Hélio Oiticica

Hélio Oiticica est un artiste brésilien né le 26 juillet 1937 à Rio de Janeiro et mort le 22 mars 1980 à 42 ans dans sa ville natale. C’est un artiste en arts visuels connu pour son utilisation novatrice de la peinture et de l’«éco-friendly art».

Il était le chef du “Grupo Frente” , fondée par Sarah Serpa, sous lequel il avait étudié les mathématiques. Ses premières réalisations utilisé une palette de mathématiques forte et secondaires couleurs et de formes géométriques influencées par des artistes tels que Piet Mondrian , Paul Klee et Kazimir Malevitch .

Mais sa peinture propose des tons beaucoup plus chaud et subtile dans les couleurs de l’orange, du rouge, du jaune et du brun qui sont majoritairement présents dans ses œuvres.

En 1959, il s’est impliqué dans le groupe influent Neoconcreto Grupo avec les artistes Amílcar de Castro, Lygia Clark, Lygia Pape , Franz Weissmann et le poète Ferreira Gullar . Le groupe se sépara en 1961.

Pionnier de l’art concret brésilien dans le milieu des années cinquante, influencé par le constructivisme et les travaux de Malévitch, Oiticica s’interesse à la couleur où il expérimente les différences de couleur à l’intérieur ou entre les sections des peintures et scupltures en bois qu’il suspends la plupart du temps.

Grande Nucleo, Helio Oiticica

Il va de plus en plus agrandir la taille de ses œuvres avec ses œuvres précédantes qui vont constituées un ensemble de travaux, comme l’aménagement du territoire de ses premières expériences avec la peinture.

Hélio Oiticica explore progressivement l’espace de la peinture en introduisant le spectateur dans des environnements tridimentionnels qui constituent chaque fois des lieux d’expérimentation ” corporelle ” de la couleur. Ses premiers monochromes quittent la surface du plan pour devenir des Reliefs spatiaux, puis des Pénétrables.

Dans l’esprit festif du Brésil des favelas, l’activité artistique d’Oiticica prend la forme plus éphémère de performances lors de séances de danse rituelle effectuée avec des Parangolés (1964), ” habits de lumière ” assemblant des tissus de récupération. Il s’agit pour l’artiste de créer les conditions d’un nouvel hédonisme, de faire de l’art un authentique espace de liberté pour le corps débarrassé des contraintes sociales coercitives.

Parangole, Helio Oiticica

C’est le contexte d’apparition de la série des New-Yorkaises, série de maquettes et d’environnements labyrinthiques réalisés à New York où il s’est installé au cours des années 70 (1970-1978). Une importante rétrospective de son œuvre a été présentée à Paris (Galerie nationale du Jeu de Paume) en 1992.

Oiticica s’intéresse aussi à l’écriture où il s’entoure d’intellectuels importants brésiliens et étrangers comme Haroldo de Campos, Augusto de Campos, Silviano Santiago et Waly Salomao.

Entouré de Lygia Clark, Albers Brancusi et Marcel Duchamp, il participe en 1965 à l’exposition « trois sondages » à Signes, une galerie de Londres.

En 1969, il réalise une exposition individuelle au Whitechapel Art Gallery , à Londres, organisée par Guy Brett.
Dans la même année, il a été artiste en résidence à l? Université du Sussex , à Brighton.

En 1970, il participe à l’exposition “Information” au Musée d’Art Moderne de New York .
Ayant passé du temps à Londres et à New York, il retourne à Rio de Janeiro où il a terminé sa vie.

«Je suis désolé, mais je suis fière de moi.”

Helio Oiticica

En 2007, les deux Tate Modern Gallery de Londres et le Museum of Fine Arts de Houston ont organisé de grandes expositions du travail d’Oiticica.

Le 19 Octobre 2009, un incendie a détruit des oeuvres de l’artiste – environ 70% de toute la collection, stockés dans la maison de son frère . En plus des peintures et le fameux “Parangolés”, l’artiste archive matériel, y compris des dessins, des notes, des documentaires et des livres ont été stockées dans la collection.

Son frère César Oiticica déclare: «Je voulais mourir avec les œuvres. Après la mort d’Hélio en 1980, j’ai été responsable de la collection.Je n’ai aucun doute, la seule victime de ce terrible incendie a été la culture brésilienne».

Des œuvres majeures telles quebolides et Parangolés, y compris certains indiqué lors de la rétrospective en 2007 à Tate, ont été perdus. La cause de l’incendie est inconnue. Le bâtiment a été équipé d’avertisseurs d’incendie et autres systèmes de sécurité. Jandira Feghali, Secrétaire de la Culture à Rio de Janeiro , a appelé à une enquête sur les causes de l’incendie et si les travaux peuvent être récupérés.

Leave a Reply

Your email address will not be published.