et des sons comme délibérément composées de la même façon que toutes toiles de Pollock ou Rothko.
Dans les années 70, les happenings deviennent des activities ; plus intimistes, elles mettent en jeu l'inter-subjectivité des participants. Kaprow enseigne de 1974 à 1993 à l’université de Californie à San Diego. Dès les années 80, il engage une réflexion sur la rétrospective d’un art expérimental, immatériel et participatif et introduit l’idée de ré-invention.
Kaprow s'est rebellé contre les prescriptions de Clement Greenberg, tant dans son art et que dans ses écrits: il croyait que l'esthétique formelle n'était plus pertinente quand l'art a quitté la toile. Le travail de Kaprow était fondée sur une "esthétique de l'expérience ordinaire", une expérience passagère et momentanée ressentis par le spectateur est aussi importante que la peinture sur toile.
Occasion pour lui de rappeler qu'il n'y a pas de public pour les happenings, mais seulement des intervenants, pas de références culturelles, mais des actions ponctuelles. Dès lors, le mouvement gagne rapidement tous les Etats-Unis, traversant ensuite les océans.

Allan Kaprow se place donc, de part ses travaux, entre Body Art et Installation, en travaillant sur la mise en situation du lieu et du spectateur.Dans l'une de ses installations, Words (1962), l'artiste invitait le spectateur à manipuler les mots accrochés dans tout l'espace d'exposition et à organiser ainsi sa propre lecture. « Je n'installe pas les choses pour qu'on les regarde... mais pour que l'on joue avec, que cela engage une participation et que le visiteur devienne co-créateur ». La plupart des Happenings de Kaprow ont lieu dans des lieux qui ne sont pas dédiés à l’art, tels les entrepôts ou les parkings. La volonté de l'artiste est d’estomper la frontière entre les interprètes et le public, dans une tentative d'effacement de la ligne séparant l’art de la vie. L'un des credos de l'installation est formulé ici : la participation, l'expérimentation, des données essentielles pour le premier des trois registres, avec l'immersion et la théâtralité, que l'on peut constituer dans le champ de l'installation.

"words"
Words, 1962

Son projet le plus connu est "18 Happenings in 6 parts"

Les 18 Happenings en 6 parties, sont organisés en 1959 à la galerie Reuben de New York, ils constituent une sorte de légende. Historiquement considérée comme la « première » d'un genre nouveau, cette manifestation artistique n'en fut pas moins précédée par les soirées futuristes dans les années 1910, ou certaines frasques dadaïstes comme le scénario, les décors et les costumes de Picabia pour le ballet Relâche créé sur une musique d'Erik Satie en 1924. Ces événements, programmés les 4, 6, 7, 8, 9 et 10 octobre 1959, à 20 h 30, à la fois improvisés et parfaitement mis en scène par Kaprow, marquent cependant un point de non-retour, au-delà duquel les limites traditionnellement attribuées à différentes formes d'expression (peinture, danse, musique, théâtre, poésie) implosèrent définitivement. La conception des 18 Happenings intensifiait également une participation potentielle de l'auditoire qu'il s'agissait de libérer de son rôle de spectateur passif. En ce sens, les strictes instructions distribuées à leur arrivée aux participants des 18 happenings en 1959 (différents placements leur étaient imposés entre chaque scène, et il leur était demandé de ne pas applaudir) semblent relever de la contrainte plus que de l'incitation. Mais, pour Kaprow, elles représentaient un mal nécessaire à la libération finale de l'art et du spectateur telle qu'il la concevait alors dans la réalisation d'un « art totalement nouveau. » Un art, disait-il, qui, tout comme les peintures de Mondrian, « se dissoudrait dans une sorte d'équivalent de la vie ». À ce titre, Kaprow a toujours résisté à l'identification de son œuvre au genre du happening et de la performance.

<>


Illustrations ? Précisions ? svp utiliser les livres, internet est source d'erreur ou alors recouper les informations
18 happenings in 6 parts, 1959





Chronologie:

  •  1922
    • Projetant la future dissolution de l'art dans la vie, Piet Mondrian écrit : « L'art est déjà en partielle désintégration – mais sa fin serait prématurée. Les conséquences du Néoplasticisme sont effrayantes. » Allan Kaprow prolongera cette intuition.

  •  1943
    • Quelques années avant qu'Allan Kaprow ne s'en occupe définitivement, Piet Mondrian déclare encore : « Je pense que l'élément destructif est trop négligé en art. »

  •  1945
    • Kaprow entre à la New York University pour étudier l'art, la littérature, la musique et la philosophie. À cette période, il travaille également comme artiste commercial indépendant et il réalise des illustrations pour des magazines

  •  1947
    • Jackson Pollock déclare dans un projet adressé à la fondation Guggenheim : « Je crois que la peinture de chevalet est une forme moribonde, et que la tendance va vers le mur ou la peinture murale. [...] Les peintures que je pense réaliser constitueront un état intermédiaire, une tentative d'indiquer la direction de l'avenir, sans complètement l'atteindre. »

  •  1949
    • Kaprow est fortement impressionné par une exposition de Jackson Pollock à la Betty Parsons Gallery à New York.

  •  1950-1952
    • Kaprow s'oriente vers l'histoire de l'art et rédige une thèse sur Piet Mondrian sous la direction de Meyer Schapiro, professeur à l'université Columbia. Il fonde la Hansa Gallery à New York.

