Fabrizio Plessi

Fabrizio Plessi est un artiste italien contemporain faisant partie des courants de l’arte povera et de l’art conceptuel.

Il s’intéresse à l’art vidéo et en particulier à la sculpture vidéo.

Né à Reggio Emilia en 1940,(Italie)a étudié et plus tard enseigné à l’Académie des Beaux-Arts de Venise. Depuis 1968, l’objet des recherches artistiques de Plessi est l’eau. Pour ses travaux il combine des installations, films, bandes vidéo et performances. Il a participé à des expositions majeures et a été présenté à plusieurs éditions de la Biennale de Venise.

Son œuvre entière de la vidéo est présentée dans une exposition au Centre Pompidou à Paris en 1982. Elle est suivie, des prix importants dans le monde entier comme la rétrospective organisée au Musée Guggenheim de Soho à New York en 1998 ou la consécration de «Artiste de l’année» en Allemagne Nord der Kunstpreis / LB en 1999. En 2000, il a représenté l’Italie dans le pavillon Expo Universelle de Hanovre avec l’installation “Vertical mer”, qui peut être considérée comme la plus grande sculpture monumentale et de la technologie d’installation jamais créé. Il est titulaire de la chaine «Humaniser la technologie” pour Medien für Kunsthochschule à Cologne.

Cependant, le thème principal de sa recherche est toujours de l’eau – un ancien, ancestral, élément primordial représenté à travers un milieu contemporain, un élément d’aujourd’hui, à savoir la vidéo.

Liquid Life de Fabrizio Plessi (Ca’ d’Oro, Venise)
Photo de Jean-Pierre Dalbéra

L’élément poétique dans son œuvre est née précisément de cette coexistence inhabituelle, où l’eau est considérée comme une forme d’énergie primaire contaminés par l’élément par excellence technologique: la vidéo.

“Bien avant la naissance de la lumière quand tout était cendre immobile et inerte,
bien avant le grand réveil du quartz quand la lueur était seulement celle du rituel du soleil,
bien avant la matérialité sombre de la terre quand tout était boue et fange humide,
bien avant le temps de l’eau gelée qui coule, quand tout était magma de basalte en fusion,
bien avant la solidité obstinée du fossile quand toutes les pierres grises de la terre étaient encore endormies
bien avant que les grands silences se couvrent de lave, quand l’éther ne transmettait pas
encore de signaux d’alarme codés provenant de lointains terminaux affolés
ce temps-là était le temps de Materia Prima.”

Materia Prima, Fabrizio Plessi

Un autre élément récurrent dans ses œuvres est le feu, mais qui ne brûle pas.

Comme un alchimiste, Fabrizio Plessi tente de faire deux éléments en apparence opposées et contraires coexistent avec l’objectif ultime de l’humanisation de la technologie en remplissant la vidéo avec des sens émotionnel.

“Mon travail consiste à faire tomber les barrières entre la science et l’art et le travail en diagonale, la mondialisation réelle rendra plus humain le visage inexpressif de la machine. C’est pourquoi l’art, avec ses capacités de guérison par le biais inépuisable à sa possibilité technologique très sophistiqué de support d’information sera à la base même de l’esprit humain sur le sec … Le travail du paysage contemporain qui reste à atteindre notre rétine et le cerveau de éclair de magnésium qui vont éclairer les zones sombres et les secrets de notre perception. Et une fois que notre esprit s’est étendu à des idées plus larges, ne jamais remettre dans son format original. “

Fabrizio Plessi

Interview de Plessi sur son installation à Venise