  •  1952
    • John Cage organise un événement sans titre au Black Mountain College, regroupant (simultanément et/ou successivement) les peintures blanches de Robert Rauschenberg, le danseur Merce Cunningham, la projection de films et de diapositives, de la musique enregistrée, des programmes radio, de la déclamation de poésie. L'auditoire était placé au centre de ces multiples activités. Comme le racontait Cunningham, « rien ne fut prémédité, et rien d'autre que ce qui arriva sur le moment ne se produisit. Un ensemble complexe d'événements vis-à-vis desquels le spectateur pouvait réagir comme il le souhaitait ».

  •  Juin 1957
    • Kaprow élabore son premier environnement dans une grange abandonnée de sa résidence du New Jersey.

  •  1957-1958
    • Kaprow réalise ses premières œuvres qui seront par la suite appelées Happenings (événements). Il cesse d'exposer comme peintre-sculpteur.

  •  1957-1959
    • Kaprow étudie la musique avec John Cage à la New York School for Social Research Transports ; Kiosk (1957-1959), un petit abri composé de panneaux amovibles, constitue dans sa production une œuvre de transition.

  •  1958
    • Kaprow publie un article « L'Héritage de Jackson Pollock » (Art News) dans lequel il explique : « Pollock n'a pas fait seulement de magnifiques peintures, il a aussi détruit la peinture. [...] Le choix d'énormes toiles par Pollock servait différents buts, le premier étant que la peinture murale cesse d'exister en tant que peinture pour devenir un environnement. » La même année, il compose de la musique électronique et réalise des décors pour la Eileen Passloff Dance Company à New York. Il compose également une bande-son diffusée dans la Hansa Gallery. Le premier Happening public a lieu au Douglas College, Rutgers University.

  •  Septembre 1959
    • Une lettre émanant de la galerie Reuben-Kaprow Associates, et envoyée à diverses personnalités du monde de l'art new-yorkais, annonce que « 18 happenings » se produiront en octobre dans cette galerie. Il était mentionné qu'en collaborant avec l'artiste, les éventuels participants deviendraient « part intégrante de l'événement » en même temps qu'ils le vivraient pleinement. « L'événement, concluait l'invitation, utilise un médium que M. Kaprow trouve rafraîchissant de ne pas nommer. »

  •  4, 6, 7, 8, 9, 10 octobre 1959
    • Le terme « Happening » paraît pour la première sous la plume d'Allan Kaprow dans l'article The Demiurge publié dans le Rutgers' Anthologist. L'article inclut le script d'une performance intitulée Something to Take Place : a Happening (Quelque Chose à faire : un événement). Allan Kaprow présente 18 Happenings en 6 parties à la Reuben Gallery de New York.

Oeuvres publiées:

-L'héritage de Jackson Pollock (1958)

-Assemblage,Environments, and Happenings (1966)

-Blurring of Art and Life (1993),


Sources:

-Dictionnaire Revers

-Encyclopédie Universalis

-Fluctuat.net

-Site Wikipedia: Allan Kaprow en français

-Site Wikipedia en anglais

'''Liens externes:'''

http://www.dossier-happening.com/happening-d-alan-kaprow.html

http://www.moca.org/kaprow/index.php/2008/02/14/what-is-a-happening/

Le happening est sans doute un prolongement de l'installation ou de l'environnement. Il est né d'un désir de spatialiser la peinture, d'intégrer les êtres humains dans l'œuvre d'art.

Kurt Schwitters établit l'idée du Merzbau en 1928 dont le principe est l'accumulation d'objets jusqu'à l'envahissement d'une pièce.

Le happening est un prolongement des actions dadaïstes et surréalistes, des poèmes phonétiques d'Hugo Ball ou de l'Ursonate de Kurt Schwitters, de la musique bruitiste du Cabaret Voltaire au début du siècle...

Au Japon, en 1955, le groupe Gutai réalise des actions relevant du happening, comme celle de Murakami Saburo, qui traverse une enfilade de cadres tendus de papiers.

Allan Kaprow donne une nouvelle dimension au happening qui fait fusionner l'art et la vie, l'éthique et l'esthétique. Allan Kaprow fait en effet intervenir dans ses happenings l'environnement, la vie, l'individu. Comme dans le situationnisme, le happening est une tentative de libérer l'individu de ses inhibitions pour lui révéler ses potentialités créatrices. Les thèmes de prédilection des happenings, outre des questions existentielles et philosophiques, sont des thèmes politiques comme le saccage de la nature et de la ville, la pollution des sites et des esprits, l'aliénation de l'homme. Le happening est cathartique et libérateur.

Les happenings des artistes Fluxus ont tenté d'abolir la distinction entre acteur et spectateur, entre réalité et fiction, au profit d'un évènement à la création duquel tous les participants collaborent .

Pour Fluxus, l'Art et la vie sont équivalents, sans doute peut-on y voir l'influence grandissante de la philosophie zen.

  • image hubaut_pink.jpg (27.5kB)
    Joël Hubaut - Clom Trok Lu Pink Pink
Joël Hubaut - Clom Trok Lu Pink Pink - Dépôt-vente mutant augmenté et monocolore pour une sculpture interactive de société

2001 - Le Lieu Unique - Nantes

Le public est invité à venir déposer et acheter des objets au prix des bonnes affaires habituelles.


Clom Trok existe aussi en blanc et orange